Armons-nous et partez : le ridicule et la

folle prétention d’un président start-up !

Le lundi 26 février 2024 au soir, lors de la conférence de soutien à l’Ukraine, le Président Macron a déclaré : « Il n’y a pas de consensus aujourd’hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol. Mais en dynamique, rien ne doit être exclu » à la suite des derniers succès russes sur la ligne de front, notamment la prise de la ville Avdeevka aux forces ukrainiennes.

Plus tard dans la conférence, il a rajouté : « Nous ne souhaitons pas entrer en guerre avec le peuple russe, mais nous sommes déterminés à garder la maîtrise de l’escalade”.

Tout et son contraire dans la même déclaration comme pour rassurer la population.

Mais quelle mouche l’a piqué ?

Se rend-il compte de ce genre d’affirmation ? Se rend-il compte que la France deviendrait co-belligérante  dans ce conflit, entraînant de facto tous les pays de l’OTAN dans une confrontation généralisée avec les russes qui ont plus de deux ans d’expérience dans une guerre de haute intensité à laquelle nos troupes ne sont pas préparées ?

Il est fou, complément fou, nous sommes dirigés par un fou.

S’il est conscient de ce qu’il affirme en mesurant toutes les conséquences, c’est qu’il est bien dirigé par des éléments sournois mondialistes qui, ne trouvant pas de solution pour déstabiliser le monde, souhaitent ardemment déclencher une guerre.

La perte de son peuple lui importe peu.

La propagande à plein tube explique au quidam français que le soutien des ukrainiens est une bonne chose, que tout va bien. Et à force de rabâcher, les français lambda y croient. Sauf que, quand l’engrenage sera en route, quand l’ours russe déferlera sur nos troupes pour en faire qu’une bouchée, quand les bodybags (sacs mortuaires en français) rentreront par centaines de ce conflit qui n’est pas la nôtre, cela sera trop tard.

Trop tard pour s’apercevoir que cette guerre ne nous concerne pas, trop tard pour arrêter le flot des poulets, des céréales ukrainiennes mondialisées en Europe, trop tard pour se préparer à la guerre de haute intensité voté dans la LPM[1] 2024-2030 avec déjà des coupes budgétaires sur le fonctionnement, donc l’entraînement.

Tout est fait à l’envers, ce monde de fous nous dévore petit à petit.

Alors que nous reste-t-il ? L’Espérance et la prière en ce temps de Carême pour résister et nous battre localement pour faire notre devoir d’Etat à notre petit niveau, nos petites victoires et nous regrouper urgemment à la campagne comme le déclame Alain Escada dans toutes les conférences qu’il anime pour résister quand les temps sombres arriveront décrits dans l’Apocalypse ou dans les différents messages de la Très Sainte Vierge Marie.

Anatole Castagne

[1] LPM : loi de programmation militaire

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !