La nomination de Olivier Véran comme Ministre de la santé est en tous points catastrophique.

Sur le plan politique cet ancien socialiste carté est une girouette patentée ; il faisait partie de la partie la plus à gauche du PS. Ses accointances avec les Frères musulmans lui ont fait soutenir le projet de grande mosquée avec minaret et « centre culturel » à Teisseire en Isère. Cette localité est un quartier de la ville de Grenoble où il y a déjà quinze mosquées. La plus ancienne d’entre elles a été fermée par décision préfectorale en raison des prêches encourageant le Djihad. Véran a par ailleurs contribué à faire supprimer le délit d’aide ou aux immigrés clandestins. Ce « délit de solidarité » a été ensuite limité par le « délit de complicité » puis par le « principe de fraternité » qui ouvre toutes grandes les portes de l’immigration clandestine. Véran milite pour donner inconditionnellement le droit de vote aux étrangers pour les élections locales. Bref ses titres universitaires nous mettent l’eau à la babouche.

C’est sur les propositions d’Olivier Véran qu’ont été ouvertes les « salles de shoot » qui font le malheur des riverains et attirent les dealers qui y trouvent une clientèle permanente. Il est aussi à l’origine de la loi permettant le don du sang aux homosexuels ; celle-ci avait été proposée par l’UDI, la permanente « droite molle ». La seule limitation à ce don est l’affirmation par les intéressés d’une abstinence de quatre mois. Comment le vérifier : c’est impossible ? Bien sûr il est favorable au cannabis à titre thérapeutique alors qu’en pratique il est déjà utilisé essentiellement dans les scléroses en plaques. Véran veut donc entrebâiller la porte pour élargir les indications, le but étant d’en généraliser l’usage. Notons aussi qu’il est un virulent partisan du déremboursement de l’homéopathie ; entrant ainsi de plain-pied dans les vues des lobbies pharmaceutiques ; comme l’avait fait Agnès Buzyn en faveur des polyvaccinations.

Enfin il explique que la GPA « ne relève pas obligatoirement d’une réponse binaire » ; en d’autres termes l’alternative entre le oui et le non ne devrait pas se poser. Or précisément elle se pose et la réponse sera certainement « oui ! ». En bref ce personnage est plus qu’ambigu. Ceci étant caractérisé par le titre de praticien hospitalier neurologue qui nous est présenté. Or ayant de multiples activités extra-médicales, il ne doit pas être souvent dans son service. Étant désormais ministre de la santé, ne ferait-il pas bien de démissionner de son service hospitalier, alors qu’il doit s’occuper de gérer la question des retraites, celui des déserts médicaux, les problèmes des hôpitaux surchargés, celui des urgences et le coronavirus ?

Enfin comme tout socialiste il est n’est pas favorable à la médecine libérale – la moins payée des pays occidentaux- ainsi qu’à l’hospitalisation privée qui « tient le coup » car mieux organisée et moins onéreuse.
Finalement avec Véran c’est le retour de la catastrophique Touraine avec exactement les mêmes problèmes (et les mêmes ambitions).

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,
3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :