Interrogée sur sa participation à un débat face à Macron dans l’émission “Bourdin direct”, Marine Le Pen a répondu qu’elle n’irait pas “débattre avec M. Macron sur BFMacron.”  En effet, Macron lorsqu’il était ministre de F. Hollande à Bercy, il y a quelques mois à peine, avait permis au magnat de la presse Patrick Drahi d’acheter SFR afin que celui-ci regroupe dans SFR ses médias, alors que son prédécesseur Montebourg s’y était opposé. A peine Montebourg démissioné, son successeur Macron a immédiatement donné la permission à Drahi d’acquerrir SFR.  

L’homme d’affaires Patrick Drahi, propriétaire du groupe Altice, va regrouper dans l’opérateur télécoms SFR ses activités médias, détenues à titre personnel et via son groupe Altice, dont BFMTV, Libération et l’Express. Source les Echos

Marine Le Pen dénonce l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande qu’est Emmanuel Macron, et ses prises d’intérêts privés aux dépends de l’intérêt national français et met en garde les électeurs contre ce serviteur de la haute finance et des banques. 

Par ailleurs la candidate FN est revenue sur la complaisance de certains magistrats envers le pouvoir politique et sur la dilution de la campagne présidentielle par des histoires de “costards ou de comptes twitter,” de façon à éviter de parler des programmes des candidats: “Toutes les semaines il va y avoir des révélations et toutes les semaines on va en parler ?” alors que FranceInfo est un service public payé par les impôts des Français “qui attendent du service public de l’information sur les projets des candidats”. 

Elle est intervenue sur France Info TV, la chaine publique d’information, le lundi 13 mars 2017:

Rachat de SFR par l’opérateur milliardaire Patrick Drahi

L’opérateur télécoms [a] ainsi racheté les titres de presse et les chaînes audiovisuelles acquis depuis deux ans, indique le JDD. Cela concerne d’une part Libération, L’Express, L’Etudiant et la chaîne d’info israélienne i24 News, détenus à titre personnel par Patrick Drahi.

D’autre part, SFR va acquérir la participation de 49% détenue par Altice dans le groupe NextRadioTV, qui possède notamment la chaîne d’info BFMTV, et les radios RMC et BFM Business. Cette part avait été achetée en juillet 2015 par Altice et comme prévu, le fondateur de NextRadioTV Alain Weill conservera 51% du capital de l’entreprise jusqu’en 2019, précise le JDD.  Source les Echos

Mais l’israélo-marocain Patrick Drahi n’a même pas honoré ses engagements:

L’Autorité de la concurrence lui a infligé 40 millions d’euros d’amende. Cette dernière lui reproche de ne pas avoir respecté les engagements relatifs à un contrat de co-investissement dans le déploiement de la fibre jusqu’au domicile (FTTH), signé en 2010 avec son concurrent Bouygues Telecom.

«Il ne s’agit pas d’une sanction contre des pratiques anti-concurrentielles mais du fait du non-respect des engagements pris», a précisé la présidente de l’Autorité, Isabelle da Silva, lors d’un point de presse. 

Patrick Drahi renvoie l’ascenseur à Macron

L’Autorité de la concurrence est claire, ce n’est pas pour lutter contre une entrave à la liberté de l’information que le groupe de Drahi est poursuivi. Sur ce chapitre il semble que le duo Hollande/Macron ait bouclé l’affaire, au moins le temps de permettre à l’héritier du régime socialiste, Emmanuel Macron, de bénéficier d’une propagande en sa faveur pour les présidentielles, au détriment de ses principaux concurrents, Marine Le Pen et François Fillon, qui eux sont dans le même temps poursuivis de la vindicte des médias.

En 2014, «au grand dam», d’Arnaud Montebourg, alors ministre de l’Economie, le groupe Vivendi décidait de revendre le groupe de téléphonie SFR à Numericable, propriété de l’homme d’affaires Patrick Drahi, plutôt qu’à Bouygues Telecom.

C’est Bernard Mourad, réputé proche de Xavier Niel, propriétaire du groupe Free, qui pilotera la fusion entre SFR et Numericable pour le compte de la banque d’affaires américaine Morgan Stanley.

En octobre 2016, Bernard Mourad a démissionné d’Altice Media Group, propriétaire de SFR-Numericable, pour rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron.  Source RT

Macron s’est servi de son poste de ministre de l’Économie pour permettre aux groupes média de Bernard Mourad et Patrick Drahi d’occuper l’espace information, en faisant ses complices dans une tentative de holdup sur la Présidence de la République.

Sur le même sujet voir aussi: 

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

19 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :