Ces lundi 19 et mardi 20 novembre, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte sont en visite d’Etat en Belgique, à l’invitation officielle du roi des Belges.

Accueilli en grande pompe, lundi le couple présidentiel a visité un musée, rencontré des personnalités politiques et des hommes d’affaires, puis a terminé la soirée avec un dîner de gala au Palais royal. Au cours de cette même journée, Macron a tenu une conférence de presse en compagnie du Premier ministre belge. Macron a profité d’une question de la presse pour dire tout le bien qu’il pense du pacte mondial sur la migration préparé par l’ONU et qui devrait être signé au mois de décembre à Marrakech mais qui suscite des résistances, différents Etats (Hongrie, Autriche, Bulgarie, Tchéquie, Etats-Unis,…) ayant annoncé leur refus de le ratifier.

Ce mardi matin, Emmanuel Macron visitait… Molenbeek.

« Dans les quartiers, on a isolé. Les gens n’ont pas les mêmes opportunités. Vos initiatives donnent des accès, des réseaux pour se construire. Il n’y a pas de fatalité. Molenbeek c’est pas que des mauvais événements. Vous montrez cet autre visage » (Macron)

L’opération vise bien entendu à donner une image rassurante du “vivre-ensemble”, c’est-à-dire d’une société multiculturelle issue du grand remplacement de population par l’immigration. A Molenbeek, commune bruxelloise devenue célèbre dans le monde pour ses terroristes de l’Etat Islamique, les Belges de souche sont devenus une minorité. Emmanuel et Brigitte Macron ainsi que les souverains belges ont donc avalé quelques pâtisseries orientales devant les meutes de médias accrédités.

Mais derrière ces images de propagande pour le multiculturalisme et l’accueil illimité des immigrés se cache une autre réalité. Dès l’aube, un impressionnant dispositif policier avait envahi Molenbeek pour sécuriser les lieux et isoler un couloir réservé aux “huiles” et aux journalistes accrédités. Des centaines de policiers, certains en tenue anti-émeute, des tireurs d’élite sur les toits, des chiens renifleurs, de nombreux véhicules d’intervention, un hélicoptère, des barrières en quantité,… Voilà ce qui est nécessaire pour prétendre que Molenbeek est une petite commune tout ce qu’il y a de plus accueillante et que l’immigration est une richesse extraordinaire dont il ne faudrait se priver pour rien au monde…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Daniel Daflon says:

    S’il pouvait s’étouffer avec ses loukoum!

  2. Ah, ah ! un quartier sous haute surveillance pour protéger le petit toutou banquier donneur de leçons. Pendant ce temps, celui que Macron nous présente comme un dictateur infréquentable, honni par son peuple, le “boucher de Damas” Bachar el Assad, se promène dans les environs de sa capitale au volant de sa propre voiture, avec (avant sa maladie) femme et enfants, pour rendre visite aux soldats blessés. Qui a peur ?

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

11 % 31.170 € manquants

3830 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !