La société contemporaine, cette post-modernité où prédomine la culture du choix, connaît ses paradoxes, ou tout au moins qui sont des paradoxes pour les tenants du bon sens. Car il est vrai que pour les apprentis-sorciers de l’utopique société future, l’inversion des valeurs, l’inversion de ce qui fut le Bien pendant 20 siècles en Mal et vice-versa, les paradoxes et les contradictions les plus criantes sont inscrits dans l’idéologie arc-en-ciel qu’ils nous vendent.

Pour corroborer cette totale inversion qui touche les domaines les plus variés de la vie humaine, l’histoire nous vient des Etats-Unis, cette Amérique pionnière du village global. Le gouverneur de Californie, le démocrate Gavin Newsom, a déclaré, au cours d’une conférence de presse, vouloir mettre fin à l’euthanasie pratiquée dans les refuges pour animaux. A mettre en parallèle avec l’autorisation dans son État de l’euthanasie des êtres humains : le suicide assisté y est légal depuis des années. La Californie doit devenir un Etat « No-Kill », en faveur des animaux… Un No-Kill qui ne vaut pas pour les bébés à naître et les vieillards malades !

« Ironie du sort » écrit le National Review, « tandis que le gouverneur travaille à sauver les animaux de la mort, la Californie non seulement a légalisé le suicide assisté mais consent aussi à encourager le suicide des malades en phase terminale ».

Le soin des animaux de ces animalistes ne correspond en aucune façon au respect de la vie et de la nature : c’est tout le paradoxe de la post-modernité où tout est affaire uniquement de choix culturel, sentimental et individuel, pour construire en dépit de la réalité et de la structure morale de la vie humaine son propre mode de vie, et ainsi, dans ce cas, choisir dans une contradiction apparente mais logique dans leur système, la vie des animaux et la mort des hommes

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Les animaux sont en passe d’obtenir la reconnaissance juridique. Il faut qu’ils aient aussi accès aux droits civiques. Les Californiens pourront ainsi voter pour des ânes supérieurement plus intelligents que ce connard de gouverneur démocrate (pléonasme)

  2. Sebastien Wolf says:

    Même les vaccins pour chiens ne contiennent pas d’adjuvants comme le mercure et l’aluminium