Selon une enquête Ipsos publiée le 27 mars 2018 sur BFM TV, les Français dépensent en moyenne 619 euros pour acquérir un chien. 24,3 % des Français en possèdent un. Les propriétaires de chiens sont 43% à avoir trouvé leur fidèle animal de compagnie chez un éleveur, 35% chez un particulier, 13% dans un refuge et seulement 8% dans une animalerie. C’est pourtant chez un éleveur que le prix moyen est le plus élevé (865 euros) mais les acheteurs ne lésinent pas sur la race qui est le principal critère de choix. Par ailleurs, toujours selon la même enquête, les propriétaires de chiens ont dépensé 211 euros en moyenne de frais de vétérinaire sur un an, et ceux de chat 166 euros. Si les dépenses vétérinaires s’annoncent supérieures à 1.000 euros, 9% des propriétaires de chien sont prêts à l’euthanasie, un chiffre qui grimpe à 19% chez les propriétaires de chats.

C’est pour cela que l’idée d’assurer son chien est loin d’être saugrenue : un chien renversé par une voiture peut coûter 1200 euros en soins. Une bonne mutuelle peut en rembourser 1150.  On estime que les dépenses annuelles de vétérinaire oscillent entre 225 et 500 euros. Fonctionnant comme une mutuelle humaine, l’assurance pour chien permet d’obtenir remboursement de tout ou partie des frais vétérinaires en fonction de la formule choisie.

La vaccination, le traitement contre les parasites externes, puces, tiques ou moustiques, contre les vers intestinaux ou encore la stérilisation peuvent être pris en charge par un contrat d’assurance chien. Chaque race de chien présente des prédispositions à certaines affections, à des maladies ou des problèmes de santé particuliers. Le berger allemand, par exemple, souffre régulièrement de dysplasie, tandis que les bergers australiens sont sujets à des problèmes oculaires. Il n’est pas rare non plus qu’un border collie fasse une torsion de l’estomac… L’installation d’une maladie chronique peut aussi provoquer des besoins croissants en consultations et en médicaments. Une fragilité des reins peut ainsi conduire à des troubles urinaires, comme de douloureux calculs rénaux qu’il est important de prévenir et de soigner. Un AVC, une tumeur peuvent impliquer des traitements lourds, comprenant un acte chirurgical…

Si comme 24,3% des ménages en France, vous possédez un chien, vous n’êtes pas sans savoir que la dépense annuelle moyenne pour votre animal peut varier de 500 à 3000 euros. Qu’il s’agisse de vaccination, de stérilisation, d’analyses médicales ou de frais d’hospitalisation, les 7,3 millions de chiens présents en France sont eux aussi confrontés à des problèmes de santé. En souscrivant à une assurance pour chien, il y a possibilité d’économiser jusqu’à 100% des frais vétérinaires.

Pour s’y retrouver dans cette jungle plus touffue qu’un pelage de bobtail, le site Tout pour toutou a mis au point un comparatif des différentes mutuelles canines pour effectuer un comparatif des différentes mutuelles chiens, car plusieurs critères sont à étudier :

– Que couvre une mutuelle chien ? Un grand nombre de blessures et de maladies, remboursé à hauteur de 50% pour les moins chers, à 100% pour les plus complets, avec un plafond annuel.

– Quels chiens peuvent être refusés ? Les plus courantes, sont l’âge, s’il a moins de 2 ou 3 mois, ou si, au contraire, il a plus de 8 ou 10 ans.

– Quel est le prix d’une assurance chien ? On peut, classer les contrats en 3 catégories, économique  (entre 5 et 10€) avec un taux de remboursement variant entre 50% et 70% en moyenne ; standard  (entre 10 et 25€) avec un taux de remboursement variant entre 70 et 90% et premium  (entre 25 et 50€) avec une prise en charge jusqu’à 100% .

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :