Des Mgrs mitrés et crossés aux pop-stars à paillettes, l’intelligentzia de la bien-pensance choisit Carole Rackete, le capitaine du Sea Watch, propulsée nouvelle star médiatique de l’altruisme humanitariste et mondialiste : elle est devenue l’idole, non des jeunes, mais de vieux soixante-huitards ou immigrationnistes assumés, qui sont des combats progressistes laïcs ou religieux.

Chanteurs, partis, intellectuels de gauche radicaux-chics, prélats modernistes, « ils sont avec Carole », et tant pis si elle a violé la loi, ce n’est qu’un point de détail sans importance, et tant pis si elle collabore à la destruction des nations européennes et du peu de civilisation chrétienne qui y survit, c’est un autre point de détail négligeable…

Mgr Gian Carlo Perego, l’évêque de Ferrara-Comacchio, pense que la jeune Allemande est comme Garibaldi. Ex-directeur de Migrantes, la fondation de la Conférence épiscopale italienne, en première ligne dans la propagande pour l’accueil inconditionnel des clandestins, il est convaincu que Carole est une héroïne du « nouveau » monde multi-culturel en marche :

« Le port de Lampedusa peut lui être dédié, propose-t-il. Garibaldi, assassin et brigand contre l’État, aujourd’hui est un héros (révolutionnaire italien du Risorgimento italien). Nous laisserons l’histoire jugée qui est le vrai héros : celui qui ferme un port et chasse ou celui qui sauve des vies. »

L’Église d’Allemagne est en première ligne également dans la défense de la jeune femme. Hier l’archevêque de Hambourg, Stefan Hesse, au nom de la Conférence épiscopale allemande, a jugé « inacceptable » le comportement italien envers Carole Rackete. Les jours précédents, c’était le président de l’Église évangélique, Heinrich Bedford-Strohm, qui s’était insurgé contre le gouvernement de la botte. Ensemble avec le cardinal Reinhard Marx, ils financent et parrainent la collecte de fonds des talibans de l’accueil à bord du Sea Watch.

Présentateurs télé et chanteurs italiens sont aussi du côté de la bonne conscience morale universelle qui dicte que le Bien consiste à recevoir toute la misère du monde s’engouffrant illégalement dans le Vieux Continent et le mal d’y résister.

La collecte de fonds en Allemagne et en Italie destinée à payer les frais légaux du capitaine du Sea Watch, Carole Rackete, les sanctions et le bateau séquestré a déjà dépassé le million d’euros. Le business de l’humanitarisme a encore de beaux jours devant lui…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. anne11 says:

    Franchement, laissez l’affaire de côté (même si c’est votre travail) dans un ou deux jours on en parlera plus et la miss sera toujours en prison, elle ne sortira pas de sitôt…

  2. je reviens de nemours ,melun ,montargis ,,pannes ,,,le grand remplacement est en bonne voie ,,,Un temps pour prevennir ,,un temps pour fermer le bureau des pleurs ,,,

  3. Geneviève says:

    “Mgr Gian Carlo Perego, l’évêque de Ferrara-Comacchio, pense que la jeune Allemande est comme Garibaldi. »

    Là il exagère un tout petit peu, car elle n’est pas encore allée aussi loin que lui dans la criminalité.
    En effet, Garibaldi, F.M. du 33° du Grand-Orient D’Italie, pour faire la guerre civile en Italie (= Risorgimento) a recruté tous les anarchistes-révolutionnaires en manque d’action de toute l’Europe, a ouvert toutes les prisons en Sicile pour en enrôler les prisonniers de droits communs et a ramassé tous les enfants et les jeunes qui traînaient à Palerme, et avec tout ce ramassis s’est attaqué aux bons chrétiens qui ne voulaient pas changé leur vie. N’oublions pas qu’à la suite du Risorgimento, 63’000 religieux et religieuses furent chassés de leur monastère confisqué au profit de ceux qui voulaient s’enrichir et au détriment des pauvres qui ne pouvaient plus compter sur l’aide secourable du clergé persécuté !
    Voilà l’oeuvre à laquelle a contribué Garibaldi, celui dont le nom a servi a « baptiser » le plus de rues, de places et d’écoles en Italie !

    Mais je vois que cet évêque, ignare ou complice de ses ancêtres criminels, a pour le moins la même mentalité que ceux-ci !
    L’ignorance crasse sur bien des sujets de ce clergé conciliaire est halucinante !

    Sans compter que le brave Garibaldi, avant de venir faire la révolution dans son pays, s’est adonné au trafic d’esclaves entre la Chine et le Chili dont certaines compagnies avaient besoin pour ramasser le guano en vue de la transformer en engrais.

  4. Cadoudal says:

    le clergé de Vatican II – Assise est nihiliste et destructeur ; il veut briser les valeurs catholiques; ;

    il veut disperser le troupeau catholique ( opération réussie)et le livrer à Mahomet ( opération en cours) ou à Sodome. .

    c’est pour cela qu’il a fait la guerre à Mgr Lefebvre et aux catholiques tridentins.

  5. Gauthier says:

    Les idiots utiles …