Nadine Morano est revenue ce lundi sur BFMTV sur la polémique engendrée par son tweet contre Sibeth Ndiaye

Pour justifier ses propos sur la porte-parole du gouvernement, l’ancienne ministre a notamment pris comme exemple les vêtements qu’elle portait lors du 14-Juillet: « Sibeth Ndiaye connaît les codes de l’exercice de fonction de haut niveau et elle sait très bien qu’il n’est pas convenable de venir accoutrée comme elle le vient dans nos cérémonies françaises ». 

Nadine Morano a martelé que Sibeth Ndiaye « sa(vait) ce qu’elle fai(sait) » et qu’elle « se victimis(ait) », assurant ne pas l’avoir visée en raison de sa couleur de peau:

« Je n’ai jamais cité sa couleur de peau, mais elle le fait. Donc parce qu’elle est noire, elle dispose d’un totem d’immunité? Si elle est nulle, il est interdit de le dire. Si elle fait des fautes, il est interdit de le dire. Si elle s’habille de manière non-conforme à la fonction qui est la sienne, il est interdit de le dire. Eh bien non, je ne suis pas d’accord, je considère que j’ai droit à la critique politique, j’ai droit à ma liberté d’expression. Qu’elle soit noire, blanche ou autre chose, peu importe, elle est membre du gouvernement de la France, elle se doit de respecter un comportement et de porter dignement la parole des Français. »

Une belle résistance à la pensée unique ! 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :