Le bon peuple ayant constaté que l’empereur était nu, il fallait détourner son attention pour que le triste sire ait le temps d’enfiler un caleçon, car dans le scandale, Benalla est grand.

Le mois de juillet est propice à la sortie de pochades à prétention comique. Dans le grand cycle des adaptations des bandes-dessinées vintage, après la sortie au cinéma de Bécassine, nous avons donc une reprise in vivo des Pieds-Nickelés, où « le groupe terroriste d’extrême droite de la mort qui tue ». La presse officielle en frétille de plaisir : trois nouveaux suspects (Ribouldingue, Filochard et Croquignol ?) ont été interpellés le 23 juillet et placés en garde à vue dans l’enquête sur les activités du groupe d’ultradroite AFO soupçonné par la justice de vouloir attaquer des cibles liées à l’islam radical. Entre parenthèse, nous n’avons donc pas affaire à du terrorisme, mais à du contre-terrorisme, comme le GAL espagnol ou l’AAA argentin. Voire l’OAS. Ce n’est pas très Nouveau Testament, mais très Ancien, genre « œil pour œil, dent pour dent ».  Voire la version révisée par le Mossad : « Pour un œil, les deux, pour une dent, la mâchoire ».

Il y avait eu d’abord « le premier projet », appelé « opération Halal », consistant à empoisonner de la nourriture halal dans des supermarchés fréquentés par des musulmans. Aucun journaliste n’a bien sûr rappelé que ce plan est directement inspiré des « Vengeurs juifs », issus du ghetto de Vilnius qui fut le lieu d’accueil de bien des criminels staliniens lors du génocide lituanien de 1940-41, qui avait tenté d’empoisonner le pain de prisonniers de guerre allemands, du moins ceux qui avaient la chance d’en avoir, vu que dans les camps de la mort de Rheinberg et Andernach, les soudards de Dwight David Isaac Eisenhower tuèrent par la faim quatre fois plus d’Allemands en trois semaines que les nazis d’opposants à Dachau en 11 ans. Ce « projet » avait entrainé la rafle du mois de juin contre l’Action des forces opérationnelles (AFO), dirigé par un policier à la retraite et le père d’une victime de la tuerie islamique du Bataclan et militant ex-UMP.

Les trois pieds-nicklés ont été arrêtés pour un projet d’assassinat de l’islamiste radical Djamel Beghal à sa sortie de prison (survenue la semaine dernière, avant son expulsion vers l’Algérie) et celui du rappeur Médine, récemment au centre d’une polémique liée à la programmation de deux de ses concerts au Bataclan, et connu pour ses positions islamistes. Des imams connus pour leur fanatisme auraient aussi été sur la « liste ». Là aussi, comment ne pas voir que cela fut inspiré de l’opération « Colère de Dieu », faite par le gouvernement israélien pour assassiner les présumés commanditaires et exécuteurs de l’attentat sanglant contre la délégation israélienne aux Jeux Olympiques de Munich en 1972.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

4 commentaires

  1. “La vengeance est a moi c est Moi qui paierai de retout a dit Yaveh le Dieu des armees ” ,,patience bientot Dieu exterminera les ordures qui nous tourmentent .La Foi .

  2. Gauvain says:

    L’Élysée et le « Gladio B » par Thierry Meyssan :

    “Durant la Guerre froide, les États pro-US ont connu un sanglant précédent de répression illégale et secrète. S’il est clair que ce système a été progressivement démantelé en Europe, il ne s’est jamais interrompu au « Moyen-Orient élargi » mais s’y est transformé. Les agissements de l’Élysée dans le cadre de l’affaire Benalla, laissent entrevoir la possibilité que cette histoire ne soit pas finie.”

    http://www.voltairenet.org/article202160.html

  3. Daniel Daflon says:

    Ce groupuscule AOF, a été certe tres maladroit pour se faire reperer par les limiers du pouvoir, et, en plus, leur stratégie était complètement à côté de la plaque. S’en prendre aux musulmans serait leur « fabriquer » des martyrs dont ils rafolent. Les vrais responsables de l’invasion de l’Europe sont moins les exotiques que ceux qui les encouragent et les soutiennent. En supposant une lutte armée, c’est donc ceux là qu’il faudrait frapper. Mais bien sûr, cela n’est que pure fiction.
    Il serait donc plus judicieux d’étudier les pratiques de la Résistance lorsqu’elle frappait les collaborateurs. Des petits groupes independants, reperant et choisissant soigneusement leurs cibles. Aucun contact entre les groupes, donc pas de telephone, pas de courrier. Et bien sûr, aucune arme illegale, ni liste, ni document d’aucune sorte, chez soi. Etudier la vie de Ben Laden (Pas le fabricant de machines à laver) apporte aussi des éléments très interessants pour ceux qui veulent avoir une vie clandestine.
    Quoiqu’ils aient pu faire, ces hommes sont des patriotes qui n’ont pas voulus rester à courber l’échine sans réagir. Et, ne serait ce que pour ça, je les respecte et je suis solidaire.
    Se moquer d’eux en les traitant de « pieds nickelés » me paraît inaproprié.
    Si ces gens sont des « pieds nickelés », que sommes nous, vous et moi, qui ne faisons qu’écrire et parler ?
    Il serait beaucoup plus interessant de savoir ce qu’il sont devenus dans les geôles de la ripoublique maçonnique et s’il est possible de les contacter.
    Personne ment, je n’ai trouvé aucune infos sur cette affaire, peut être montée de toutes pièces, un genre de remake des « Irlandais de Vincennes », honte passée de cet état dégénéré.

    • Marie des lions says:

      Pour votre info… Jeudi 26 juillet plusieurs membres de l’AFO, qui avaient été laissés libres sous contrôle judiciaire par différents juges des libertés, ont comparu devant la cour d’appel de paris.
      Ces comparutions font suite à l’appel des jugements formulés par le parquet de paris sous la pression du ministère de l’intérieur et du CCIF.
      Les juges de la cour d’appel ont statué en toute indépendance et en toute impartialité sur ces mises en liberté sous contrôle judiciaire.
      Malgré les plaidoiries à charge de madame la procureur de la république, les juges de la cour d’appel, quand à eux, en toute indépendance ont confirmé la décision de tous les juges de la liberté et maintenus ces décisions de justice en se basant sur les contenus des dossiers de chaque procédure.
      La manipulation, la désinformation, la propagande de l’état et officines, bafouent en permanence la présomption d’innocence et violent le secret de l’instruction en fournissant par l’intermédiaire de la DGSI des informations mensongères aux médias.
      Ces informations étant interprétées, dirigées et utilisées à des fins politiques selon une stratégie orchestrée par l’état.
      Les personnes re jugées sont donc reparties de la cour d’appel, libres, sous le statut de mise en examen sous contrôle judiciaire, dont monsieur Sibra, présenté comme le chef de l’AFO.