Marie-Antoinette, par Charles-Eloi Vial, éditions Perrin

Charles-Eloi Vial, archiviste paléographe, docteur habilité en histoire, est conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la monarchie, il signe une nouvelle biographie de la reine Marie-Antoinette chez Perrin.

Une reine finalement méconnue

La Marie-Antoinette que le grand public imagine, entretenue par le cinéma et une littérature de fiction, n’a pas grand chose à voir avec la femme qui arpentait les jardins du Petit Trianon au couchant de l’Ancien Régime. Elle était même à l’opposé de cette reine de caricature. L’enjeu de cette nouvelle biographie est de se libérer des stéréotypes, de proposer la synthèse de trois décennies de travaux novateurs et enfin d’offrir au lecteur un travail essentiellement appuyé sur les sources primaires : journaux intimes, lettres, Mémoires et correspondances diplomatiques, dans le dessein de dépasser la version d’une femme “banale” pour retrouver au contraire un personnage complexe avec ses idées, ses ambitions, ses défauts et ses qualités, aux prises avec son époque et son environnement, au sein d’une cour en pleine évolution.

Victime d’une profusion de mensonges

Les faux témoignages sur Marie-Antoinette ont été constamment pris pour argent comptant. Les témoignages authentiques sur la dernière reine de France sont rares. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la reine est fort peu bavarde, la plupart des citations célèbres qui lui sont attribuées ont été inventées au XIXe siècle et reprises à l’envi dans des ouvrages les plus divers, jusqu’à entrer dans le langage courant. C’est l’occasion de pourfendre quelques fameux bobards. L’auteur a préféré s’en remettre aux archives, souvent sous-exploitées.

Reine à dix-neuf ans

Ce livre rend à Marie-Antoinette le rôle qui fut le sien à la fin de l’ancien monde auquel elle appartenait et à l’aube d’une ère nouvelle qu’elle ne voulait ni ne pouvait comprendre. Surexposée et constamment observée, Marie-Antoinette n’avait que dix-neuf ans en montant sur le trône en 1774. Si elle aimait s’amuser et dédaignait en toute ingénuité l’étiquette à son arrivée en France, elle ne mit que quelques années à s’assagir et à en maîtriser les subtilités, tout en cherchant continuellement à s’en affranchir, sa quête d’une introuvable tranquillité et sa volonté de profiter d’une vie privée évoquant celles de son mari. Selon le prince de Ligne, qui la connaissait bien, elle n’aurait en réalité jamais vécu ne serait-ce qu’une seule journée parfaitement heureuse.

Le développement d’une pensée politique

Finalement, c’est dans la contre-politique que Marie-Antoinette finit par s’épanouir, en suppléant les défaillances de son mari à la fin de l’Ancien Régime d’abord, puis en mettant sur pied un réseau international, échangeant sans cesse avec les monarques européens à seule fin de combattre cette Révolution. Elle développa à ce moment une pensée politique qui lui fut propre.

Le martyre

Le récit de son martyre est poignant. C’est mourante qu’elle est trainée à l’échafaud. L’exécution de Marie-Antoinette eut lieu six heures après la fin de son procès. Préalablement, elle avait rédigé son fameux testament, une longue lettre de deux pages adressée à Madame Elisabeth – qui ne lui fut jamais remise.

Ex Libris

Marie-Antoinette, Charles-Eloi Vial, éditions Perrin, 720 pages, 28 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !