Sanctoral

Saint Philippe Néri, Confesseur

Philippe naquit à Florence le 22 juillet 1515. Dès son enfance, on l’appelait le bon petit Philippe, tant il était bon, doux et aimable. Vers l’âge de dix-huit ans, il renonça à la fortune d’un de ses oncles pour aller à Rome étudier les sciences ecclésiastiques. Rien de plus édifiant que sa vie d’étudiant: pauvreté, mortification, prière, travail, silence, vie cachée, habitaient sa modeste cellule. Après plusieurs années d’étude opiniâtre dans les universités, il travailla seul, quelques années encore, dans le silence et la solitude, et quand, devenu prêtre par obéissance, il commença à se livrer au ministère des âmes, son esprit facile et profond avait acquis une science fort remarquable. Son angélique pureté eut à subir les plus rudes assauts; mais il sortit toujours vainqueur de tous les pièges, et reçut comme récompense la grâce de ne jamais ressentir, le reste de sa vie, aucun mouvement, même involontaire, de la concupiscence charnelle. Un jour, Philippe fut tellement embrasé de l’amour de Dieu, que deux de ses côtes se rompirent pour donner plus de liberté à ses élans séraphiques. Souvent ses entretiens avec Notre-Seigneur étaient si suaves, qu’il n’y pouvait tenir et se mourait de joie, ce qui lui faisait pousser ce cri: “Assez, Seigneur, assez!” Philippe visitait les hôpitaux, soignait les malades, assistait et instruisait les pauvres, passait de longues nuits dans la prière, aux catacombes, sur les tombeaux des martyrs. Partout et à toute occasion, il cherchait à gagner des âmes à Dieu. Il aimait surtout les jeunes gens; il les attendait à la sortie des écoles, se mêlait à leurs rangs et conversait avec eux; il les abordait sur les places publiques, les cherchait jusque dans les ateliers et les magasins, en confessait une multitude, en retirait un grand nombre du vice. “Amusez-vous bien, leur disait-il souvent; mais n’offensez pas le bon Dieu!” Aussi Philippe exerçait-il sur l’enfance et la jeunesse un ascendant irrésistible, et nul mieux que lui ne mérite d’être regardé comme le Patron des Oeuvres de jeunesse. Le Saint fonda la Société des Prêtres de l’Oratoire.

Philippe jouait pour ainsi dire avec les miracles, et les résurrections de morts ne coûtaient rien à cet homme extraordinaire. Il se regardait, malgré tout, comme le plus grand des pécheurs, et disait souvent à Dieu: “Seigneur, défiez-Vous de moi, car j’ai peur de Vous trahir!” Philippe mourut à l’âge de quatre-vingt ans, le 26 mai 1595.

Saint Éleuthère, Pape et Martyr

Éleuthère, né à Nicopolis en Grèce, fut d’abord Diacre du Pape Anicet, puis gouverna l’Église sous l’empire de Commode. Au commencement de son pontificat, il reçut des lettres de Lucius, roi des Bretons, qui le priait de l’admettre, ainsi que ses sujets, au nombre des Chrétiens. C’est pourquoi Éleuthère envoya dans la Grande-Bretagne Fugacius et Damien, personnages doctes et pieux, pour porter à ce prince et à sa nation, le bienfait de la foi. Irénée, disciple de Polycarpe, étant venu à Rome fut accueilli par ce Pontife avec bienveillance. A cette époque l’Église jouissait d’une grande paix et d’un profond repos, et la foi faisait beaucoup de progrès dans le monde entier, principalement à Rome. Éleuthère vécut dans le pontificat quinze ans et vingt-trois jours. Il fit au mois de décembre trois ordinations, dans lesquelles il ordonna douze Prêtres, huit Diacres et sacra quinze Évêques pour divers lieux. Il fut enseveli dans le Vatican, près du corps de saint Pierre.

Martyrologe

A Rome, saint Philippe Néri, prêtre et confesseur, fondateur de la Congrégation de l’Oratoire, remarquable par sa pureté virginale, le don de prophétie et celui des miracles.
De plus, à Rome, saint Eleuthère, pape et martyr. Il convertit à la foi du Christ un grand nombre de nobles romains, envoya en Grande-Bretagne les saints Damien et Fugace, qui baptisèrent le roi Lucius avec son épouse et presque tout son peuple.

A Cantorbéry, en Angleterre, l’anniversaire de saint Augustin, évêque et confesseur. Envoyé avec plusieurs autres par le bienheureux pape Grégoire, il prêcha à la nation des Angles le saint évangile du Christ, et s’endormit dans le Seigneur, tout éclatant de la gloire de ses vertus et de ses miracles. Sa fête se célèbre le 5 des calendes de juin (28 mai).

A Athènes, l’anniversaire de saint Quadrat, disciple des Apôtres. Par sa foi et son zèle, il réunit les fidèles qu’une violente terreur avait dispersés durant la persécution d’Adrien; il présenta à ce prince un livre pour la défense de la religion chrétienne, ouvrage très utile et digne de l’enseignement des Apôtres.

A Rome, les saints martyrs Simitre prêtre et vingt deux autres, qui souffrirent sous Antonin le Pieux.

A Vienne, en Gaule, saint Zacharie, évêque et martyr, qui souffrit sous Trajan.

En Afrique, saint Quadrat martyr, en la fête duquel saint Augustin prononça un discours.

A Todi, en Ombrie, l’anniversaire des saints martyrs Félicissime, Héraclius et Paulin.

Dans l’Auxerrois, la passion de saint Prisque martyr, qui fut décapité, avec une grande multitude de chrétiens.

A Quito, dans l’équateur, sainte Marie Anne de Jésus de Parédès, vierge, du Tiers-Ordre de saint François, célèbre par son austérité et sa charité envers le prochain. Le pape Pie XII l’a inscrite au catalogue des saintes Vierges.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés