Comme cela avait déjà été le cas pour Nicolas Bay, Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (ex-FN), a été convoquée vendredi 12 octobre 2018 au tribunal de Paris pour s’entendre signifier la requalification de  sa mise en examen pour « abus de confiance » et « complicité d’abus de confiance » en « détournements de fonds publics » dans l’affaire des assistants parlementaires au parlement européen.

Les suspicions s’alourdissent  puisque le délit de « détournements de fonds publics » est en théorie passible de dix ans d’emprisonnement et d’un million d’euros d’amende, contre trois ans de prison et de 375.000 euros d’amende pour l’abus de confiance.

 

 

Marine Le Pen n’a pas souhaité répondre aux questions des juges sur le fond, arguant qu’elle attendait une décision de la Cour de cassation sur un recours devant être examiné le 27 novembre.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :