Le Tribunal Administratif de Lyon annule la mise sur le marché du produit Roundup Pro 360 par la société Monsanto.

Le tribunal a estimé que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, (Anses) avait “commis une erreur d’appréciation au regard du principe de précaution”

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

4 commentaires

  1. MA Guillermont says:

    Merci pour nos enfants , nos paysans , nos abeilles …et autres pollinisateurs !
    Particulièrement nocifs …
    Les autorités sanitaires connaissent parfaitement les effets redoutables des expositions à ces herbicides …
    C’en est fini du glyphosate plus connu sous le nom de Round Up de Monsanto … le géant américain entame un déclin sans retour …
    Merci au Tribunal Administratif de Lyon .

  2. Alexandre Sanguedolce says:

    Mais ce n’est pas le rôle de la commission européenne d’interdire ce poison? A quoi elle sert, à mesurer la circonférence des mirabelles de Lorraine ?

  3. Isabelle P says:

    “principe de précaution” ?… On est contents d’apprendre que ça existe !

  4. Bardamu says:

    1/ Le Roundup est employé depuis plus de 40 ans. Toutes les études (plus de 100) ont conclu à son innocuité, mais une compilation d’articles scientifiques tronqués et caviardés a été mise en avant pour “prouver” sa dangerosité. Si les agriculteurs ne peuvent plus l’utiliser, les rendements baisseront de façon notable, et cela se verra sur les cours, et peut-être dans des famines des pays “en voie de développement” qui, pour l’instant, n’en connaissent qu’en raison des guerres.
    Si un nouveau produit, plus cher puisque la formule de cet herbicide est tombée dans le domaine public – et je ne serais pas étonné d’apprendre que Bayer-Monsanto appuient en sous-main la campagne contre l’ancien, était adopté, il se pourrait qu’il soit bien plus dangereux que son innocent prédécesseur.
    2/ Je suis très inquiet de voir que la fausse science semble avoir partie gagnée, au point que les scientifiques qui oseraient s’exprimer contre la doxa, risqueraient leur carrière (pas encore leur vie mais ça pourrait venir).
    Quant au principe de précaution malheureusement inscrit dans notre Constitution, voici ce qu’en dit dans son livre autobiographique (en cours de traduction) “Mémoires d’un Transfuge de Greenpeace”, Patrick Moore, un des fondateurs de cette ONG (Organisme Non Gérable) qu’il quitta dans les années 80 lorsqu’elle adopta une tournure idéologico-politique, et nettement antiscientifique (ils voulaient éradiquer le chlore de l’industrie; ce n’est, après tout qu’un des 118 éléments du tableau périodique…): “le principe de précaution, c’est comme si on voulait éviter de se lever le matin de crainte qu’il arrive quelque chose”.
    Jupiter rend fou ceux qu’il veut perdre, je me demande si l’effondrement de l’intelligence, dont la logique et le sens commun font partie, ne font pas partie du châtiment des nations apostates.