Les colonies anglo-saxonnes avancent dans la mise en œuvre de la feuille de route du Great Reset.

Les patients admis à l’hôpital avec le covid-19 peuvent mourir par euthanasie si les médecins pensent qu’ils pourraient ne pas survivre, a déclaré le gouvernement néo-zélandais dirigé par la groupie de Klaus Schawb, l’enfermiste et passionaria de la vaccination covid pour tous, Jacinta Arden.

Le ministère de la Santé a confirmé que le droit à l’injection létale en vertu d’une nouvelle loi sur l’euthanasie pourrait s’étendre aux patients « qui meurent du coronavirus ou qui souffrent insupportablement de ses conséquences ». Mais le coronavirus est une grippe…

En réponse à une demande de clarification sur une loi sur l’euthanasie entrée en vigueur le mois dernier, le gouvernement a déclaré que « dans certaines circonstances, une personne atteinte de COVID-19 peut être éligible à l’aide médicale à mourir ».

Henoch Kloosterboer, rédacteur en chef du site Web anti-euthanasie The Defender, a déposé la demande en vertu de la loi sur l’information officielle qui oblige les administrations à rendre publiques sur demande ses dispositions « confidentielles ». Ainsi il a été dévoilé que l’État autorise en fait l’euthanasie non seulement pour les cancers en phase terminale, mais pour le covid et les « souffrances insupportables » qu’il provoque.

La loi sur le choix de fin de vie de 2019 est considérée comme l’une des lois sur l’euthanasie les plus extrêmes au monde, et les critiques disent que les garanties sont si fragiles qu’elles sont facilement contournées. Elle permet à la fois l’euthanasie et le suicide assisté pour les adultes atteints d’une maladie considérée comme terminale dans les six mois, ou pour les patients dans un état avancé de déclin physique irréversible ou souffrant de manière intolérable.

La loi, ratifiée à la suite d’un référendum en 2020, garantit à tous les résidents le droit d’accéder à un médecin qui met fin à leurs jours dans les quatre jours suivant la réception de la demande.

Les médecins reçoivent un paiement gouvernemental de 1 000 $ plus les dépenses pour chaque décès par euthanasie qu’ils pratiquent.

Kloosterboer a déclaré :

« Il n’est pas difficile d’imaginer une situation dans laquelle une augmentation rapide et considérable des hospitalisations pour covid-19 pourrait conduire à une pression pour utiliser l’euthanasie et le suicide assisté comme outils pour résoudre une crise aussi grave. »

Au Royaume-Uni, la baronne Finlay de Llandaff, professeur de médecine palliative, a déclaré que la loi néo-zélandaise sur l’euthanasie contredit l’objectif fondamental de la médecine et des services de santé de guérir les malades. Elle a souligné la contradiction de ce gouvernement : « Il est bizarre qu’un pays qui a essayé de protéger ses citoyens en les protégeant littéralement d’un virus dont les gens peuvent se remettre complètement… suggère maintenant que ces patients peuvent être tués par leurs médecins. Cela renverse l’éthique de la médecine », a-t-elle conclu.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

54 % 18 490 € manquants

Il nous manque 18 490 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :