Sanctoral

Saint Pierre Nolasque – Confesseur

Pierre Nolasque, né en  1189 d’une famille noble à Recaud, près de Carcassonne, en France, se distingua par une charité singulière envers le prochain. Un présage de cette vertu se produisit un jour que Pierre, étant encore enfant, pleurait dans son berceau : un essaim d’abeilles vola vers lui, et construisit un rayon de miel dans sa main droite. Privé de ses parents dans son adolescence, et détestant l’hérésie des Albigeois qui exerçait alors ses ravages en France, il vendit son patrimoine, se retira en Espagne, et accomplit à Notre-Dame de Mont-Serrat un vœu par lequel il s’était lié. Il se dirigea ensuite vers Barcelone, et après y avoir employé tout l’argent qu’il possédait à racheter les fidèles du Christ, de la servitude des ennemis, il disait souvent qu’il désirait se vendre lui-même pour les délivrer, ou être chargé de leurs chaînes. L’événement suivant montra combien le désir du Saint plaisait à Dieu. Une nuit qu’il priait et roulait dans son esprit beaucoup de projets pour venir en aide aux Chrétiens vivant dans la captivité, la bienheureuse Vierge, lui apparaissant en 1228, lui fit entendre qu’il serait très agréable à son Fils et à elle qu’il instituât en son honneur un Ordre religieux, dont le soin principal serait de délivrer les captifs de la tyrannie des infidèles. Obéissant aussitôt à cet avertissement céleste, il institua l’Ordre de Notre-Dame de la Merci pour la rédemption des captifs, de concert avec saint Raymond de Pennafort et Jacques 1er, roi d’Aragon, qui avaient reçu de la Mère de Dieu, en la même nuit, une révélation semblable. Les confrères de cet Ordre s’engagent, par un quatrième vœu, à demeurer en otage au pouvoir des païens, si cela est nécessaire pour la délivrance des Chrétiens. Ayant fait vœu de virginité, il conserva toujours une chasteté sans tache. Il brilla d’une manière admirable par sa patience, son humilité, son abstinence et par toutes les autres vertus. Illustre par le don de prophétie, il annonça plusieurs événements futurs, parmi lesquels le plus célèbre est que le roi Jacques reprit Valence, occupée par les Maures, après avoir reçu du Saint l’assurance d’obtenir cette victoire. Il était consolé par de fréquentes apparitions de son Ange gardien et de ta Vierge Mère de Dieu. Enfin, accablé de vieillesse, instruit de l’imminence de sa mort, il tomba malade ; et, après avoir été fortifié par les sacrements, il exhorta ses frères à la charité envers les captifs. Puis, récitant avec grande dévotion le Psaume : « Je vous louerai, Seigneur, de tout mon cœur », étant arrivé à ces paroles :» Le Seigneur a envoyé la rédemption à son peuple », il rendit son esprit à Dieu, au milieu de la nuit de la Vigile de la Nativité du Seigneur le 25 décembre 1256.

Sainte Agnès, pour la seconde fois

C’était un antique usage, le huitième jour après la fête d’un saint, de se rassembler autour de son tombeau et de célébrer le Saint-Sacrifice. Cet usage s’est maintenu pour la fête de sainte Agnès ; seulement, dans les livres liturgiques, on n’appelle pas ce jour l’Octave, mais « Sanctae Agnetis secundo », c’est-à-dire pour la seconde fois. Cette seconde fête est célébrée avec une solennité moindre (rite simple). Cet antique usage a été repris dernièrement pour les trois fêtes qui suivent Noël. Cependant la fête d’aujourd’hui a, dans les anciens sacramentaires, une importance particulière : c’est le jour de la naissance de sainte Agnès, qu’on célébrait, par exception, à cause de la grande vénération qu’on avait pour la sainte. On lit aujourd’hui au bréviaire cette édifiante leçon : « Comme, un jour, les parents d’Agnès veillaient, selon leur coutume, auprès de son tombeau, elle leur apparut dans la nuit entourée d’un chœur de vierges et leur adressa les paroles suivantes : Chers parents, ne me pleurez pas comme une morte car, en compagnie de ces vierges, je vis au ciel auprès de Celui que, sur la terre, j’ai aimé de tout mon cœur. » Quelques années plus tard, Constance, fille de Constantin le Grand, qui souffrait d’un ulcère inguérissable, priait, bien qu’elle ne fût pas encore chrétienne, au tombeau de la sainte. S’étant endormie, elle entendit ces paroles de sainte Agnès : « Constance, sois constante. Crois en Jésus-Christ, le Fils de Dieu et tu seras guérie. » Elle fut en effet guérie ; peu de temps après, elle reçut le baptême avec beaucoup d’autres membres de la famille impériale et elle fit bâtir, en l’honneur de sainte Agnès, une église sur son tombeau. » — Cette leçon nous renseigne sur un usage des premiers chrétiens : ils aimaient passer la nuit près du tombeau des martyrs. Ils y amenaient même leurs malades, car ils étaient persuadés qu’une vertu de guérison sortait du tombeau des martyrs.

Martyrologe

Saint Pierre Nolasque, confesseur, fondateur de l’Ordre de la Bienheureuse Marie de la Merci pour le rachat des captifs. Il s’endormit dans le Seigneur le 8 des calendes de janvier (25 décembre).

A Rome, sainte Agnès, vierge et martyre, commémorée pour la seconde fois.

A Alexandrie, l’anniversaire de saint Cyrille, évêque de cette ville, confesseur et docteur de l’église. Très célèbre défenseur de la foi catholique, remarquable par sa doctrine et sa sainteté, il reposa en paix. Sa fête se célèbre le 5 des ides de février (9 février).

A Rome, saint Flavien martyr, qui souffrit sous Dioclétien.

A Alexandrie, la passion de nombreux saints martyrs, qui furent mis à, mort en ce jour, de diverses manières, par la faction de Syrien, chef militaire arien, au moment où ils célébraient dans l’église les saints mystères.

A Apollonie, les saints martyrs Leuce, Thyrse et Callinique. Au temps de l’empereur Dèce, ils subirent divers genres de tourments. Le premier et le dernier eurent la tête tranchée, le second rendit l’âme à l’appel d’une voix céleste, et ainsi ils consommèrent leur martyre.

En Thébaïde, les saints martyrs Léonidas et ses compagnons, qui, sous Dioclétien, remportèrent la palme du martyre.

A Saragosse, en Espagne, saint Valère évêque.

A Cuenca, en Espagne, l’anniversaire de saint Julien évêque. Après avoir distribué aux pauvres les biens de son église et vécu du travail de ses mains, à l’exemple des apôtres, il mourut en paix, célèbre par ses miracles.

Au monastère de Réome (auj. Moutiers-St-Jean), en France, la mise au tombeau de saint Jean prêtre, homme dévoué au service de Dieu.

En Palestine, saint Jacques ermite: après être tombé dans une faute, il se cacha longtemps dans un tombeau pour y faire pénitence; devenu célèbre par ses miracles, il partit de ce monde vers le Seigneur.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !