Sanctoral 
De la férie : messe du X° dimanche après la Pentecôte
Saints Tiburce et Suzanne, Martyrs

Tiburce, fils de Chromatius, préfet de Rome, avait embrassé le christianisme, à la persuasion de saint Sébastien. Amené pour ce motif devant le juge Fabien, il se mit à discourir en sa présence sur divers points de la foi chrétienne. Dans sa fureur, le juge ordonna de couvrir le pavé de charbons ardents, et lui dit : « Tiburce, il faudra, ou que tu sacrifies sans délai aux dieux de l’empire, ou que tu marches nu-pieds sur ces charbons » . Se munissant alors du signe de la croix, le Martyr marcha plein de confiance sur le brasier. « Apprends par là, dit-il an juge, que le Dieu des Chrétiens est le seul Dieu. Tes charbons me semblent être des fleurs ». Ce prodige ayant été attribué à la magie, on conduisit Tiburce hors de la ville sur la voie Lavicane, à trois milles de Rome, où on le décapita et où les Chrétiens l’ensevelirent. Le même jour, Suzanne, vierge d’une grande noblesse, qui avait refusé l’alliance de Galère Maxime, fils de l’empereur Dioclétien, à cause de son vœu de virginité, et que de nombreux supplices n’avaient pu détourner de sa résolution sainte, fut décapitée dans sa propre maison, sur l’ordre de l’Empereur. C’est ainsi qu’elle monta au ciel, couronnée de la double gloire de la virginité et du martyre.

Sainte Philomène, Vierge et Martyre

Le tombeau de cette vierge et martyre, inconnue jusqu’aux premières années du siècle dernier, fut providentiellement découvert aux catacombes, l’an 1802. Dieu a rendu célèbre par tant de miracles la découverte du corps de sainte Philomène; le culte de cette jeune Sainte s’est répandu dans tout l’univers avec une rapidité si merveilleuse; elle a reçu et reçoit de toutes parts des hommages si exceptionnels, qu’elle mérite d’être placée au premier rang parmi les vierges et martyres que vénère l’Église. Le saint curé d’Ars l’appelait sa chère petite Sainte et faisait des merveilles par son invocation. D’après les études fort sérieuses des savants, sainte Philomène aurait été une enfant du peuple, immolée au Ier siècle pour Jésus-Christ, à l’âge de douze ou treize ans. L’examen de ses ossements a permis d’apprécier son âge; la fiole de sang desséché trouvée dans sa tombe indique clairement son martyre; les instruments de supplice peints sur la plaque de terre cuite qui fermait le tombeau, les flèches, l’ancre, la torche, nous montrent quels genres de tortures elle a souffert; l’inscription: La paix soit avec toi, Philomène, nous fait connaître son nom vénéré. C’est à bon droit que sainte Philomène a été appelée la Thaumaturge du XIXe siècle. Aucun Saint peut-être, dans ce siècle, n’a opéré tant de prodiges. On l’invoque dans tous les besoins; mais elle semble s’être déclarée surtout l’amie et la protectrice des petits enfants. De tous les miracles qu’elle a faits, le plus grand est l’explosion de confiance et d’amour qu’elle a excitée en toute l’Église.

Martyrologe

 A Rome, « entre les Deux Lauriers », l’anniversaire de saint Tiburce martyr. Sous le juge Fabien, durant la persécution de Dioclétien, contraint de marcher pieds nus sur des charbons ardents, il n’en confessa le Christ qu’avec plus d’assurance; conduit ensuite à trois milles de la Ville, il y fut mis à mort par le glaive.

De plus, à Rome, sainte Suzanne vierge. Issue d’une noble famille et nièce du bienheureux pape Caïus, elle fut décapitée et mérita ainsi la palme du martyre, sous l’empereur Dioclétien.

A Assise, en Ombrie, l’anniversaire de sainte Claire vierge, première plante des Pauvres Dames de l’Ordre des Mineurs. Sa vie et ses miracles la rendirent célèbre, et le pape Alexandre IV l’a mise au nombre des saintes Vierges. Sa fête se célèbre le jour suivant.

A Comane, dans le Pont, saint Alexandre évêque, surnommé le Charbonnier. Philosophe très éloquent, il acquit la sublime science de l’humilité chrétienne; élevé, par saint Grégoire le Thaumaturge, sur le siège épiscopal de cette église de Comane, il s’y rendit célèbre, non seulement par sa prédication, mais encore par son martyre accompli dans les flammes.

Le même jour, la passion de saint Butin, évêque des Marses, et de ses compagnons, sous l’empereur Maximin.

A Evreux, en Gaule, saint Taurin évêque. Ordonné évêque de cette ville par le pape saint Clément, il y propagea la foi chrétienne par la prédication de l’évangile, et entreprit dans ce but de nombreux travaux; il s’endormit dans le Seigneur, renommé par l’éclat de ses miracles.

A Cambrai, en France, saint Géry, évêque et confesseur.

Dans la province de Valérie, saint Equice abbé, dont la sainteté est attestée par le témoignage du pape saint Grégoire.

A Todi, en Ombrie, sainte Digne vierge.

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés