L’université François-Rabelais semble à la pointe dans l’application du diktat LGBT au sujet des transgenres.

Elle officialise l’utilisation du prénom choisi par l’étudiant (Paul peut se faire appeler Rachel s’il en a envie)  et ouvre des toilettes dites neutres.

La décision de l’université fait suite à la demande d’une seule étudiante qui, en 2016, voulait se faire appeler… Charly. L’effet Charlie ? N’étaient-ils pas tous Charlie ?

La jeune fille, étudiante en première année de psychologie (tiens, tiens) a fait part de ses souhaits à la chargée de mission diversité, égalité et handicap de l’université. Le processus était lancé.

L’étudiante transgenre a été invitée à expliquer plus longuement ses souhaits devant des représentants des universités de France pour la conférence permanente des vice-présidents à l’égalité, organisé à Tours en mars dernier.

« Même si cela ne concernait qu’un seul étudiant, c’est important qu’il puisse poursuivre ses études dans les meilleures conditions, c’est une question d’égalité des chances », affirme la chargée de mission à l’égalité, fermement soutenue par le président de l’université Philippe Vendrix.

Dès cette rentrée, le service de santé universitaire, la chargée de mission égalité ainsi qu’un étudiant relais « genre » deviennent des interlocuteurs identifiés.

Au niveau administratif : une lettre type a été préparée, qui établit que « l’université reconnaît l’identité de genre et le prénom d’usage » de tel étudiant.

Et des toilettes transgenres ont été aménagées. C’est tellement important que cette étudiante puisse tranquillement utiliser un urinoir masculin si ça lui fait plaisir.

Après l’université François-Rabelais, celles de Grenoble, de Rennes 2, d’Angers ou de Montpellier devraient suivre.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :