Ni schismatique, ni excommuniée, mais sans reconnaissance canonique, c’est ainsi que Mgr Pozzo qualifie la FSSPX… Cette évocation est-elle une invitation de la part de l’archevêque à renouer avec les discussions chères aux Romains et à Mgr Fellay ? Dans ses discussions avec Rome la FSSPX a pour principal interlocuteur Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei depuis le 3 août 2013. Voici les termes par lesquels il qualifie la FSSPX:

À l’issue de la conférence qu’il donna en Pologne en juillet dernier, Mgr Pozzo répondit à quelques questions posées par ses auditeurs. La situation actuelle de la Fraternité Saint Pie X dans l’Église fut ainsi l’un des thèmes abordés, dans le fil de ce propos d’ordre liturgique, à l’occasion d’une septième question : « Peut-on considérer la décision du pape François accordant aux prêtres de la FSSPX la possibilité d’absoudre sacramentellement comme un encouragement aux fidèles à solliciter les prêtres de la Fraternité pour d’autres sacrements ? »

La réponse de Mgr Pozzo a le mérite d’être sans équivoque.

« Eh bien non, je ne pense pas qu’on puisse interpréter la chose ainsi ; ce n’est pas un encouragement à aller voir les prêtres de la Fraternité. Le motif a été donné par le Pape dans son décret même. Le Pape s’inquiète du salut spirituel des fidèles de la Fraternité Saint Pie X. C’est la raison qui l’a amené à accorder encore après l’Année sainte la validité et la licéité de l’absolution sacramentelle des péchés, ainsi que l’extrême-onction pour les malades, pour le bien des âmes. Suprema lex salus animarum. Donc pour cette raison il y avait aussi la Lettre sur les mariages, pour concéder la possibilité que le mariage soit valide, selon la forme canonique, toujours pour le bien des fidèles, en vue de la réconciliation, certainement. Il n’en demeure pas moins que les prêtres et les évêques de la Fraternité Saint Pie X exerexercent leur ministère d’une manière illicite et illégitime. Ils ne sont pas excommuniés, bien sûr, plus maintenant, l’excommunication est enlevée, donc ils ne sont pas formellement schismatiquesil est absolument faux d’affirmer que la Fraternité Saint Pie X est schismatique du point de vue formel, canonique – parce qu’il n’y a plus de schisme dans la mesure où ils ne sont plus excommuniés, c’est clair. »

La Porte Latine du 31 août 2018

Ni schismatiques, ni excommuniés, déclare Mgr Pozzo, par M. l’abbé Jean-Michel Gleize

On ignore pour le moment la position du nouveau Supérieur général de la FSSPX en ce qui concerne les discussions avec Rome que Mgr Fellay, l’ancien supérieur général, a poursuivi assidument tout au long de son supériorat et principalement à partir de 2006. L’Adresse du chapitre général de 2018 ne dit rien d’explicite à ce sujet, sinon qu’elle se réfère à  la Déclaration de Mgr Lefebvre du 21 novembre 1974 qui fournit une ligne de conduite assez claire et non moins ferme à ce sujet. Bien que Mgr Fellay soit passé par-dessus le Chapitre dans ses discussions avec Rome, le Chapitre a cependant une autorité supérieure à celle du supérieur général.

A propos de la lettre sur les mariages, citée ci-dessus, concédée par le pape François à la Fraternité Saint-Pie X, on se rappelle de la lettre des sept doyens de la Fraternité lesquels avaient expliqué ses dangers et qui avaient obtenu pour toute réponse de la part de leurs supérieurs, de dures punitions. En effet, ils ont été démis de leurs postes et certains éloignés à l’étranger par Mgr Fellay et le supérieur de la France d’alors, l’abbé Bouchacourt, qui se trouve maintenant à Menzingen auprès du nouveau Supérieur général, M. l’abbé Pagliarani.  Il serait intéressant de connaître l’avis du nouveau supérieur à ce sujet.

Lire aussi:

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

25 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :