A quelques semaines de la Cop 21, l’affaire Philippe Verdier fait grand bruit. Voici le monsieur météo de France 2 au milieu de la tourmente pour avoir signé un livre intitulé Climat investigation qui lui vaut d’être accusé d’un crime grave aux yeux de la police de la pensée : être “climato-sceptique”. La sanction fut immédiate : le voilà écarté de l’antenne !

Et tous les médias mainstream de sonner l’hallali. Philippe Verdier utiliserait… “la rhétorique complotiste”, le modèle “conspirationniste”. Bref, il est devenu un paria à éliminer. “C’est possible que ce soit l’Elysée qui soit intervenu dans cette affaire. Quand quelqu’un se met au travers de la route de la COP21, ça gêne l’Elysée”, a répliqué Philippe Verdier.

Ceci n’est-il qu’un avant-goût d’un nouvel interdit en préparation ?

Dans une atmosphère quasi-secrète, une conférence internationale réunissant des juges s’est tenue dans la plus haute salle d’audience en Grande-Bretagne, afin de proposer de rendre illégal pour quiconque de remettre en cause les preuves scientifiques du réchauffement climatique d’origine humaine.

Ce colloque très discret sur «le changement climatique et la loi” a duré trois jours et a été organisée à la Cour suprême de Londres. Il a été financé, entre autres, par la Cour suprême elle-même, le gouvernement britannique et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Comme l’un des deux commanditaires de son Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques de l’ONU, le PNUE a été l’un des principaux moteurs de l’alarme sur le réchauffement climatique depuis 40 ans. L’organisateur et président de la conférence a été le juge de la Cour suprême Sir Carnwath, un fervent partisan de la théorie du réchauffement climatique par la faute de l’homme, qui a travaillé avec le prince de Galles depuis plus de 20 ans, et avec le PNUE depuis 2002.

Le but de cet étrange rendez-vous a été décrit dans un discours (visible sur YouTube) de Philippe Sands, QC de Matrix Chambers de Cherie Blair et professeur de droit à l’University College, Londres.

Supprimer et interdire tout débat sur le réchauffement climatique et la responsabilité de l’homme en dit long sur l’état psychologique liberticide qui se met en place dans nos sociétés occidentales.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :