L’interview suivante a été donnée par l’archevêque Carlo Maria Viganò au quotidien italien Il Giornale, Francesco Boezi. Une traduction anglaise a été envoyée à LifeSite pour publication par l’archevêque Viganò.

* * *

Il Giornale:  Mgr Viganò, pourquoi avez-vous écrit une lettre en faveur du président Trump?

Ma mission officielle dans ce pays immense et bien-aimé est terminée, mais le défi auquel le Pape Benoît a fait allusion presque prophétiquement, et dans lequel il a choisi de m’impliquer, est toujours plus présent que jamais; en effet, il est devenu de plus en plus dramatique, prenant des dimensions immenses: le destin du monde se joue à cette heure précisément sur le front américain.

Maintenant que je suis libre de ma mission officielle, l’inspiration qui m’a été confiée par le pape Benoît XVI me permet de m’adresser au président Trump avec la plus grande liberté, en soulignant son rôle dans le contexte national et international et à quel point sa mission est décisive dans la confrontation d’époque qui se déroule ces derniers mois.

Il semble aujourd’hui que le Saint-Siège est attaqué par les forces ennemies. Je parle en tant qu’évêque, en tant que successeur des apôtres. Le silence des bergers est assourdissant et bouleversant. Certains évêques préfèrent même soutenir le Nouvel Ordre Mondial, s’alignant sur les positions de Bergoglio et du Cardinal Parolin qui, fréquentant le Club Bilderberg, s’est servilement soumis à ses diktats, comme tant de politiciens ainsi que les médias grand public. 

Je suis persuadé que tout ce que j’ai dénoncé dans ma lettre ouverte au président Trump en juin dernier est toujours valable et peut constituer une clé d’interprétation pour comprendre les événements que nous vivons. Cela reste une invitation à avoir de l’espoir.

L’Église catholique en Amérique, par rapport aux élections présidentielles et de façon plus générale, semble être divisée. Le pape dit que la division est une œuvre du diable, mais la fracture de l’épiscopat américain est évidente. Qu’est-ce qui se passe?

La scission au sein de l’épiscopat américain est le résultat d’une action idéologique menée depuis les années 1960 notamment au sein des universités catholiques – et par les jésuites en particulier – dans la formation de générations entières de jeunes. L’endoctrinement progressiste (sur le front politique) et l’endoctrinement moderniste (sur le front religieux) ont créé un soutien idéologique pour 1968 qui a commencé avec le Concile Vatican II, comme Benoît XVI l’a confirmé dans son essai « Principes de la théologie catholique »: «L’adhésion à un marxisme anarchique et utopique […] a été soutenue en première ligne par de nombreux aumôniers d’universités et d’associations de jeunesse, qui y ont vu s’épanouir les espérances chrétiennes. Le fait dominant se trouve dans les événements de mai 1968 en France. Il y avait des dominicains et des jésuites sur les barricades. L’intercommunion qui a eu lieu lors d’une messe œcuménique en soutien aux barricades a été considérée comme une sorte de jalon dans l’histoire du salut, une sorte de révélation qui a inauguré une nouvelle ère du christianisme. 

Cette scission aux États-Unis, devenue aujourd’hui encore plus évidente à l’approche des élections présidentielles, est également répandue en Europe et en Italie : les plus hauts niveaux de l’Église ont voulu faire un choix radical – et à mon avis malheureux -, préférant suivre la pensée dominante de l’environnementalisme, de l’immigrationisme et de l’idéologie LGBT, plutôt que de se dresser courageusement contre eux et de proclamer fidèlement la Vérité salvifique annoncée par Notre Seigneur. Ce choix a fait un grand bond en avant à partir de 2013 avec l’élection de Jorge Mario Bergoglio, mais il remonte à au moins près de soixante ans. Il est significatif que même alors les jésuites – et toute l’ intelligentsia catholique de la gauche – considérait la Chine de Mao comme un interlocuteur privilégié, presque un moteur du prétendu renouveau social, tout comme aujourd’hui La Civiltà Cattolica de Spadaro, SJ, se tourne vers la Chine de Xi Jinping. Les jésuites, qui soutenaient les guérilleros d’Amérique latine et qui se trouvaient sur les barricades françaises en mai 68, utilisent aujourd’hui les réseaux sociaux pour faire des déclarations similaires, toujours les yeux tournés vers Pékin tout en portant la même haine envers l’Amérique.

Il est vrai que la division est l’œuvre du diable: Satan sème la division entre l’homme et son Créateur, entre l’âme et la grâce. Le Seigneur, cependant, ne divise pas mais sépare: Il crée une frontière entre la Cité de Dieu et la Cité de Satan, entre ceux qui servent le Seigneur et ceux qui combattent contre Lui. Lui-même séparera les justes des méchants au Jour du Jugement (Mt 25, 31-46), après s’être placé «comme une pierre d’achoppement» (Rom 9: 32-33). Séparer la lumière des ténèbres, le bien du mal, selon l’enseignement du Seigneur, est nécessaire si nous voulons suivre le Christ et renoncer à Satan. Mais il est également nécessaire de séparer lorsque nous choisissons qui protège le mieux les droits et la foi des catholiques de ceux qui ne se proclament que nominalement catholiques tout en promouvant en fait des lois qui sont clairement opposées à la fois à la loi divine et naturelle. Tout comme le berger qui avertit le troupeau des attaques des loups est aussi qui divise (Jn 10: 1-18).

Accuser Trump de ne pas être chrétien uniquement parce qu’il veut protéger les frontières nationales; évoquer le spectre du souverainisme comme une catastrophe alors que la traite des êtres humains est autorisée; rester silencieux face à la persécution des chrétiens en Chine et ailleurs, ou silencieux devant les milliers de profanations d’églises qui se produisent depuis des mois partout dans le monde: tout cela n’est-il pas diviseur ?

Joe Biden est pro-avortement, mais certains cercles catholiques américains semblent négliger cet aspect. Regardez, par exemple, James Martin. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Le Père James Martin, SJ, est le porte-étendard de l’idéologie LGBT, et malgré cela – en fait, à cause de cela – il a été nommé par Bergoglio comme Consulteur du Secrétariat aux Communications du Saint-Siège. Son travail – qui est véritablement «diviseur» dans le pire sens du terme – sert à renforcer une cinquième colonne de l’agenda progressiste au sein du corps ecclésial, afin de créer une scission idéologique et doctrinale au sein de l’Église et de faire croire aux gens que les exigences du progressisme, y compris la soi-disant homohérésie, venez de bas en haut. En réalité on sait bien que les fidèles sont beaucoup moins enclins aux innovations qu’on ne le laisse croire l’opinion publique, et que la volonté de montrer qu’il y a une supposée «volonté du peuple» pour légitimer des choix incompatibles avec l’enseignement pérenne de l’Église est un stratagème qui a été utilisé à la fois au niveau ecclésial (pensez à la réforme liturgique, que personne n’a demandée) et au niveau civil (par exemple, avec l’idéologie du genre).

Permettez-moi de rappeler les paroles de l’archevêque américain Fulton J. Sheen (1895-1979): « Le refus de prendre parti sur de grandes questions morales est en soi une décision. C’est un acquiescement silencieux au mal. La tragédie de notre temps est que ceux qui croient encore en l’honnêteté manquent de feu et de conviction, tandis que ceux qui croient à la malhonnêteté sont pleins de conviction passionnée .[1] Nous apprenons à séparer qui est avec le Christ de qui est contre lui, car il n’est pas possible de servir deux maîtres.

Vous avez parlé de «l’Église profonde». Est-il vraiment possible qu’il en existe un? Qui le compose?

L’expression «Église profonde» donne une bonne idée de ce qui se passe de manière parallèle au niveau politique et ecclésial. La stratégie est la même, tout comme les objectifs sont les mêmes et, en dernière analyse, les hommes qui sont derrière. En ce sens, «l’Église profonde» est pour l’Église ce que «l’État profond» est pour l’État: un corps étranger qui est illégal, subversif et privé de toute sorte de légitimité démocratique qui utilise l’institution dans laquelle il est ancré. atteindre des objectifs diamétralement opposés aux objectifs de l’institution elle-même.

Un exemple est John Podesta, un libéral et démocrate «catholique», ancien collaborateur de Bill et Hillary Clinton, qui est lié au Center For American Progress de John Halpin . Dans un courriel du 11 février 2012, Sandy Newman a écrit à Podesta pour lui demander des instructions sur la façon de «semer les graines d’une révolution» dans l’Église en matière de contraception, d’avortement et d’égalité des sexes. Podesta a répondu en confirmant que pour obtenir ce «printemps de l’Église» (notez l’écho de l’idée du «printemps conciliaire») les organisations Catholiques en Alliance pour le Bien Commun et Catholiques Unis avait été créé. Ces associations ultra-progressistes ont été financées par George Soros, tout comme il a financé des fondations jésuites et la visite apostolique de Bergoglio aux États-Unis en 2015 [2].

Rappelons également la conspiration de la mafia de Saint-Gall, qui cherchait à évincer Benoît XVI, de concert avec Obama et Clinton qui voyaient en Joseph Ratzinger un obstacle à la diffusion de l’agenda mondialiste.

Je me limite à observer ce que Trump a fait pendant son mandat de président. Il a défendu la vie de l’enfant à naître, coupant le financement de la multinationale de l’avortement, Planned Parenthood, et juste ces derniers jours, il a publié un décret qui exige des soins immédiats pour les nouveau-nés qui ne sont pas tués par l’avortement: jusqu’à présent, ils ont été exploités en prélevant leurs organes et en les vendant. Trump lutte contre la pédophilie et le pédo-satanisme. Il n’a commencé aucune nouvelle guerre et il a réduit drastiquement les guerres existantes en obtenant des accords de paix. Il a rétabli le droit de citoyenneté de Dieu, après qu’Obama soit même allé jusqu’à annuler Noël et imposer des mesures qui répugnaient à l’âme religieuse des Américains.

Et j’observe aussi la guerre médiatique qui a été menée par la presse et les centres de pouvoir contre le président: il est diabolisé depuis 2016, malgré le fait qu’il ait démocratiquement obtenu la majorité des voix. Il est bien entendu que la haine contre Trump – qui n’est pas différente de ce qui se passe en Italie face à des membres de l’opposition beaucoup plus doux – trouve sa vraie motivation dans la prise de conscience de son rôle fondamental dans la bataille contre l’État profond et tout. de ses ramifications internes et externes. Sa dénonciation courageuse du communisme – dont Antifa et BLM sont les versions mondiales tandis que la dictature chinoise est l’incubateur – sert en quelque sorte à remédier au silence de l’Église, qui malgré les appels sincères de la Bienheureuse Vierge Marie à Fatima et à La Salette a préféré ne pas renouveler sa condamnation de cette idéologie infernale. Et si Mgr Sanchez Sorondo peut déclarer en toute impunité, contre toutes les preuves, queLa Chine est le meilleur exécutant de la doctrine sociale de l’Église , nous pouvons nous réjouir des paroles du président des États-Unis et des paroles non moins courageuses de son secrétaire d’État Mike Pompeo.

Il semble que Bergoglio ne rencontrera plus le secrétaire d’État américain [lors du voyage de Pompeo en Italie cette semaine].

Nous sommes maintenant arrivés au point du paradoxe, voire du ridicule. Certaines attitudes semblent plus adaptées aux caprices d’un écolier indiscipliné qu’à la prudence et au protocole diplomatique. Pompeo a dénoncé la violation des droits de l’homme en Chine et a reçu une réponse vive de Santa Marta: Et je ne jouerai plus. Ce sont des comportements indignes qui commencent à provoquer des sentiments de honte non dissimulée même parmi les membres du cercle magique de Bergoglio. Non seulement il ne recevra pas le secrétaire d’État pour ne pas l’entendre lui dire minerai rotonde que les États-Unis ne resteront pas à regarder sans rien faire pendant que l’Église se remet entre les mains d’une dictature féroce, mais il n’a même pas répondu à la demande d’audience du cardinal Zen, confirmant l’intention spécifique du Vatican de renouveler sa soumission le Parti communiste chinois.

Avez-vous organisé un chapelet pour Trump et, si oui, pourquoi?

J’ai été poussé par de nombreuses personnes à lancer cette initiative, et je n’ai pas hésité à la rejoindre, devenant le promoteur de cette croisade spirituelle. C’est une guerre sans quartier, dans laquelle Satan a été déchaîné et les portes de l’enfer tentent de toutes les manières de l’emporter sur l’Église elle-même. Une telle contradiction doit être affrontée avant tout avec la prière, avec l’arme invincible du Saint Rosaire.

L’implication des catholiques dans la politique, sous la direction de leurs pasteurs, constitue leur action concrète en tant que citoyens membres à la fois du Corps mystique du Christ et de la société humaine. Les catholiques ne sont pas des gens «dissociés» qui croient que Dieu est l’Auteur et le Seigneur de la vie lorsqu’ils vont à l’église, mais ensuite, aux urnes ou en tant qu’élus, approuvent le meurtre d’enfants innocents. 

Cette action de l’ordre naturel s’accompagne – en fait elle doit être accompagnée – de la conscience que les affaires humaines, ainsi que les événements sociaux et politiques, ont une dimension spirituelle transcendante, dans laquelle l’intervention de la Providence divine est toujours le facteur déterminant. Pour cette raison, les catholiques ne s’extraient pas du monde, ils ne fuient pas l’arène politique, attendant passivement que le Seigneur intervienne avec des éclairs, mais, au contraire, ils donnent un sens à leur action quotidienne, à leur l’engagement dans la société, en lui donnant une âme, un but surnaturel.

La prière, en ce sens, appelle du Seigneur du monde et de l’histoire ces grâces et l’aide spéciale que lui seul peut apporter tant aux actions des particuliers qu’à l’œuvre de ceux qui gouvernent. Et si dans le passé, même les rois païens pouvaient être des instruments du bien entre les mains de Dieu, cela peut encore arriver aujourd’hui, à un moment où la bataille biblique entre les enfants des ténèbres et les enfants de la lumière a atteint un point crucial.

Quels scénarios attendent les catholiques du monde si Trump devait perdre?

Si Trump perd les élections présidentielles, le kathèkon final échouera (2 Th 2: 6-7), ce qui empêche le «mystère de l’iniquité» de se révéler, et la dictature du Nouvel Ordre Mondial, qui a déjà a gagné Bergoglio à sa cause, aura un allié dans le nouveau président américain.

Joe Biden n’a pas sa propre identité: il n’est que l’expression d’un pouvoir qui n’ose pas se révéler pour ce qu’il est vraiment et qui se cache derrière une personne totalement incapable d’exercer la fonction de président des États-Unis, également à cause de ses capacités mentales affaiblies; mais c’est précisément dans sa faiblesse pour les plaintes en suspens, dans sa capacité à être soumis au chantage pour conflits d’intérêts, que Biden se révèle comme une marionnette manœuvrée par les élites, une marionnette entre les mains de personnes assoiffées de pouvoir et prêtes à tout pour l’élargir.

Nous nous retrouverions face à une dictature orwellienne souhaitée à la fois par «l’État profond» et «l’Église profonde», dans laquelle les droits qui sont aujourd’hui considérés comme fondamentaux et inaliénables seraient bafoués avec la complicité des médias traditionnels.

Je tiens à souligner que la religion universelle souhaitée par les Nations Unies et la franc-maçonnerie a des collaborateurs actifs aux plus hauts niveaux de l’Église catholique qui usurpent l’autorité et adultèrent le magistère. Ils s’opposent au Corps mystique du Christ, qui est la seule arche de salut de l’humanité, avec le corps mystique de l’Antéchrist, selon la prophétie du Vénérable Archevêque Fulton Sheen. L’œcuménisme, l’environnementalisme malthusien, le pan-sexualisme et l’immigration sont les nouveaux dogmes de cette religion universelle, dont les ministres préparent l’avènement de l’Antéchrist avant la persécution finale et la victoire définitive de Notre Seigneur. Mais de même que la glorieuse résurrection du Sauveur a été précédée de sa passion et de sa mort, il en est de même pour l’Église qui marche vers son propre calvaire; et tout comme le Sanhédrin pensait qu’il éliminerait le Messie en le crucifiant, de même la secte infâme croit que l’éclipse de l’Église est un prélude à sa fin. Un «petit reste» demeure, composé de fervents catholiques, tout comme la Mère de Dieu, Saint Jean et Marie-Madeleine sont restées au pied de la Croix.

Nous savons que la destinée du monde n’est pas entre les mains des hommes et que le Seigneur a promis qu’il n’abandonnera pas son Église: «les portes de l’enfer ne prévaudront pas» (Mt 16, 18). Les paroles du Christ sont le roc de notre espérance: «Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde» (Mt 28, 20).


[2] https://formiche.net/2016/10/clinton-podesta-papa-francesco/

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :