Si en France, on embastille les écrivains qui ont le malheur de déplaire à la pensée unique, en Norvège ceux sont les amoureux de la loi naturelle qui risquent la prison.

Depuis 1981, le Code pénal norvégien interdit les « discours de haine » contre les homosexuels. Sont inclus dans ces « discours de haine » les simple propos défendant la loi naturelle.

Désormais, cette interdiction est également étendue aux discours s’opposant aux transsexuels. Évidemment, le système juridique norvégien prévoyait déjà des sanctions pour ceux qui offensent des tiers, mais si le tiers est un homosexuel ou un transsexuel, la protection est renforcée.

Amendes et un an de prison si l’opinion jugée offensante est faite dans un cadre privé, trois ans s’il est fait coram populo tels qu’une homélie, un discours public, une conférence, un article de journal ou un essai.

Bref, une répression criminelle de la liberté d’expression très similaire à celle prévue par de nombreuses lois censurant le politiquement, historiquement, sexuellement incorrects en Europe, telle la loi Avia en France.

Les menottes sont maintenant également mises sur la bouche. Mais le masque que les divers gouvernements obligent leur peuple à porter ne serait-il pas que les prémisses de ces interdictions de paroles ? La muselière mentale à laquelle il faut s’habituer…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :

%d blogueurs aiment cette page :