La révolution bergoglienne continue son travail de sape au sein de l’Eglise conciliaire. François veut maintenant une nouvelle réforme du catéchisme pour y condamner la peine de mort. Ce faisant, il contredit une fois de plus la Tradition de l’Eglise catholique.

Sur la doctrine catholique au sujet de la peine de mort, Saint Thomas d’Aquin, docteur de l’Eglise, fait autorité et ses propos sont d’une grande clarté. Lisez plutôt :

Comme certains font peu de cas des peines infligées par Dieu parce que s’attachant aux choses sensibles, ils n’ont souci que de ce qu’ils voient, la divine providence a voulu qu’il y eût sur le terre des hommes qui, au moyen de punitions présentes et sensibles, contraignissent les autres à observer la justice.

Et il est évident que ceux-là ne pèchent pas lorsqu’ils punissent les méchants. Personne ne pèche en accomplissant la justice. Or il est juste que les méchants soient punis, parce que, comme nous l’avons prouvé, le châtiment fait rentrer la faute dans l’ordre. Donc les juges ne pèchent pas en punissant les méchants.
Plus encore, le bien n’a aucun besoin du mal, au contraire. Donc ce qui est nécessaire à la conservation du bien ne peut être mauvais en soi. Or il est nécessaire, pour conserver la concorde parmi les hommes, d’infliger des châtiments aux méchants. Donc il n’est pas mauvais en soi de punir les méchants.

Le bien commun est meilleur que le bien particulier de l’individu. Donc il faut sacrifier le bien particulier pour conserver le bien commun. Or, la vie de quelques individus dangereux s’oppose à ce bien commun qu’est la concorde de la société humaine. Donc on doit soustraire par la mort ces hommes de la société humaine.

De même que le médecin, dans une opération, recherche la santé, qui consiste dans l’harmonie bien réglée des humeurs, ainsi le chef de cité, par son action, recherche la paix qui consiste dans l’harmonie bien réglée des citoyens. Or le médecin fait une chose bonne et utile en coupant le membre gangrené si celui-ci menace de corruption le reste du corps. Donc le chef de la cité est juste et exempt de péché, lorsqu’il met à mort des hommes dangereux, pour que la paix de la cité ne soit pas troublée.

Saint Thomas d’Aquin – Somme contre les gentils

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. Daniel Daflon says:

    C’est la sagesse même. Les criminels doivent être exécutés pour que la justice passe. Avec ce faux pape apostat, le bien est devenu mal et le mal est devenu bien, d’où sa faveur envers les invertis et les francs-maçons, secte immonde à laquelle je ne serais pas surpris qu’il appartienne tant ses orientations sont identiques.
    Alors Bergoglio, franc-maçon infiltré pour détruire le catholicisme ? Je ne sais pas, mais je que je sais par contre, c’est qu’il n’est sûrement pas chrétien.

  2. Gauvain says:

    Qui va suivre au sein de l’église l’antipape Bergoglio ?
    https://www.medias-presse.info/wp-content/uploads/2015/09/citation-st-thomas-daquin.jpg

  3. pamino says:

    (critique de la traduction)
    Au lieu de
    « […] la divine providence a voulu qu’il y eût sur le terre des hommes qui, au moyen de punitions présentes et sensibles, contraignissent les autres à observer la justice. »,
    lire dans ce style formel
    ou bien :
    « […] la divine providence a voulu qu’il y ait sur le terre des hommes qui, au moyen de punitions présentes et sensibles, contraignent les autres à observer la justice. »
    ou bien :
    « […] la divine providence voulut qu’il y eût sur le terre des hommes qui, au moyen de punitions présentes et sensibles, contraignissent les autres à observer la justice. » ;
    tertium non datur.

  4. Etienne says:

    Comme par hasard, au moment où les amis (et grands électeurs : Mc Carrick, Maradiaga, etc.) de m. Bergoglio se noient dans la choucroute, il sort de sous sa calotte blanche une belle grosse diversion plus médiatique qu’autre chose
    Au niveau mondial, quels sont les Etats – et qui sont les catholiques – qui tiendront compte du catéchisme qu’il révise (mal, d’autorité) à sa manière.

    La manipulation médiatique, c’est la vraie spécialité (sans doute la seule) de ce personnage aussi creux qu’un tuyau de poêle.

  5. Jean Marc Gaucher says:

    arêtez de nous casser les couilles aver “bergoglouiio”!