Mort tué de balles dans la poitrine, dans le sous-sol de sa maison, telle fût la fin de l’homme qui a fouillé l’ordinateur portable de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants aux Etats-Unis, ennemie acharnée de Donald Trump.

Le média russe Sputnick donne de plus amples détails sur cette affaire :

« Christopher Stanton Georgia, sympathisant de Donald Trump qui a pris une photo du bureau de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et a fouillé son ordinateur portable pendant les évènements du Capitole, a été retrouvé mort dans le sous-sol de sa maison.

Christopher Stanton Georgia, 53 ans, a été découvert mort dans le sous-sol de sa maison quelques jours après avoir été arrêté pour sa participation aux émeutes au Capitole, rapporte le Sun.

Il avait pénétré dans le bureau de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, publié une photo de son bureau et fouillé son ordinateur portable.

Son corps a été retrouvé samedi matin par sa femme dans le sous-sol de leur maison d’Alpharetta, en Géorgie. Elle a appelé le 911 pour informer que son «mari est mort» et qu’il y avait «du sang partout».

Le bureau du médecin légiste a déclaré à la filiale 11Alive de NBC que l’homme était décédé des suites d’une blessure par balle à la poitrine.

Deux fusils semi-automatiques ont été découverts dans la maison.

La cause de la mort n’a pas encore été confirmée.

Accusé d’avoir pénétré dans le Capitole

Mercredi soir, la victime avait été inculpée pour avoir «pénétré illégalement dans le territoire du Capitole des États-Unis contre la volonté de sa police» et d’avoir violé le couvre-feu instauré à Washington.

L’homme encourait une peine maximale de 180 jours de prison et/ou une amende de 1.000 dollars. Il avait plaidé non coupable devant la Cour supérieure de Washington jeudi 7 janvier. »

Immanquablement, la thèse du suicide est aussitôt brandie. Ainsi on peut lire dans Fox5Atlanta que « après une enquête, le médecin légiste du comté de Fulton a déclaré que la cause du décès serait un suicide ».

Un suicide, un de plus autour des politiciens démocrates, qui tombe à pic… dans une “démocratie” où fraude électorale et assassinat politique vont de pair… 

Francesca de Villasmundo 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :

%d blogueurs aiment cette page :