Relativisme et indifférentisme sont les deux cadeaux déposés au pied de l’Enfant-Dieu dans sa crèche par le pontife argentin.

Ce 25 décembre 2018, à l’Angelus de midi, le pape François n’a pas dérogé au message Urbi et Orbi, traditionnel dans sa formule et bien moderniste dans son expression. L’attention des fidèles a été focalisée sur la fraternité, l’égalité et l’accueil. L’Église a répété l’actuel hôte du Vatican du balcon de la basilique Saint-Pierre ne peut soutenir aucune forme de fermeture.

La pastorale bergoglienne durant les festivités de Noël s’est concentrée sur « les portes ouvertes ». Le message universel de l’Incarnation et de la Nativité rime pour Jorge Maria Bergoglio avec « fraternité » entre les peuples et les religions. Il nous dit, a développé le pape François, « que Dieu est un bon Père et que nous sommes tous frères. Cette vérité est à la base de la vision chrétienne de l’humanité. Le vœu pour la naissance de Jésus devient ainsi un vœux de fraternité » transcendant, dans cette obsession œcuménique et inter-religieuse qui au cœur de la doctrine conciliaire, toutes les croyances religieuses. Et aussi toutes les frontières d’après l’illusion mondialiste, corolaire naturel de l’œcuménisme religieux.

La perception du monde promue par la Rome moderniste ne prévoit pas de confins : « Fraternité entre chaque nation et culture. Fraternité entre personnes d’idées différentes mais capables de se respecter et d’écouter l’autre. Fraternité entre les personnes de diverses religions. » « Jésus du reste est venu révéler le visage de Dieu à tous ceux qui le cherchent » affirme le pape embrasé par cet élan inter-religieux.

Le thème des « différences » a été pareillement au centre de ce message adressé au monde. Constater leur existence constitue une richesse, une richesse pour l’humanité et les pays d’accueil des migrants ! El papa d’Amérique du Sud a souligné, encore et toujours, la nécessité morale de l’accueil avant de dédier la suite de son Angélus à un appel naturaliste au « dialogue » entre les peuples et les nations pour obtenir la paix.

Un énième message Urbi et Orbi dans la lignée idéologique progressiste…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :