calamars-MPIA la suite des différents scandales alimentaires qui ont défrayé la chronique, le Parlement Européen avait décidé d’étudier la question des fraudes alimentaires dans l’Union Européenne. Esther de Lange, europarlementaire néerlandaise, vient de présenter le résultat de quelques enquêtes troublantes. Elle s’est dite « médusée » en découvrant que de nombreux calamars servis dans nos assiettes étaient issus d’anus de cochon !

C’est la conclusion hallucinante du contrôle de plats surgelés vendus dans l’UE : les calamars n’en étaient pas et il ne s’agit en aucune façon d’un produit marin. L’analyse a démontré qu’il s’agissait d’anus de porcs dont la forme et la texture seraient similaires aux fruits de mer affichés sur l’étiquette… De telles arnaques avaient également déjà été signalées aux Etats-Unis.

Autre scandale dénoncé par l’eurodéputé : du sel d’épandage (utilisé contre le verglas) est parfois présenté mensongèrement comme du sel de mer ! Cette escroquerie trouve son origine en Pologne mais la marchandise est ensuite distribuée sous fausse étiquette dans plusieurs pays de l’UE.

L’Union Européenne a contribué à étrangler notre agriculture en même temps qu’à nous intoxiquer avec les arnaques alimentaires mises au point par des bandes organisées transfrontalières en lien avec une industrie alimentaire dans laquelle on trouve des patrons empoisonneurs. Formidable, non ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :