Mardi, le député UDI Meyer Habib a donné de la voix dans son registre favori. Il a dénoncé “l’aveuglement” des autorités françaises face au retour de la “Bête immonde”.

Claude Goasguen et Meyer Habib portant la kippa dans les couloirs de l’Assemblée nationale…

Le député Meyer Habib, avec tout le sens de la nuance qu’on lui connaît, a amalgamé en un message sur les réseaux sociaux le terrorisme, le djihadisme, le boycott des produits israéliens et la réédition des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline, après avoir martelé une fois de plus que les Français Juifs sont les “sentinelles de République“.

Aujourd’hui, on a brûlé un magasin, et demain ? Je crains un nouvel attentat… L’enquête déterminera les circonstances exactes mais une chose est certaine : non, les vieux démons ne sont pas morts et les Français Juifs, sentinelles de la République, restent en première ligne contre les djihadistes. Des atermoiements pendants 5 mois à reconnaître le caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi, défenestrée parce que juive en plein Paris, au soutien au terroriste antisémite Salah Hamouri, de la tolérance du mouvement BDS, qui exprime en plein Paris, semaine après semaine, la détestation d’Israël, à l’appui tout récemment à la réédition des pamphlets antisémites et pro-nazis de Céline, la République reste trop faible et trop aveugle face à la Bête immonde. 3 ans après, je crains que nous soyons en train d’oublier l’origine du mal”, a-t-il écrit.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs
8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :