Sanctoral

Saint Paul – Premier Ermite

Saint Paul, le premier des Ermites, eut pour historien saint Jérôme. Orphelin à l’âge de quinze ans, il abandonna ses biens et se retira dans le désert où un palmier verdoyant, symbole de ses vertus, lui fournit la nourriture et le vêtement. Il méditait dans la solitude la science des sciences qui est de connaître Jésus-Christ, et le Père que le Christ révèle aux humbles. Il vécut de la sorte jusqu’à l’âge de 113 ans, goûtant dans l’exercice héroïque de l’oraison et de la pénitence la suavité du joug du Seigneur. Un jour, saint Antoine, un vieillard de quatre-vingt-dix ans, vint le visiter sur l’ordre de Dieu. Bien qu’ils ne se connussent pas, ils se saluèrent cependant par leurs noms et s’entretinrent de conversations spirituelles ; alors le corbeau qui avait coutume d’apporter à Paul un demi-pain, apporta un pain entier. Quand le corbeau se fut éloigné, Paul dit : « Vois, le Seigneur qui est vraiment bon et bienveillant, nous a envoyé de la nourriture. Il y a déjà soixante ans que je reçois, tous les jours un demi-pain, mais, à ton arrivée, le Christ a doublé la ration de ses soldats. » Ils prirent donc, en remerciant Dieu, leur nourriture auprès d’une source, et, après avoir pris un peu de repos, ils offrirent de nouveau leurs actions de grâces au Seigneur, comme ils avaient toujours coutume de le faire, et passèrent toute la nuit dans les louanges de Dieu. Le lendemain, de bonne heure, Paul révéla à Antoine sa mort imminente et le pria de lui apporter le manteau qu’il avait reçu de saint Athanase, l’invincible défenseur de la divinité du Christ, pour l’ensevelir dedans. Il attestait par là qu’il mourait dans la communion de ce saint et qu’une des grandes préoccupations de sa vie de pénitence avait été de soutenir ceux qui luttaient contre l’hérésie. Lorsque Antoine revint de ce voyage, il vit l’âme de Paul, entourée d’anges et au milieu du chœur des Prophètes et des Apôtres, s’envoler au ciel. Il mourut le 15 janvier 347. Saint Jérôme écrivit, en 376, la vie du premier ermite.

Saint Maur – Abbé

Maur fut un des plus célèbres disciples de saint Benoît. Il fut amené tout enfant par son père, en même temps que Placide, au patriarche des moines pour être élevé en vue de la vie monastique. Un épisode de sa vie nous montre quelle était son obéissance enfantine. Le jeune Placide se hâtait un jour vers la mer. Avec un zèle actif, mais aussi de l’étourderie juvénile, Placide s’acquittait de la tâche qui lui avait été confiée. Il se précipitait vers la mer pour puiser de l’eau, mais il se pencha trop en avant pour puiser plus vite, et le poids de la cruche, qui s’emplissait rapidement, l’entraîna dans les flots. Déjà les vagues l’entraînaient, à la distance d’un jet de flèche, loin de la rive. Saint Benoît qui était dans sa cellule connut immédiatement le danger et appela Maur qui était sans doute occupé dehors : « Cours aussi vite que tu pourras vers la mer, Placide est tombé à l’eau. » Avec la bénédiction du Père vénéré, Maur se précipite, saisit l’enfant par les cheveux et le ramène à terre. Quelle ne fut pas son effroi quand, après avoir mis Placide en sûreté, il constata qu’il avait marché pendant plusieurs pas sur les flots. Seul l’ordre de son maître avait pu opérer ce miracle. Saint Maur mourut le 15 janvier 565.

Martyrologe

Saint Paul, premier ermite, confesseur. Il fut porté dans la société des bienheureux le 4 des ides de janvier (4 janvier).

En Anjou, le bienheureux Maur abbé, disciple de saint Benoît. A l’école de celui-ci, il s’instruisit dès son enfance, et de ses progrès remarquables nous avons pour garant les prodiges qu’il accomplit sous un tel maître, notamment ce fait nouveau, qui ne s’était pas réalisé depuis saint Pierre, de marcher sur les eaux. Envoyé en Gaule par Benoît, Maur y construisit un célèbre monastère, le gouverna pendant quarante ans, puis devenu illustre par ses miracles il reposa en paix.

En Judée, les saints Habacuc et Michée, prophètes, dont les corps furent retrouvés sous Théodose l’Ancien, à la suite d’une révélation divine.

A Cagliari, en Sardaigne, saint Ephyse martyr. Durant la persécution de Dioclétien, sous le juge Flavien, soutenu par une force divine, il surmonta de nombreux tourments; finalement il eut la tête tranchée et entra victorieux dans le ciel.

A Anagni, sainte Secondine, vierge et martyre, qui souffrit sous l’empereur Dèce.

A Nole, en Campanie, saint Maxime évêque.

Dans la cité des Arvernes (auj. Clermont-Ferrand) en France, saint Bonet, évêque et confesseur.

En Egypte, saint Macaire abbé, qui fut disciple du bienheureux Antoine et se rendit très célèbre par sa vie et ses miracles.

A Alexandrie, le bienheureux Isidore, célèbre par la sainteté de sa vie, sa foi et ses miracles.

A Constantinople, saint Jean Calybite. il demeura quelque temps dans un réduit de la maison paternelle, puis dans une hutte, complètement inconnu de ses parents; ceux-ci le reconnurent au moment de sa mort où sa gloire resplendit par des miracles. Dans la suite, son corps fut transféré à Rome, et placé dans une église de l’île du Tibre, élevée en son honneur.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés