Avec un nouveau geste concret, le pape François participe à la submersion migratoire de l’Europe. Il s’engage résolument du côté de ceux qui envahissent le Vieux Continent à la recherche d’une amélioration de leur vie matérielle.

Ce n’est pas la première fois que pour donner suite à sa pastorale pro-migrants El papa argentin choisit le pragmatisme. Après les 500 000 euros donnés à ceux qui ont aidé les migrants à arriver au Mexique du Honduras et d’autres pays d’Amérique latine, il a décidé d’aider l’association Caritas Hellas. Cette dernière s’occupe des milliers de demandeurs d’asile arrivés illégalement sur l’île de Lesbos, devenue un vaste camp de migrants à ciel ouvert où vivent ces clandestins iraniens, syriens, afghans, nord-africains.

C’est le cardinal polonais Krajewski, l’aumônier apostolique du Saint-Siège, qui s’est rendu personnellement en Grèce cette semaine pour remettre ce don. A noter que ce même cardinal a déclaré, il y a peu, qu’il était impossible de remettre une bénédiction pontificale sous forme de pergamène à Matteo Salvini, qui en tant que ministre de l’Intérieur à décréter la fermeture des ports aux débarquements de migrants.

Le Vatican bergoglien, et cela n’est plus un mystère pour personne, est résolument hostile à toute forme d’intervention restrictive destinée à diminuer et maîtriser l’immigration. Pire, par ses dons à des associations pro-migrants, -argent pris sur les deniers de Saint-Pierre d’ailleurs-, il favorise l’immigration extra-européenne, et maintient en survie artificielle un idéal en échec total, celui de la société du « vivre-ensemble » multi-culturelle, pluri-ethnique, inter-religieuse…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

11 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires