La communication du Vatican serait-elle composée de pieds nickelés de la propagande ? C’est la question que l’on peut se poser à la vue du nouveau rebondissement dans l’affaire de la lettre de Benoît XVI au sujet de la collection intitulée La Théologie du pape François.

Le Préfet de la Secrétairerie pour la communication vaticane, Dario Edoardo Viganò, avait voulu se servir de cette lettre du pape émérite pour faire de la propagande en faveur de la théologie bergoglienne mais en omettant, dans la copie distribuée à la presse, certains paragraphes moins enthousiastes. Mal lui en a pris : cette campagne médiatique a été si mal menée que le jour suivant la divulgation de la lettre tronquée, les paragraphes censurés mais qui avaient été lus en conférence de presse étaient publiés par le vaticaniste Sandro Magister.

Et voici un nouveau coup de théâtre : un dernier, dernier, paragraphe avait été biffé, ni lu ni distribué. Il contenait une critique du pape émérite sur le choix de confier un des livres d’étude sur la théologie du pape argentin à un théologien allemand, Peter Hünermann, qui fut très critique sur le magistère, particulièrement moral, de Jean-Paul II et de Benoît XVI. La nouvelle de cette censure se répandant dans les médias via des indiscrétions, le Service de communication du Vatican a fini par publier, hier samedi 17 mars, l’intégralité de la missive de Benoît XVI avec un communiqué explicatif :

« A l’occasion de la présentation de la collection La théologie du pape François, publiée par la Librairie éditrice du Vatican, qui a eu lieu le 12 mars, une lettre du pape émérite Benoît XVI a été publiée. De nombreuses polémiques autour d’une prétendue manipulation et censure de la photographie distribuée comme accompagnement photographique s’en sont suivies. De cette lettre privée, a été lu ce qui a été jugé opportun et relatif à cette seule initiative (la publication d’un recueil sur la théologie du Pape François, ndlr), en particulier les propos du Pape émérite concernant la formation philosophique et théologique de l’actuel pontife et l’union et la continuité intérieure entre les deux pontificats, omettant quelques annotations relatives à des contributeurs du recueil. Le choix a été motivé par la discrétion et non par une quelconque intention de censure. Pour dissiper tout doute il a été décidé de rendre publique la lettre dans son intégralité. »

Une véritable campagne pour diffuser ce communiqué rectificatif est en cours auprès des différents médias officiels et officieux du Vatican : le célèbre Vatican Insider, voix officieuse s’il en est de la Rome bergoglienne, se fait l’écho, sous la plume du journaliste Andrea Tornielli, de cette explication qui ne convaincra que les naïfs, le paragraphe censuré étant particulièrement « relatif  à » la collection en question. Dans ce passage, le pape émérite soulignait en effet son étonnement concernant les commentateurs de la pensée du pape François :

« Je voudrais seulement noter, en marge, ma surprise devant le fait que parmi les auteurs, figure aussi le prof. Hünermann, qui, durant mon pontificat, s’est distingué pour avoir dirigé des initiatives anti-papales. Il a participé, dans une mesure importante, à la publication de la Kölner Erklärung (« Déclaration de Cologne », ndlr), qui, en rapport avec l’encyclique Veritatis splendor a attaqué l’autorité magistérielle du Pape de façon virulente, spécialement sur des questions de théologie morale. Même la Europäische Theologengesellschaft (« Société européenne de théologiens », ndlr) qu’il a fondée, a été pensée par lui initialement comme une organisation en opposition au magistère papal. Par la suite, le sens ecclésial de beaucoup de théologiens a empêché cette orientation, faisant de cette organisation un instrument normal de rencontre entre théologiens. »

Le pape émérite concluait par un refus net de préfacer la série :

« Je suis certain que vous comprendrez ma dénégation et je vous salue cordialement, Vôtre, Benoît XVI ».

Il semble assez clair que le choix de ce théologien allemand plutôt que le manque de temps pour lire les volumes a incité Joseph Ratzinger à ne pas cautionner, par une introduction de sa main, cette collection centrée sur la théologie du pape François même si éditée par les Éditions du Vatican. Mais cette désapprobation ne remet pas pour autant en cause les premiers paragraphes louangeurs de cette lettre dans lesquels le pape émérite Benoît XVI  souligne « la profonde formation philosophique et théologique » de son successeur et « la continuité intérieure entre les deux pontificats ».

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 commentaires

  1. pamino says:

    Alors, si j’ai bien compris, l’ex-pape et ex-Professeur de théologie désapprouve un Professeur de théologie qui loue celle du pape actuel, lequel selon son prédécesseur jouit pourtant d’une profonde formation philosophique et théologique ; aha.

    • Lionel says:

      Quelle malhonnêteté! qui va bous débarrasser de ces bouffons?

  2. A. F. says:

    Les ultra-tradis devraient cesser de critiquer le pape Benoit XVI. C’est évident qu’il vaut beaucoup mieux que Merdoglio.

    • Cadoudal says:

      Benoît XVI est un théologien complètement moderniste.

      voir le livre (court) de Mgr Tissier de Mallerais

      “l’ étrange théologie de Benoît XVI”

      il nous montre , citations à l’ appui, un drôle de Loulou.

      mais Dingoglio est pire.

  3. Onclin says:

    Moi ce que j’ai bien vu par contre c’est “deux hommes” portant l’habit blanc de pape dans les murs du Vatican. Un véritable scandale cela! Mais cela tout le monde sans fou! Portant cela traduit la décadence complète du siège de Pierre et donc de l’Eglise conciliaire le but est atteint, détruire le siège “unique” c’est détruire l’Eglise catholique par le fondement tout simplement.Le pire des deux étant pour moi ici Benoît XVI c’est lui qui est vraiment à la manoeuvre là, car il était assis quand le pape François lui parlant était debout, tout un sens cela!

  4. angel says:

    Et Dieu dans tout cela ??

    • chris83 says:

      OUI DANS TOUT CELA OU EST DIEU, OU EST JESUS,,, LAMENTABLE POUR LES CROYANTS CATHOLIQUES!

  5. Horace says:

    J’ai appris récemment que FOI = Confiance. Avoir Foi c’est avoir confiance. Depuis 1980 ans, l’église abuse de notre confiance. Et je n’ai plus confiance, il m’est impossible d’encore réciter le credo où l’Eglise est proclamée, une, sainte et catholique. Non ! impossible. Mais ma Foi est totale en NS Jésus Christ, qui lui a été trahi, trompé par ceux-la qui se prétendent ses disciples fidèles. .

    • Soupape says:

      Vous avez raison sur un point :
      ce qu’on traduit par “avoir la Foi” … est une expression qui, littéralement, veut dire : “se fier à”.

      Ce qui souligne que la Foi n’est pas l’adhésion intellectuelle à un “déisme” théorique,
      déduit de bouts de raisonnements sur la seule “Existence de Dieu”,

      mais bien la confiance en la Réalité de la Personne du Dieu des Apôtres de Jésus-Christ,
      qui est venu nous dire ce qu’II était, et ce qu’Il nous voulait
      (ce que nous ne pouvons ni inventer, ni réformer),

      et à laquelle on juge, en PRATIQUE, devoir s’abandonner, …
      parce que, d’après ce que les Apôtres nous en ont rapporté,
      il nous est donné de voir, – si nous avons le coeur pur (6ème béatitude),
      et grâce au Père, et à l’Esprit – que c’est la Réalité.

      Très peu de gens en sont là,
      et il est normal que vous n’y soyez pas encore,
      du moins compte tenu de ce que laissent paraître vos propos.

      Mais, si parmi ceux qui sont aujourd’hui à la tête de l’Eglise,
      il y a beaucoup de pourris,
      cela ne veut pas dire pour autant … que toute l’Eglise des croyants soit pourrie …
      C’est pourquoi je continue à adhérer au Credo,
      sans éprouver le besoin d’y introduire des restrictions mentales.

      Le pape alexandre VI borgia, particulièrement occupé par ses bordels,
      n’avait pas le loisir de vouloir réformer la Foi.
      C’est pourquoi il n’a pas proclamé d’hérésies !

      L’actuel pape, victime de ses ratiocinations, et torturé par ses hallucinations,
      passe son temps à dire n’importe quoi …

      Nous nous retrouvons donc seuls et sans Pasteur,
      et Dieu nous fait voir ainsi,
      qu’il n’y a plus que Lui qui puisse nous sauver de la Décadence (c-à-d. du Péché généralisé) …
      Si vous avez le cœur pur, vous comprendrez …

    • Xavier S. says:

      Horace, vous confondez les vertus théologales de Foi et d’Espérance.
      La première est l’adhésion volontaire (pas nécessairement le sentiment) à tout ce que Dieu a révélé et que l’Eglise catholique propose de croire, en admettant aussi que l’on ne peut être trompé ni par Dieu ni par l’Eglise, en matière de dogmes et de morale.
      La seconde consiste à espérer avec une ferme confiance qu’à votre mort, Dieu vous donnera le Ciel et les grâces nécessaires pour y être admis, par les mérites de Jésus-Christ. Cela oblige que vous soyez en état de grâce, grâce au baptême et à une bonne confession, sacrements qui effacent vos péchés, surtout mortels.
      Aujourd’hui, beaucoup de catholiques confondent Foi, Espérance et confiance à cause de la pastorale post-Vatican II qui affirme de plus en plus que Dieu nous aime et nous admet dans son Royaume “tels que nous sommes”, donc malgré nos péchés. Cette nouvelle position (hérétique) prend son origine dans l’hérésie de Martin Luther et de tous les protestants, concernant la justification. Selon eux, pour être sauvé, il suffit de croire en mettant sa confiance en Jésus-Christ. Chez les protestants, on ne passe pas de l’état de pécheur à celui de non-pécheur ou à l’état de Grâce (comme chez les catholiques et les orthodoxes), parce qu’ils croient que chacun est sauvé “tel quel et malgré ses péchés” par sa “foi-confiance” au Christ. Voilà: pas d’état de Grâce, donc pas de sainteté chez les protestants. Inutile de résister aux tentations, inutile de se confesser, puisque “Dieu est Amour” et nous aime “tels que nous sommes”.

    • Horace,
      Continuez à réciter ou à chanter le CREDO en Latin.
      https://www.youtube.com/watch?v=yM0McJY7kbQ
      Formez un groupe et allez chanter le CREDO en latin dans les églises, gratuitement, paisiblement.
      Ainsi vos voix feront fuir le mal qui s’y implante par des groupes pop-rock comme Glorious.
      https://www.youtube.com/watch?v=9NV7_5VIBJE
      et si vous n’en croyez pas vos oreilles,
      allez à Ars, le 01 Mai 2018, au pèlerinage pour les vocations,
      intitulé “qui nous montrera le chemin du ciel ?”
      vous y retrouverez encore Glorious !
      Prions le Saint Curé d’Ars de mener une nouvelle lutte contre le grappin !

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

11 % 31.170 € manquants

3830 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !