Après une célébration hier à la basilique romaine San Bartolomeo all’Isola (Saint-Barthélemy-en-l’Île) le pape François s’est à nouveau préoccupé, non de son troupeau de fidèles romains, mais des réfugiés, centre quasi-exclusif de son attention.

Il a donc rencontré un groupe de vrais ou faux réfugiés, qui sait, mais vrais clandestins accueillis par la communauté de Sant’Egidio, communauté très impliquée dans le dialogue inter-religieux, l’œcuménisme et, bien entendu, l’accueil des migrants, ces trois préoccupations allant forcément ensemble.

L’évêque de Rome, dont la passion pour les migrants n’a point de limites, a remercié ces envahisseurs d’un genre nouveau :

« Je voudrais vous remercier pour tout ce que vous nous donnez » leur a-t-il déclaré.

Il n’a pas dit ce que ces clandestins apportent à l’Europe, à l’Italie, mais qu’importe, ses mots sonnent bien pensants, sont là pour neutraliser la pensée incorrecte qui pourrait subsister parmi les catholiques et accréditer une complaisante propagande immigrationniste matinée de solidarité et d’humanitarisme, ces fausses vertus pseudo-chrétiennes.

Le pape argentin, emporté par son élan compassionnel pour ces multitudes d’étrangers, s’est également fendu d’une comparaison stupéfiante qui risque cependant de ne pas plaire à tout le monde :

« Les camps de réfugiés sont des camps de concentration. »

Pour une comparaison osée, celle-là en est une, et de taille !

Qu’on se le dise, pour le pape François, à part les tenants de l’accueil tout azimut, tous les Européens prudents et lucides, hostiles à l’invasion ou même simplement sceptiques et circonspects, sont donc collectivement coupables, responsables, passibles, peut-être, un jour, de la juridiction de Nuremberg…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :