A l’audience générale, à la veille de l’Annonciation, l’actuel pape argentin a récidivé contre la Sainte Vierge en lui refusant le titre de Co-Rédemptrice : elle est la Madone a-t-il dit « la mère à qui Jésus nous a confiés à tous, mais en tant que mère, non en déesse, pas en co-rédemptrice ».

Outre de montrer son ignorance théologique sur le sujet, le mot « co-rédemptrice » n’étant en aucune façon un synonyme de « déesse », c’est la troisième fois depuis le début de son pontificat, que François a clairement exclu la possibilité de proclamer le caractère « co-rédempteur » de la Vierge. Marie est « la mère à qui Jésus nous a confiés, mais en tant que mère, non en tant que déesse, non en tant que co-rédemptrice : en tant que mère », a-t-il scandé lors de l’audience générale à la veille de la solennité de l’Annonciation. Jésus « est le seul rédempteur, il n’y a pas de co-rédempteurs avec le Christ, il est le seul, il est le médiateur par excellence ».

La demande de proclamer un dogme sur Marie co-rédemptrice est ancienne et très répandue en Amérique latine, mais pas seulement.

Dès le Moyen Âge théologiens, saints, et même papes, définissaient la Vierge « co-rédemptrice », et ce courant s’est poursuivi au cours des siècles. Jusqu’au concile Vatican II qui vira de bord dans le domaine de la mariologie : virage révolutionnaire, dans la ligne du nouvel œcuménisme moderniste et militant. La demande de ce nouveau dogme marial fut donc rejetée pour ne pas déplaire aux protestants. Et El papa argentin continue, sans surprise, sur cette lancée néo-protestante.

« Ce n’est point un secret de polichinelle, écrivions-nous sur MPI en 2019, depuis le second concile du Vatican, la théologie mariale est en effet dictée non par l’intelligence des mystères de Dieu mais principalement par l’œcuménisme moderniste et le souci de ne pas froisser les sectes protestantes avec qui marche béatement l’Église conciliaire ‘sur le chemin de l’unité dans la diversité’. »

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

11 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :