Relativisme et indifférentisme sont les deux cadeaux déposés au pied de l’Enfant-Dieu dans sa crèche par le pontife argentin.

Ce 25 décembre 2018, à l’Angelus de midi, le pape François n’a pas dérogé au message Urbi et Orbi, traditionnel dans sa formule et bien moderniste dans son expression. L’attention des fidèles a été focalisée sur la fraternité, l’égalité et l’accueil. L’Église a répété l’actuel hôte du Vatican du balcon de la basilique Saint-Pierre ne peut soutenir aucune forme de fermeture.

La pastorale bergoglienne durant les festivités de Noël s’est concentrée sur « les portes ouvertes ». Le message universel de l’Incarnation et de la Nativité rime pour Jorge Maria Bergoglio avec « fraternité » entre les peuples et les religions. Il nous dit, a développé le pape François, « que Dieu est un bon Père et que nous sommes tous frères. Cette vérité est à la base de la vision chrétienne de l’humanité. Le vœu pour la naissance de Jésus devient ainsi un vœux de fraternité » transcendant, dans cette obsession œcuménique et inter-religieuse qui au cœur de la doctrine conciliaire, toutes les croyances religieuses. Et aussi toutes les frontières d’après l’illusion mondialiste, corolaire naturel de l’œcuménisme religieux.

La perception du monde promue par la Rome moderniste ne prévoit pas de confins : « Fraternité entre chaque nation et culture. Fraternité entre personnes d’idées différentes mais capables de se respecter et d’écouter l’autre. Fraternité entre les personnes de diverses religions. » « Jésus du reste est venu révéler le visage de Dieu à tous ceux qui le cherchent » affirme le pape embrasé par cet élan inter-religieux.

Le thème des « différences » a été pareillement au centre de ce message adressé au monde. Constater leur existence constitue une richesse, une richesse pour l’humanité et les pays d’accueil des migrants ! El papa d’Amérique du Sud a souligné, encore et toujours, la nécessité morale de l’accueil avant de dédier la suite de son Angélus à un appel naturaliste au « dialogue » entre les peuples et les nations pour obtenir la paix.

Un énième message Urbi et Orbi dans la lignée idéologique progressiste…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. 1 – Une richesse … pour le Pays d’accueil ?
    lequel est obligé d’embaucher le migrant … avant d’embaucher le national de souche …

    Donc, on déshabille Saint Pierre … pour habiller Saint Paul …
    Mais le principe “mis à la mode” est content …

    Quant au Pays déserté par le migrant, est-ce qu’il ne perd pas ainsi ses meilleurs éléments,
    en laissant partir ses autochtones les plus qualifiés, ceux qui sont capables de s’expatrier ?

    Certains professeurs aux u.s.a. le disent …

    2 – Mais, au yeux de dégringoglio, tout cela n’a pas d’importance,
    car pour lui, ce n’est pas le résultat qui compte, mais l’intention !

    Le voilà le faux prophète : celui pour lequel la Réalité importe peu !

    Toujours ce souci de paraître (de nos jours, ont dit : souci “des images” et du “virtuel”),
    plutôt que le souci d’être …

    Trois DIGRESSIONS :

    3 – Idem pour l’œcuménisme : on nous dit :
    “peu importe ce à quoi vous croyez,
    “pourvu que vous donniez … les signes extérieurs de l’unité ! ”

    On remarquera que Jésus n’a jamais cherché à fusionner
    les Juifs avec les Samaritains, ou des choses de ce genre …
    Pourtant cela aurait été de bonne politique pour combattre l’occupant romain.

    Jésus est, au contraire, intraitable sur sa doctrine.

    Et lorsque, plus tard, l’Esprit montrera à Pierre
    qu’il doit baptiser le Centurion Corneille et ses gens,
    c’est parce que Pierre a d’abord entendu l’exposé des motifs de Corneille
    puis a vu des Langues de feu se poser sur Corneille et ses gens …
    (Actes des Apôtres, Chap. 10 et 11)

    Mais Pierre n’a pas demandé ensuite à Corneille
    de quitter Césarée et de rejoindre Jérusalem !

    4 – Il en va de même pour la fausse humilité :
    on en arrive à être “humble et fier de l’être” ;
    mais qu’importe, puisque les paroles de la prière officielle sont dites ?

    5 – Jésus n’aime pas la religion purement formelle, celle des scribes et des pharisiens.

    Le Christ Jésus l’a de suite condamnée, dès les débuts de sa Mission,
    notamment en violant plusieurs fois le Sabbat,
    en remettant les péchés, en dinant chez les pécheurs, etc

    Ces attitudes provoquèrent l’effroi des cousins et cousines de Jésus…
    qui crurent que leur parent Jésus était “devenu fou”.

    Ceux-ci réussirent même à troubler Marie,
    et à l’amener dans leur cortège, à la porte de la maison où Jésus prêchait,
    pour le faire demander (Marc, Chap. 2 et 3 ; et spécialement 3, 20-21)

    Mais Jésus, sans se déplacer, leur fit répondre :
    qu’étaient, pour lui, une mère et des frères,
    ceux qui faisaient la Volonté de Dieu (Marc, 3, 31-35).

    Marie comprit immédiatement ce que Jésus voulait.
    Mais elle dut se convertir à la religion de son propre Fils !.

    Et on voudrait éviter aux Protestants d’avoir à se convertir au Catholicisme ?

  2. Cadoudal says:

    Dingoglio prêche la Fraternité du Grand Orient , une nouvelle religion universelle , sans dogme, sans Trinité, sans Incarnation; où le Sacré Cœur est occulté.

    Dingoglio ne se sent pas concerné par la mission d’ aller “enseigner l’ Évangile à toute créature”

    les “valeurs” de Vatican II – Assise ne sont pas celles du concile de Trente.

  3. DUFIT THIERRY says:

    Peut-on attendre autre chose de cet abominable pape qui dans la lignée de Vatican II et d’Assise à la sauce Jean-Paul II (qui trahissait St François d’Assise) prêche une religion moderniste et maçonnique ?
    Cette religion oecuméniste de Vatican II est bien la religion de Satan et conduit en Enfer.

    • fraternité : que les chrétiens commencent déjà par s’appeler frères entre eux…
      égalité : que les évêques cessent de se faire appeler monseigneur
      accueil :c’est de la façon dont vous vous conduirez les uns envers les autres que l’on vous reconnaîtra

      • Cadoudal says:

        “fraternité” “égalité”

        de notions déformées et pourries par la Maçonnerie

        à manier avec précaution

      • MA Guillermont says:

        @ Rob31
        Les vertus théologales sont Foi Espérance et Charité …
        La fameuse trilogie paulinienne .
        1 Co 13,13
        Vertus pour guider les hommes dans leur rapport à Dieu et au monde

        Pour les Ministres de Dieu , lisez Les Messages de Notre Dame de la Salette
        Le plus grand nombre a perdu l’Esprit de leur vocation si tant est qu’ils l’aient eu …!

        ” Mais l’Amour est le plus grand” dit St Paul …
        Pour cette affirmation , le discernement est essentiel … don de Dieu .

  4. Entre nous…
    Les G. J. ont intérêt à décliner les propositions de dialogue via l’Eglise qui survit (péniblement) en France. Les calotins officiels vont expliquer que les pauvres de France et de Navarre ne sont pas du tout plumés pour engraisser leurs envahisseurs.
    Ce qui – quoi que ces calotins-là veulent le cacher – est l’exacte vérité.

    Quant à M. Bergoglio… Mérite-t-il qu’on prête l’oreille à ses insanités de vendu à l’ennemi ?