De la férie : messe de la Sexagésime

Sanctoral

Saints Faustin et Jovite, Martyrs

Faustin et Jovite, nés à Brescia, étaient frères et de noble origine. Pendant la persécution de Trajan, ils furent conduits, chargés de liens, dans plusieurs villes d’Italie, et eurent à y souffrir les plus cruels tourments, mais ils persévérèrent avec courage à confesser la foi chrétienne. Ils restèrent longtemps étroitement emprisonnés à Brescia, et ils y furent aussi exposés aux bêtes et jetés dans le feu, mais les flammes, comme les bêtes, les laissèrent sains et saufs. De Brescia on les mena enchaînés ensemble à Milan, où leur foi, éprouvée par les plus rigoureux tourments, brilla de plus en plus au milieu des souffrances, comme l’or devient plus éclatant par le feu. Envoyés ensuite à Rome, Faustin et Jovite y furent fortifiés par le Pape Évariste, et là encore cruellement torturés. Ayant été conduits à Naples, et de nouveau tourmentés de diverses manières en cette ville, on les jeta pieds et mains liés à la mer ; mais ils furent délivrés miraculeusement par les Anges. Leur constance au milieu de tant de supplices, et la vertu de leurs miracles convertirent un grand nombre de personnes à la foi du Christ. En dernier lieu, ramenés à Brescia au commencement de l’empire d’Adrien, ils eurent la tête tranchée et obtinrent ainsi la glorieuse couronne du martyre (vers 120). Leurs reliques sont vénérées à Brescia.

La translation du corps de saint Antoine

Saint Antoine, bien qu’originaire d’Égypte, a été très vite connu en France. Dès sa mort (351), Athanase, évêque d’Alexandrie, écrit en grec une « Vie de saint Antoine » qui sera très vite traduite en latin et diffusée en Occident. Jacques de Voragine, dans sa « Légende dorée », le magnifiera. Ce d’autant qu’Antoine est un thaumaturge. Donc, son intercession pour l’obtention d’une guérison est efficiente. Et cela tombe à point à une époque où, aux épidémies meurtrières déjà connues, vient se joindre le Mal des Ardents ou Feu de saint Antoine, une terrible maladie due à l’ergotisme du seigle qui, à travers l’absorption du pain quotidien, intoxique la population.  La translation des reliques d’Antoine : autour de 1070, un noble Jocelyn de Châteauneuf et son beau-frère Guigues Disdier, originaires du Dauphiné, rapportèrent de Constantinople les reliques de saint Antoine. Elles furent déposées dans la petite église Notre-Dame de leur village, appelé alors « La-Motte-au-Bois », une petite bourgade du Dauphiné, située en Isère, entre Grenoble et Valence  (qui est devenu Saint-Antoine-l’Abbaye). En 1083, face à l’afflux de pèlerins, Gontard, évêque de Valence, donna à l’abbaye bénédictine de Montmajour, près d’Arles, cinq églises de la région dont celle de La-Motte-en-Bois. Antoine devient vers 1095, le saint patron, sans les avoir fondés, d’une Maison de l’Aumône puis d’un Ordre religieux – les Antonins –  (1297), à vocation hospitalière, dont la renommée s’étend au travers de, selon l’époque, 300 à 400 hôpitaux, prieurés et commanderies semés dans toute l’Europe jusqu’au Moyen-Orient. Grâce à une organisation rigoureuse, à une compétence clinique certaine et à des thérapies efficaces, l’Ordre est très vite reconnu. Sa spécialité est le Mal des Ardents, une maladie bien particulière qui exige des soins spécifiques. Ainsi, les chanoines antonins soignent le corps autant que l’âme. Antoine est représenté âgé, avec ou sans ses attributs traditionnels (livre, bâton, clochette, cochon…) et souvent revêtu de l’habit antonin sur lequel brille le Tau, ce qui évoque un lien très fort avec l’ordre religieux antonin car c’est lui qui a choisi ce symbole.

Martyrologe

A Brescia, l’anniversaire des saints frères Faustin et Jovite. Sous l’empereur Adrien, après de nombreux combats glorieusement soutenus pour la foi du Christ, ils reçurent en vainqueurs la couronne du martyre.

A Rome, saint Craton martyr. Avec son épouse et toute sa famille, il fut baptisé par le bienheureux évêque Valentin; peu de temps après, il fut martyrisé avec les siens.

A Terni, l’anniversaire des saints martyrs Saturnin, Castule, Magne et Lucius.

Au même lieu, sainte Agape, vierge et martyre.

A Vaison, en France, saint Quinide évêque, dont la mort fut précieuse aux yeux du Seigneur, comme l’attestent de nombreux miracles.

A Capoue, saint Décorose, évêque et martyr.

Dans la province de Valérie, saint Sévère prêtre, lequel, au témoignage du bienheureux pape Grégoire, ramena un mort à la vie par l’effusion de ses larmes.

A Antioche, saint Joseph diacre.

Dans la cité des Arvernes (auj. Clermont-Ferrand), en Gaule, sainte Géorgie vierge

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup