En novembre dernier, l’immunité parlementaire de Marine Le Pen avait été levée par le bureau de l’Assemblée nationale pour « diffusion d’images violentes ». Il était reproché à la présidente du Front National, ainsi qu’à un autre député du même mouvement, Gilbert Collard, d’avoir en décembre 2015 diffusé sur touitter des photos d’hommes torturés et exécutés par Daesh, l’organisation terroriste islamiste.

Nombre de politiques avaient vu, dans la levée de l’immunité parlementaire en 2017, une atteinte grave à la liberté d’expression. Quant à la principale intéressée, elle avait touitté fort justement, devant le laxisme de la justice sur des affaires autrement plus graves :

« Mieux vaut être un djihadiste qui rentre de Syrie qu’une députée qui dénonce les abjections de l’État islamique : on prend moins de risques judiciaires. »

Réflexion qui vaut son pesant d’or aujourd’hui : la justice française n’a-t-elle pas relaxé, le 14 février dernier, Jawad Bendaoud, celui avait logé deux des auteurs des attentats jihadistes du 13 novembre 2015 alors que le parquet requérait au moins 4 ans de prison ?

La levée de l’immunité parlementaire ouvrait la voie à une mise en examen de la députée par la justice. Mise en examen qui est chose faite aujourd’hui 1er mars pour « diffusion d’images violentes », un délit passible de 3 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende. 

« Je suis mise en examen pour avoir dénoncé l’horreur de Daesh. Dans d’autres pays ça me vaudrait une médaille »,

a réagi Marine Le Pen auprès de l’AFP.

« La persécution politique n’a même plus la limite de la décence »,

a-t-elle ajouté. 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :