Deux bombardiers Su-24, et un hélicoptère de combat russes ont survolé mardi le destroyer USS Donald Cook dans les eaux internationales de la mer Baltique, s’est indigné mercredi le Pentagone, qui y voit une provocation et qui a publié à l’appui la vidéo ci-dessous:

Selon l’EUCOM (Commandement des forces américaines en Europe):
Deux Su-24 russes ont survolé lundi à 20 reprises le destroyer Donald Cook à une altitude d’environ 30 mètres et à moins de 900 mètres de distance. Mardi, un hélicoptère Ka-27 et deux avions Su-24 ont survolé le navire américain.

“Cet incident est en contradiction avec les normes professionnelles qui s’appliquent à des militaires opérant à proximité les uns des autres dans les eaux internationales et dans l’espace aérien international”, a réagi Josh Earnest, porte-parole de la Maison Blanche. Suite à cela, le Commandement des forces américaines en Europe (EUCOM) a publié une déclaration exprimant sa “profonde préoccupation” au sujet des “manœuvres aériennes russes dangereuses et non professionnelles”.

Selon le commandement américain “L’avion russe a simulé une attaque et ne répondait pas aux mises en garde en russe et en anglais”.

(…) Un survol a empêché le décollage depuis le pont du destroyer d’un hélicoptère polonais. (Source)

Bizarrement le navire US n’a envoyé aucun tir d’avertissement en direction des aéronefs russes, il en avait fallu beaucoup moins à l’alliée US turque pour abattre un Sukhoï en Syrie! Mais peut-être,  les systèmes électroniques du Donald Cook étaient-ils paralysés ?.. Cruels souvenirs que nous évoquerons plus bas.

Le ministère russe de la Défense a réagi en expliquant de façon plaisante, qu’il ne comprenait pas la raison de cette “réaction douloureuse des homologues américains”:

​”Le 13 avril, les avions Su-24 des Forces aérospatiales russes ont effectué des vols d’entraînement au-dessus des eaux neutres de la mer Baltique. L’itinéraire du vol des avions russes traversait la zone où se trouvait le destroyer USS Donald Cook, à environ 70 km de la base navale russe”, a affirmé le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

“Le principe de la liberté de navigation du destroyer de la marine américaine ne nie pas le principe de la liberté de navigation aérienne des aéronefs russes. Tous les vols des avions russes sont effectués en stricte conformité avec les réglementations internationales sur l’utilisation de l’espace aérien au-dessus des eaux neutres”, a-t-il fait remarquer.

En effet le quartier-général de la marine russe en mer Baltique est situé à Kaliningrad, enclave russe. L’oblast de Kaliningrad est situé entre la Pologne et la Lituanie, au bord de la mer Baltique, sa base principale est Baltiisk et une autre base navale se trouve à Kronstadt dans le golfe de Finlande. Or l’OTAN et les USA ne cessent de déployer de nouvelles armes lourdes, des missiles de longue portée, de nouveaux contingents et de multiplier les manœuvres dans cette zone, notamment dans les pays baltes et en Pologne. Mêlant les moyens à la parole, Jens Stoltenberg, actuel Secrétaire général de l’OTAN en Europe, multiplie les déclarations inamicales et menaçantes en direction de la Russie.

Cruels souvenirs 

Cette “parade” aérienne russe aux abords du Donald Cook, n’a pas manqué de réveiller de cruels souvenirs du côté de l’US Navy; le Donald Cook est le destroyer US qui avait déjà reçu une bonne leçon sans frais de la part d’un Sukhoï-24 russe en Mer Noire alors qu’il s’approchait un peu trop des côtes russes, dans les débuts de la crise ukrainienne. Si l’objectif du destroyer américain était d’intimider la Russie, il avait alors complètement manqué son but; les USA ne semblent pas, en effet, bénéficier des performances de la technologie balistique dont l’Armée russe est équipée: des instruments électroniques capables de paralyser toute l’électronique adverse. Cette cuisante leçon infligée en Mer Noire avait été précédée d’une autre en Méditerranée :

Lorsque Obama fort du blanc seing du Congrès allait enfin lancer l’offensive définitive chargée de faire le même sort à Bachar el Assad et à la Syrie que celui qui a été réservé à Kadhafi et à la Libye, il a été forcé d’y renoncer parce que l’empire le plus puissant de la terre s’est fait doubler sur la technologie de l’armement.

Cette cuisante leçon, afin qu’elle soit bien comprise, a été renouvelée en mer Noire lorsqu’un navire de guerre américain, suite au rattachement de la Crimée à la Russie, s’est avancé prés des côtes russes. Tout son système de détection et d’action a été paralysé par un avion russe qui le survolait. Alors que le navire de guerre était paralysé, l’avion russe a simulé à plusieurs reprises une attaque. (Source)

Suite à cette mésaventure le Département d’État américain a reconnu que l’équipage du destroyer USS Donald Cook a été si gravement démoralisé par le dispositif de neutralisation électronique infligé par le Su-24 russes en Mer Noire, qu’il a regagné au plus vite sa base navale de Roumanie. Il est donc fort possible qu’en manière d’avertissement les aéronefs russes aient de nouveau fait joujou en Mer Baltique avec leurs appareils de paralysie électronique, ce que ne voudront jamais reconnaître les autorités de l’US Navy, mais ce qui expliquerait leur “profonde préoccupation”.

Si on admet aisément la présence de l’aviation russe prés du territoire russe, on admet plus difficilement celle du destroyer US si loin des côtes américaines, même si l’armée US bénéficie de l’aval des autorités des minuscules Etats de la Baltique aux  autorités sous contrôle. Qui sait qu’en Estonie la population estonienne d’origine russe n’a pas le droit de vote ?..

Emilie Defresne

emiliedefresne@medias-presse.info

.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

37 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :