Mode d’emploi

Nous nous mettons en présence de Dieu, et nous faisons le signe de la Croix.

 

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il

 

Credo, sur la croix :

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur ; qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers ; le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où Il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois au Saint Esprit, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Ainsi soit-il.

 

Puis, Notre-Père, 1ère bille :

Notre Père qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour. Pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du Mal. Ainsi soit-il

 

Puis, Je vous salue Marie, sur les 3 billes :

Je vous salue, Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il

 

Puis, Gloire au Père :

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 

Ici commence la méditation des mystères.

1ère dizaine. On nomme le 1er mystère, ainsi que son fruit.

Puis : Notre Père. 10 billes suivantes : Je vous salue Marie. Gloire au Père.

Puis on termine la dizaine en disant la prière de Fatima : Ô Mon bon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Faire ainsi pour les 4 autres dizaines.

Mystères Joyeux

1 L’AnnonciationIl y avait grande piété, non seulement en Judée, mais dans toutes les nations, assises dans les ténèbres de l’erreur et la mort du péché. Dieu, touché de compassion envers l’humanité coupable, choisit la Sainte Vierge Marie pour être la Mère du Sauveur.

Sainte Mère de Dieu, en cette heure tragique où Dieu seul peut encore nous sauver, nous nous tournons vers vous. Daignez intercéder pour nous auprès de votre Fils afin que la foi ne disparaisse pas de notre pays, mais qu’elle renaisse et refleurisse.

2 La VisitationAyant appris que sa cousine Elisabeth attendait un enfant et qu’elle en était déjà à son sixième mois, Marie se rend en toute hâte auprès d’elle afin de l’aider et de la soulager. A la voix de sa salutation, l’enfant sera sanctifié ; ainsi avant même d’apporter des secours temporels, la Vierge Marie est apôtre et devient l’instrument du salut.

Notre patrie fut jadis ardente pour apporter aux nations la lumière de la foi, pour faire connaître et aimer Jésus. Hélas aujourd’hui, loin de rayonner la vérité, elle diffuse aujourd’hui l’erreur, et ce sont les nations éloignées du vrai Dieu qui pénètrent chez elle, mettant en péril ce qui reste de la Chrétienté. Ô Notre Dame, ayez pitié du malheur que nous avons certes mérité, mais qui menace le salut des âmes ; venez et sauvez-nous.

3 La Nativité de Notre SeigneurNoël est le mystère de la paix que le Fils de Dieu est venu rétablir entre le Père et les hommes : pax hominibus bonae voluntatis. Malheureusement, certains n’accepteront pas cette paix. Ainsi, Hérode, dans sa jalousie, fera mourir les enfants innocents de Bethléem, attirant les châtiments sur sa tête et sur sa nation.

Dans notre pauvre pays, combien d’innocents sont tués de façon barbare dans le sein de leur mère. La France n’a que trop mérité l’invasion qu’elle subit. Pourtant, ô Mère de Dieu, nous vous en supplions, laissez-vous toucher par nos sacrifices et nos supplications, et daignez repousser les fléaux plus graves qui nous menacent.

4 La présentation de l’Enfant Jésus au TempleLa joie avait dominée dans le mystère de Noël. Mais voilà qu’au Temple le vieillard Siméon annonce les souffrances du Messie qui transperceront le Cœur de Marie d’un glaive de douleur. Ce petit enfant sera un signe de contradiction. Il est la pierre d’angle rejetée par les bâtisseurs. Mais, dira-t-il plus tard, cette pierre tombera un jour sur ces derniers et les brisera.

Dans notre chère France, Jésus-Christ, qui était son roi, a été rejeté de sa vie publique, par les lois de la laïcité. On ne veut plus de son image dans les lieux officiels. « La nation qui ne vous sert pas périra » disait le prophète Isaïe. Vierge Marie, intercédez pour notre patrie avant que la submersion migratoire ne détruise de fond en comble nos racines chrétienne, condition de sa prospérité.

5 le recouvrement de l’Enfant Jésus au TemplePendant trois jours, Marie et Joseph cherchent l’Enfant Jésus qu’ils ont perdu à Jérusalem. Lorsqu’ils le retrouvent au Temple, le divin Enfant ne leur rend pas compte de sa disparition, si bien que le mystère demeure entier pour eux.

Ô Jésus, aujourd’hui aussi vous semblez vous cacher. Ceux qui veulent effacer votre règne de la terre de France semblent devoir avancer inexorablement sans entrave. Pourtant, nous croyons fortement en votre présence. Daignez manifester votre puissance divine et nous sauver, comme naguère vous avez fait éclater votre sagesse devant les docteurs de la loi, dans le Temple.

Mystères Douloureux

1 L’Agonie de Jésus au Jardin des oliviersLa crainte des tourments de sa Passion cause en Notre Seigneur une sueur de sang. Mais ce sont surtout nos péchés qui le réduisent à l’agonie. Bien souvent, nous gémissons sous les épreuves de notre temps ; mais remontons-nous jusqu’à la cause de tous les maux, le péché ?

Sainte Mère de Dieu, par les mérites de l’agonie de votre divin Fils, obtenez-nous la haine du péché, la crainte de le commettre et le désir efficace de le réparer, convaincus que c’est le meilleur moyen de remédier aux désordres de notre époque.

2 La Flagellation

Attaché à une colonne, Jésus répare par sa flagellation spécialement les péchés de la chair. Ce sont de pareilles fautes qui attirèrent jadis sur Sodome un déluge de feu. Le Sauveur vaut détourner de nos têtes le châtiment en attirant sur lui le déluge de coups.

Les horribles péchés contre-nature avalisés par notre législation attirent aussi leur punition. Ô Jésus, c’est de bon cœur que nous acceptons nos croix pour détourner de la France cette décadence des mœurs qu’elle a pourtant mérité.

3 Le Couronnement d’épinesJésus couronné d’épines est montré à la foule par Pilate. Le gouverneur romain succombera à la lâcheté et livrera l’innocent à la foule enragée.

Aujourd’hui comme alors, le nerf du royaume de Satan, c’est la faiblesse des bons. Un peuple qui a perdu sa foi finit par ne plus avoir de ressort, même humain. Jésus, qui êtes à nouveau humilié et conspué par vos enfants apostats, nous voulons proclamer notre foi en votre royauté ; nous confessons que vous seul pouvez nous sauver.

4 Le portement de la croixA maintes reprises, dans sa vie publique, Jésus a échappé à ses ennemis ; il a manifesté sa divinité par des miracles, et a combattu le mal sous toutes ses formes. A présent, c’est l’heure de la puissance des ténèbres. Il se tait, portant sa croix sans se plaindre.

Nous aussi, nous avons le devoir d’empêcher le mal autant qu’il est en notre pouvoir. Chacun à notre place, nous voulons y travailler. Mais lorsque l’épreuve est inexorable, ô bon Sauveur, nous l’acceptons de bon cœur. Nous unissons à vos douleurs le châtiment qui commence déjà à frapper notre pays, vous suppliant d’y mettre un terme au plus tôt.

5 La Mort de Jésus sur la croixLorsque Jésus a rendu son dernier soupir, un soldat perce son côté de sa lance. Cette blessure laissa apparaître son Cœur ; c’est son amour pour nous qui l’a conduit à la croix ; nous offrant son Cœur après son expiration, il nous dit que même après sa mort, il nous aime toujours.

Ô Jésus, en ce moment notre France semble elle aussi être à l’agonie. Mais nous savons que vous nous aimez toujours. A Paray-le-Monial, vous l’avez promis : « Je règnerai malgré mes ennemis ». Cœur Sacré de Jésus, nous croyons à votre amour pour nous !

Mystères Glorieux

1 la Résurrection de Notre SeigneurLe miracle de la Résurrection de notre Sauveur est le fondement de notre foi. Et la foi, dit Saint Jean, est notre victoire sur le monde. Quant au monde, il n’est rien d’autre que le désir déréglé des biens de la terre. Dieu permet que nous soyons privés de ces biens pour exercer notre foi.

Ô Jésus, en ces épreuves qui nous frappent, augmentez en nous la foi, afin que, bien loin de nous laisser abattre, nous détachions nos cœurs de cette terre et les fixions en vous seul.

2 L’AscensionLe jour même où le divin Maître devait monter au Ciel, les apôtres se disputent pour savoir qui aurait la première place au Royaume de Dieu. Jésus élève vers le ciel leurs regards et leurs aspirations.

Ô Bon Sauveur, ne permettez pas que le désir si légitime d’échapper aux fléaux si mérités accapare notre cœur. Que jamais nous n’oublions que même ici-bas, notre espérance suprême est de vous rejoindre un jour au Paradis. Et, pour gagner cette perle précieuse, nous sommes prêts, avec votre grâce, à tout perdre en ce monde.

3 La PentecôteAprès que les apôtres aient prié pendant dix jours, le Saint-Esprit descend sur eux et embrase leur cœur d’amour pour Dieu et pour les âmes. Suivant la consigne du Maître bien-aimé, ils iront enseigner toutes les nations. Beaucoup se convertiront à leur prédication. De barbare qu’elle était, l’Europe deviendra chrétienne.

Ô Jésus, vous nous avez dit : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît. » Comme les apôtres, nous voulons œuvrer à la conversion des nations, ne serait-ce que par nos prières, nos désirs et nos sacrifices. Lorsque celles-ci vous aurons enfin reconnu comme leur Dieu, alors nous n’aurons plus rien à craindre d’elles ; elles seront nos sœurs et nous ne ferons qu’une seule famille en votre divin Cœur.

4 L’Assomption de Notre DameAprès avoir passé de longues souffrances et de grandes épreuves, Marie rendit sa belle âme à Dieu. A travers ce creuset, sa charité n’a cessé de croître, si bien qu’elle est véritablement morte d’amour. Mais aussitôt, elle est portée corps et âme, où son Cœur immaculé continue à battre pour nous, ses enfants.

Apprenez-nous, ô Notre Dame, à offrir par amour pour Dieu nos épreuves, surtout celles qui affligent notre chère patrie. Si ces fléaux purifient notre charité, alors ils n’auront pas été inutiles pour nous, tant il est vrai que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu.

5 Le Couronnement de la Très Sainte Vierge au CielPortée par les anges au Ciel, Marie reçoit des trois Personnes divines le diadème de gloire qu’elle a tant mérité. Outre cette victoire céleste, Notre-Dame a promis même sur cette terre le triomphe inconditionnel de son Cœur immaculé.

Afin de hâter cet heureux jour, ô notre Mère du Ciel, nous voulons oeuver de toute notre âme à répandre autour de nous la dévotion à votre Cœur immaculé. Alors seulement notre pays et les autres nations connaîtront la paix à laquelle ils aspirent. « Vous nous avez créés pour vous, Seigneur, et notre cœur est inquiet tant qu’il ne vous a pas trouvé » Saint Augustin.

Ô Notre-Dame de la paix, donnez-nous Jésus, donnez-le à toutes nations !

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :