Sanctoral

Saints Nérée, Achillée, Domitille (Vierge) et Pancrace, Martyrs

Nérée et Achillée, son frère, étaient officiers de la maison de Flavie Domitille ; saint Pierre les baptisa en même temps qu’elle et que Plautille, sa mère. Comme ils avaient inspiré à Domitille le dessein de consacrer à Dieu sa virginité, Aurélien à qui elle était fiancée, les accusa d’être chrétiens. Ils confessèrent glorieusement leur foi, et furent pour ce motif relégués dans l’île Ponza ; là on les soumit de nouveau à la torture et on les battit de verges. Conduits ensuite à Terracine, Minutius Rufus les fit tourmenter sur le chevalet, et brûler avec des torches enflammées. Comme ils déclaraient constamment qu’on ne pourrait les contraindre par aucun tourment à sacrifier aux idoles, ils eurent la tête tranchée. Leurs corps furent apportés à Rome par Auspice, leur disciple, qui avait instruit Domitille, et ils furent ensevelis sur la voie Ardéatine.

Flavie Domitille, vierge romaine nièce des empereurs Titus et Domitien, avait reçu des mains du bienheureux Pape Clément le voile sacré de la virginité. Dénoncée comme chrétienne par Aurélien, son fiancé, fils du consul Titus Aurélus, elle fut reléguée par l’empereur Domitien dans l’île Ponza, où elle souffrit en prison un long martyre. On la conduisit enfin à Terracine ; elle y confessa de nouveau le Christ, et comme elle paraissait toujours plus ferme dans sa résolution, le juge ordonna de mettre le feu à la maison où elle était enfermée, et elle acheva ainsi, avec les vierges Théodora et Euphrosyne, ses sœurs de lait, le cours de son glorieux martyre, aux nones de mai, sous l’empereur Trajan. Leurs corps furent trouvés entiers, et ensevelis par le Diacre Césaire. Or ce jour est celui où les corps des deux frères et de Domitille furent transportés ensemble de la diaconie de Saint-Adrien, et rendus à la basilique des saints Martyrs, du titre de Fasciola.

Pancrace, né en Phrygie, était de noble race ; il vint à Rome à l’âge de quatorze ans, sous les empereurs Dioclétien et Maximien. Baptisé et instruit dans la foi chrétienne par le Pontife romain, il fut peu après arrêté pour cette même foi. Ayant refusé constamment de sacrifier aux dieux, et présenté sa tête au bourreau avec un courage viril, il parvint à la glorieuse couronne du martyre. Une sainte femme, nommée Octavie, en leva son corps pendant 1a nuit, l’embauma, et l’ensevelit sur la voie Aurélienne.

Sainte Imelda Lambertini, Vierge (1521-1533)

Sainte Imelda descendait de la noble famille des Lambertini. Née à Bologne en 1521, elle avait reçu au baptême le nom de Madeleine. Dès le berceau elle manifesta une intelligence précoce qui s’ouvrait naturellement aux lumières de la foi. On ne constata jamais en elle de difficulté à obéir, ni de ces caprices qui rendent pénible l’éducation des enfants. Au premier signe, Madeleine quittait le jeu le plus animé pour se mettre au travail. Elle s’était aménagé un petit oratoire qu’elle ornait de ses mains. Tout son bonheur consistait à s’y retirer pour prier. La splendeur de la maison paternelle pesait à cette âme qui comprenait déjà le néant des choses créées. Suivant un usage très ancien dans l’Église, on recevait parfois les enfants dans les monastères. Ils étaient revêtus de l’habit religieux, mais cela n’engageait en rien leur avenir et ces enfants n’étaient assujettis qu’à une partie de la Règle. A l’âge de dix ans, la petite Madeleine pria ses parents avec tant d’instance de lui octroyer cette grâce, qu’ils finirent par se rendre à ses désirs et l’emmenèrent chez les Dominicaines de Valdiprétra, près de Bologne. La jeune enfant prit l’habit avec joie et échangea son nom pour celui d’Imelda, qui signifie: donnée au monde comme du miel, sans doute à cause de sa douceur et de son extrême amabilité. Novice, elle voulut observer la Règle tout entière bien qu’elle n’y fut pas obligée. Sa constance au service de Dieu ne se démentit pas un instant, aucune austérité ne l’effrayait, et elle s’appliquait en tout à ressembler à Jésus crucifié. La sainte enfant passait des heures en adoration devant Jésus-Hostie, sans ressentir plus de lassitude que les anges devant Dieu. Durant le Saint Sacrifice de la messe, elle versait d’abondantes larmes, surtout lorsque les religieuses quittaient leurs stalles pour aller communier. Dans l’ingénuité de son amour, elle disait parfois: «Je vous en prie, expliquez-moi comment on peut recevoir Jésus dans son coeur sans mourir de joie.» Les religieuses étaient grandement édifiées de sa particulière dévotion envers le Saint Sacrement. C’était l’usage du pays de donner la première communion aux enfants qu’à l’âge de quatorze ans. Sainte Imelda, consumée par l’ardeur de ses désirs, suppliait d’être enfin admise à la sainte Table mais on ne croyait pas devoir faire exception pour la petite novice. Le jour de l’Ascension 1533, Imelda atteignit ses onze ans. De nouveau, elle conjura son confesseur de lui permettre de recevoir la sainte communion, mais ce dernier resta inflexible. L’enfant s’en alla à la chapelle en pleurant, afin d’y entendre la messe. Le Seigneur Jésus, si faible contre l’amour, ne put résister davantage aux voeux de cette âme angélique. Au moment de la communion, une hostie s’échappa du ciboire, s’éleva dans les airs, franchit la grille du choeur et vint s’arrêter au-dessus de la tête de sainte Imelda. Aussitôt que les religieuses aperçurent l’hostie, elles avertirent le prêtre du prodige. Lorsque le ministre de Dieu s’approcha avec la patène, l’hostie immobile vint s’y poser. Ne doutant plus de la Volonté du Seigneur, le prêtre tremblant communia Imelda qui semblait un ange plutôt qu’une créature mortelle. Les religieuses, saisies d’un étonnement inexprimable, restèrent longtemps à regarder cette enfant toute irradiée d’une joie surnaturelle, prosternée en adoration. Ressentant finalement une vague inquiétude, elles appellèrent Imelda, la prièrent de se relever, puis lui en donnèrent l’ordre. L’enfant toujours si prompte à obéir paraissait ne pas même les entendre. En allant la relever, les soeurs s’aperçurent avec stupéfaction qu’Imelda était morte: morte de joie et d’amour à l’heure de sa première communion. Cette petite sainte italienne a été surnommée: la fleur de l’Eucharistie. Elle est la patronne des premiers communiants.

Saint Epiphane, Evêque et Docteur de l’Eglise

Saint Epiphane a été surnommé le Jérôme de l’Orient, à cause de sa vie austère et de son amour passionné pour les saintes Écritures. Il naquit de parents pauvres, dans un petit village de la Palestine. Ce n’est qu’au bout d’un certain nombre d’années qu’il connut la religion chrétienne et reçut le baptême. On rapporte qu’au moment où il approchait des fonts baptismaux, sa chaussure lui tomba des pieds; il ne la reprit point, et tout le reste de sa vie il marcha pieds nus. Epiphane avait été adopté dans son enfance par un riche juif qui, en mourant, lui avait laissé sa fortune; il renonça à tout pour se faire solitaire à l’école de Saint Hilarion, et il se montra digne d’un tel maître. Formé à la vie religieuse, il revint dans sa patrie, y fonda un monastère et tenta de faire de la Palestine une autre Thébaïde ; là, Epiphane s’ensevelit trente années dans l’étude, la prière, la mortification et le jeûne. Cependant sa réputation de sainteté et de science s’était répandue au loin ; les évêques de Palestine songèrent à lui conférer l’épiscopat. A cette nouvelle, Epiphane s’embarque et va trouver Hilarion dans son désert; mais, après quelques mois, le vieux solitaire lui dit : « Mon fils, allez à Salamine, votre place est là. » Le disciple résiste encore et s’embarque pour Ascalon ; mais une violente tempête le pousse au port de Salamine. Le siège épiscopal de cette ville était vacant; Epiphane, à l’improviste, y est porté en triomphe. Le “nouvel évêque conserva son habit de moine, et, au milieu des occupations de sa charge pastorale, il n’abandonna jamais les habitudes austères de la vie religieuse. Sa charité ne connaissait aucune limite, au point qu’un de ses diacres l’accusa outrageusement de dissiper les biens ecclésiastiques. Epiphane ayant un jour invité son clergé à dîner, un corbeau vint croasser près d’eux ; et le diacre, faisant une mauvaise plaisanterie, promit à l’évêque de lui donner tout son bien, s’il lui expliquait le langage de cet oiseau : “Le corbeau, dit Epiphane, vient de dire que vous ne serez plus diacre.” Le diacre tomba, demi-mort de peur; il expira le lendemain, et tout son bien revint à l’Église. C’en fut assez pour imposer silence aux détracteurs du saint prélat. Epiphane fut ami de Saint Jérôme ; il fut aussi ami de Saint Basile, mais par correspondance seulement ; au contraire, il fut longtemps prévenu contre Saint Jean Chrysostome. Il était venu à Constantinople sans vouloir communiquer avec lui ; mais il eut tant de chagrin d’avoir été trompé, qu’il se hâta de retourner à Salamine, en laissant ces mots réparateurs à Chrysostome, qu’il n’avait jamais vu : « Athlète du CHRIST, souffrez et triomphez. » Epiphane mourut sur mer pendant son retour, et le navire ne rapporta plus qu’un corps inerte au milieu du peuple navré de douleur. C’était l’an 403.

Martyrologe 

A Rome, sur la voie Ardéatine, les saints frères martyrs Nérée et Achillée. Ils demeurèrent longtemps en exil dans l’île de Ponza, pour la foi du Christ, avec Flavie Domitille dont ils étaient les officiers; puis le consul Minutius Rufus voulut, mais en vain, les forcer à sacrifier en recourant aux tourments du chevalet et du feu, ceux-ci alléguant que, baptisés par le bienheureux apôtre Pierre, ils ne pouvaient en aucune façon sacrifier aux idoles; ils eurent alors la tête tranchée. Leurs saintes reliques, avec celles de Flavie Domitillet furent, par ordre du pape Clément VIII, transférées solennellement en ce jour, de la diaconie de saint Adrien, à l’ancienne église de leur nom où autrefois on les avait conservées et que l’on venait de réparer. Cette translation eut lieu la veille de ce jour, mais Clément VIII ordonna qu’on la célébrerait aujourd’hui ainsi que la fête de la bienheureuse vierge Domitille, dont la passion est mentionnée aux nones de ce mois (7 mai).

A Rome encore, sur la voie Aurélienne, saint Pancrace martyr, qui, âgé de quatorze ans, accomplit son martyre par la décapitation, sous Dioclétien.

A Salamine, en Chypre, saint Epiphane évêque. D’une vaste érudition, et connaissant admirablement les Saintes écritures, il ne fut pas moins étonnant par la sainteté de sa vie, son zèle à maintenir la foi catholique, sa libéralité envers les pauvres et le don des miracles.

A Constantinople, saint Germain évêque, célèbre par sa science et ses vertus. Il reprit avec une grande fermeté Léon l’Isaurien, pour l’édit qu’il publiait contre les saintes images.

A Trèves, saint Modoald évêque.

A Rome, saint Denis, oncle du martyr saint Pancrace.

A Argyre, en Sicile, saint Philippe prêtre. Il fut envoyé dans cette ne de Sicile par le pontife romain et convertit au Christ la majeure partie des habitants. Sa sainteté se manifeste principalement dans la délivrance des possédés.

Dans la cité de Calzade, en Espagne, saint Domingue confesseur.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés