Les anciens savent que la Roche Tarpéienne est proche du Capitole. Emmanuel Macron, qui a reçu une éducation classique, le sait mieux que quiconque. Depuis le début de l’année, sa côte de popularité s’érode inéluctablement.

Si on en croit le baromètre BVA en partenariat avec Orange, RTL et La Tribune pour le mois de juin, on assiste depuis le 1er janvier aux tendances suivantes :

– En Marche : – 16 %. La côte de popularité de Macron est passée de 98 % en janvier à 82 % en juin, en baisse sur les 6 mois consécutivement.

Parti Socialiste : – 21 %. La côte de popularité de Macron est passée de 38 % en janvier à 17 % en juin, malgré une légère embellie au mois d’avril.

France Insoumise/PCF/Verts : -13 %. La côte de popularité de Macron est passée de 24 % en janvier à 11 % en juin, en forte baisse en février, puis une remontée en mars et avril jusqu’aux niveaux de janvier et ensuite une dégringolade.

– Les Républicains : + 1 %. La côte de popularité de Macron est passée de 48 % en janvier à 49 % en juin, en baisse de janvier à mars, une forte hausse en avril, une baisse en mai et une remontée en juin.

– Rassemblement National (ex-FN) : – 2 % La côte de popularité de Macron est passée de 13 % en janvier à 11 % en juin, alternant les baisses et les hausses un mois sur l’autre.

Notons qu’un précédent sondage du 20 avril montrait qu’en un an de présence à l’Elysée, les côtes de popularités de Macron ont connues des tendances inverses et concomitantes. En mai 2017, 62 % des Français étaient favorables au Président et 35 % hostiles. Dès août, les courbes se croisèrent à 43 %. L’hostilité passa devant l’approbation d’août à décembre où elles se croisèrent à nouveau à 49 %. C’est toujours à 49 % que le moins repassa en tête en janvier 2018. Les avis favorables tombèrent à 40 % en mars avant de remonter à 43 % en avril. Les avis défavorables montèrent à 58 % en mars avant de retomber à 54 % en avril. Sur un an, voici donc la tendance : FAVORABLE = -19 %, DEFAVORABLE = + 19 %, AMPLITUDE : de +27 % à – 11 %.

La dégringolade continue car le sondage Les Echos paru le 5 juillet donne une chute continue de la popularité de Macron, qui n’est plus que de 34 %, le désaveu montant à 60 % (aux mêmes temps de passage, Hollande était à 31 %). Les Echos signalent qu’au sujet des migrants :

« Le chef de l’Etat a été jugé trop sévère par la gauche et trop laxiste par la droite. Il se retrouve perdant des deux côtés. A gauche, la cote d’Emmanuel Macron perd trois points pour tomber à 26 %, tandis qu’elle baisse de six points à droite, à 35 %. De ce fait, la polarisation n’a jamais été aussi forte dans le pays. Entre d’une part les catégories les plus aisées et les habitants des grandes agglomérations, qui sont les plus nombreux à conserver une opinion positive d’Emmanuel Macron, et les catégories populaires et habitants des territoires ruraux d’autre part. Ces derniers ont décroché et ont une image très négative du président. Emmanuel Macron ne recueille que 19 % de bonnes opinions chez les ouvriers (-11 points en un mois) et 23 % chez les habitants des communes rurales (-11 points) ».

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Champtocé says:

    Ce n’est pas nouveau, la suffisance et la prétention (voir l’épisode Giscard en son temps) n’ont jamais permis de bâtir un projet politique, et le côté incertain (à beaucoup de points de vue, intimes comme stratégiques) du bébé requin évoqué ici n’arrange rien.
    De toute façon, la mission essentielle que le Golem européen lui a confiée étant de briser définitivement les rares et derniers restes de la souveraineté française, on peut craindre, et à juste titre, que ces récents et successifs décrochages dans les enquêtes d’opinion (dont on sait par ailleurs à quel point celle-ci est changeante et manipulable) ne changeront rien aux plans mortifères qu’il s’apprête à continuer de dérouler sur la durée de son mandat.
    La sinistre “Finis Galliae”, qu’avait évoquée si justement Hannibal dans l’un de ses étincelants billets rivaroliens est toujours en cours d’exécution…

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

15 % 29.840 € manquants

5160 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 29.840 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !