Il était tentant, pour les Français pétris de culture républicaine que nous sommes, de faire le parallèle entre l’actuel soulèvement des Gilets jaunes et la Révolution française.

Ça n’a pas manqué, et on entend régulièrement comparer Macron avec Louis XVI, la classe politique avec la noblesse, et ce système en décomposition avec l’Ancien régime.

J’aimerais remettre les pendules à l’heure.

Oui le peuple français avait faim à la veille de la Révolution française.

Mais la raison n’est pas que la « noblesse et le clergé » s’en seraient mis plein les poches au détriment du peuple, comme on l’entend souvent.

Et les foules désespérées qui faisaient le coup de poing avec des forces de l’ordre complètement dépassées ne réclamaient pas la fin de l’Ancien régime, mais son sauvetage.

Et l’interdiction du nouveau.

Toujours les rois de France avaient assuré que le pain du peuple serait accessible à tous au meilleur prix, et là était la raison d’être de la royauté.

Le roi était le père nourricier, et son autorité envoyait sur les marchés une police dont la fonction consistait à protéger le peuple contre les appétits des marchands.

Pointilleuse, respectée, dotée de pouvoirs réels, la police des grains assurait une sorte de service public de l’alimentation et ne laissait les marchands faire leurs achats qu’une fois que la population locale, toute la population locale, s’était servie.

En cas de disette, quand pour des raisons politiques (guerre) ou climatiques, le grain manquait, son prix était fixé par la négociation entre les autorités locales et les marchands.

On appelait cette négociation la taxation (ou fixation du taux).

Le peuple faisait confiance au roi pour le protéger de la rapacité des profiteurs, et Henri IV avait fait de l’exportation de blé, en cas de disette, un crime de lèse-majesté, donc passible de la peine de mort : le pain du peuple était sacré au nom du bien commun.

Un jour sont arrivées les Lumières,  qui ont prétendu remplacer le bien commun par la recherche du profit.

Des gens sans scrupule ont poussé le roi à s’endetter jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus, puis l’ont convaincu que, pour qu’il puisse rembourser la dette, il fallait qu’il libéralise le commerce des subsistances.

Laisser circuler les blés sans les tracasseries de la police des grains, laisser la loi de l’offre et de la demande en fixer le prix, laisser faire, laisser passer.

Louis XV décida de tenter l’expérience en 1763, mais devant les violences et les cris de la population indignée devant la hausse des prix, il choisit de reculer et de revenir à l’ancien système.

A son avènement au trône en 1774, le jeune Louis XVI fut convaincu par les arguments du brillant Jacques Turgot qui lui présenta tous les avantages qu’il aurait à libéraliser le commerce des subsistances.

Intimidé, désireux de bien faire et manquant totalement d’expérience, Louis XVI laissa Turgot vider les greniers et laisser les marchands rafler les grains à la place des consommateurs, sous les applaudissements nourris de Voltaire qui voyait enfin se réaliser ses rêves.

Ça fut un soulèvement : comme un seul homme (et femmes en tête) et aux cris de « taxation ! taxation ! » la population partit récupérer son grain et le distribua au « bon prix », celui qui ne lèse personne et permet à tout le monde de vivre.

Si les gigantesques manifestations de Gilets jaunes réclamant un carburant abordable ressemblent à quelque chose, c’est bien à ces foules de la Guerre des farines.

Dans les deux cas, le peuple exige d’être entendu et refuse de payer pour une dette qui n’est pas la sienne.

En 1776 encore, le roi entendit son peuple et revint à l’ancien système, celui de la police des grains : il renvoya Turgot.

Or la dette continuait d’augmenter, encore et encore.

Quand elle a été telle que l’Etat risquait de ne plus pouvoir payer ses fonctionnaires, quand furent épuisés tous les expédients habituels le roi, acculé, accepta, une ultime fois, de libéraliser le commerce des subsistances.

Puis il fut contraint de réunir les Etats-généraux, assemblée chargée de répartir l’impôt et d’apporter au roi les doléances des peuples.

Les libéraux avaient le vent en poupe, et avaient obtenu, en même temps que la libre-circulation des subsistances, un contrat de libre-échange entre la France et l’Angleterre qui inonda le marché français de produits à bas prix fabriqués par des enfants et des ouvriers réduits à la misère.

La hausse du prix du pain se doubla d’un chômage abominable, et les six mois qui précédèrent la prise de la Bastille furent faits d’émeutes de chômeurs et de familles exigeant le retour du système protecteur qui avait eu cours jusque-là et non son abolition.

Le peuple ne contestait pas l’ancien régime, mais le nouveau, celui du capitalisme appliqué à sa substance.

Chauffées par les loges maçonniques déterminées à renverser toutes les protections du peuple et les entraves au profit, les députés aux Etats-généraux s’autoproclamèrent assemblée constituante et inscrivirent dans le marbre l’économie de marché que le peuple rejetait de toutes ses forces.

C’est ça la Révolution.

Le roi ne pouvait plus rien puisqu’il était renversé : il n’allait plus gêner les profiteurs enfin au pouvoir.

Ceux qui ont pris sa place et l’ont tué sont ceux qui ont imposé au peuple français la barbarie économique qui a cours encore aujourd’hui.

C’est la bourgeoisie qui a voulu, fait et gagné la Révolution française pour imposer un régime que le peuple français ne voulait pas.

On le lui a imposé par la terreur et les massacres. Il a subi la pauvreté, la prolétarisation, la barbarie économique et la perte de toute sa tradition.

Si Macron ressemble à quelqu’un, ce n’est certainement pas au roi que le peuple chérissait et considérait comme son père.

Macron n’est que le dernier en date des successeurs de ceux qui l’ont assassiné pour imposer le règne de l’argent-roi contre le bien commun.

Marion Sigaut, le 7 décembre 2018

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 commentaires

  1. balaninu says:

    Merci Madame, toujours aussi véridique dans vos propos sur l’Histoire la vraie !!!! Merci !
    que Dieu vous bénisse et en ce jour que la Vierge Marie vous garde sous son manteau.

  2. Daniel Daflon says:

    Cet article est intéressant mais il me semble qu’il montre la royauté sous un jour un peu trop idyllique. Je ne citerai qu’un exemple : La révolte des bonnets rouges dans les pays bretons à cause de nouvelles taxes décidées par Louis XIV. Cette révolte fut durement réprimée, les meneurs torturés et exécutés. La royauté était un horrible régime d’abus envers le peuple qui devait subir, travailler et payer. Pour toutes ces raisons, je pense qu’il était juste que le peuple veuille se libérer du joug de la noblesse, et qu’il veuille exterminer cette classe de profiteurs et de tyrans.

    • Wilfrid Crapez says:

      Citez vos sources. Fernand Nathan ?
      MSigaud prend ses connaissances directement dans les minutes des procès de l’époque, où tout était rapporté, dans les moindres détails.

  3. LANKOU DU says:

    Comme le roi “UBU” usurpateur du trône de FRANCE le 7 Mai 2017

  4. Cadoudal says:

    c’est toujours la même Révolution maçonnique qui nous oppresse actuellement

    Révolution qui détruit notre civilisation française et notre religion

    Révolution qui nous mène à marche forcée vers la République Universelle talmudique, sous la conduite des bergers BHL et Attali .

    Dieu , la France, le Roi !

  5. Sancenay says:

    Le propos est ambigu et un peu brut de coffrage dans son annonce. Puisqu’en effet si Marion distingue bien des différences conjoncturelles et institutionnelles flagrantes, elle n’en établit pas moins le jeu comparable des classes bourgeoises de l’époque et bobos d’aujourd’hui toujours pétries par les sectes libertaires et qui ont utilisés les leviers constants de la révolution, soit la paralysie du pouvoir par l’augmentation de la dette publique ( merci Sarko en particulier ), l’augmentation présentée comme mécanique qui en découle des taxes , et la propagande constante pour des utopies révolutionnaires , les Lumières en 89, la lutte contre la « fin du monde » aujourd’hui afin de leurrer le peuple . Ainsi le tour est joué, hier comme aujourd’hui. C’est d’ailleurs revendiqué constamment comme tel par de grands acteurs de la révolution permanente Ainsi La Taubira , qui en proclamait déjà « l’aboutissement » ( ndlr de la révolution ) lors du vote à l’AN de la loi du mariage pour personne.( A cet égard La Schiappa joue petit bras avec sa loi sur la fessée , mais elle joue aussi) .
    Je n’accablerai pas le bon Roi Louis XVI comme il est coutume de le faire , mais il est sûr que volens nolens , il a fait le jeu de la révolution croyant ainsi , éviter de faire couler le sang des français qui depuis Hélas, on ne le sait que trop , ruisselle chaque jour dans les avortoirs de Moloch.
    Et si bien sûr la comparaison entre LouisXVI et Macron est dérisoire, ce dernier reste potentiellement pour l’instant sous la menace d’un sort, qui sait à terme, comparable, par ceux , qui grâce à l’incurie du pouvoir ont peu à peu pris le dessus sur les gilets jaunes légitimement révoltés – et non révolutionnaires- mais dépassés au moins sur sur le sol parisien qui est si peu le leur.
    Ce sont bien essentiellement les pros de la révolution qui occupent le pavé en France comme en Belgique au demeurant – et le lancent- en ce moment même bien davantage que des patriotes égarés au milieu du film révolutionnaire programmé.
    Quelle que soit l’issue de ces soubresauts, c’est une fois encore la révolution qui triomphera soit par le canal de la rue si celle-ci gagne la bataille, soit par un renforcement et serrage de vis supplémentaire du pouvoir, s’il parvient à reprendre la main. Il imposera alors son « cap »suintant la révolution libertaire nihilo mondialiste sous habillage écolo-bobo.
    C’est donc bien pour cela que s’il est plus que légitime de saisir l’occasion pour dénoncer hardiment l’injustice l’incurie des politiques menées depuis quarante ans et, par trop prolongées, par le gouvernement actuel, il est de bon goût et de bonne stratégie d’éviter de se mêler aux acteurs du film parisien révolutionnaire , il y a assez de place en Province , un peu plus concernée d’ailleurs que les bobos et prétentieux « intellos” parisiens de tous poils.
    Comme quoi ,Marion, une historienne même de toute bonne foi ne fait pas nécessairement une bonne analyste politique et encore moins peut-être une bonne stratège.

  6. A quand l eviction des ply-tiques ,un CNT ,Marion sigaut a l instruction nationale ,,des eveilleurs a d autres responsabilites ?? et surtout l eviction des freres moloch ,,les grands sacrificateurs

  7. Alexandre Sanguedolce says:

    Place de la République occupée, personne pour déboulonner la statue de la bête ?

  8. Yann Esteveny says:

    Merci à Marion Sigaut de rappeler que la mauvaise route prise par notre pays et ses habitants depuis la Révolution Française de 1789 explique l’impasse actuelle de notre pays. Le discours de gilets jaunes s’appuyant sur l’esprit de la Révolution Française ne fait qu’enfoncer le clou du cercueil de notre pays ainsi que le leur.
    Il n’y a rien à attendre d’hommes politiques mettant leurs intérêts personnels en se mettant au service de leurs maîtres financiers, et il n’y a rien à espérer d’un peuple qui met individuellement ses intérêts en priorité. Tant que l’intérêt et la propriété sont plus importants que le Bien Commun, il ne pourra être question de retrouver un régime politique qui permettra au peuple de retrouver la dignité dans son travail et d’œuvrer pour son salut individuel et collectif.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

15 % 29.840 € manquants

5160 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 29.840 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !