Voici un message reçu du comité du six octobre que nous relayons :

Chers amis,

Le projet de loi sur la PMA est bien avancé et, à ce stade, on voit mal ce qui pourrait l’arrêter. Les partis de droite sont divisés et cachent à peine leur volonté, une fois la loi votée, de tourner la page au plus vite. La Manif Pour Tous repart sur les mêmes bases qu’il y a cinq ans : principe du rassemblement au plus petit dénominateur commun ( qui vide de sens toute opposition solide au projet de loi) cependant que la respectabilité reste le souci n°1 des dirigeants. Fatigue et lassitude semblent avoir gagné nos milieux ; après la défaite de 2013, malgré une mobilisation sans précédent, à quoi bon repartir vers un nouvel échec ?

Il est évident qu’un tel contexte ne donne pas beaucoup d’espoir pour la journée du 6 octobre. Dans de telles conditions, manifester a t-il un sens ? Est-il seulement envisageable de suivre des leaders qui prétendent s’attaquer à des maux sans jamais remettre en cause leurs racines les plus profondes ?

En tant que tel la réponse ne peut qu’être négative. Mais, avant de se prononcer définitivement il faut envisager un aspect qui remet tout en cause : une manifestation est d’abord ce qu’en font les manifestants. S’il ressort de la journée du 6 octobre une véritable et efficace opposition à la loi, alors il n’y a pas pas possibilité de manifester, il y a devoir !

On objectera que le plus probable est qu’une telle manifestation se déroule comme les organisateurs l’ont prévu.

Cela n’est pas certain. Les dirigeants de la manif pour tous ne sont pas propriétaires du droit et de la manière de s’opposer au projet de loi. Par ailleurs, l’expérience d’il y a cinq ans a prouvé l’inefficacité des rassemblements purement « pacifiques », des slogans « bisounours » et de la volonté d’ouverture à outrance. Tous les efforts de respectabilité se sont révélés vains. A l’opposé, les quelques résultats obtenus en décembre dernier par les gilets jaunes (pourtant moins nombreux), ont montré sur quel terrain doit se placer la confrontation : non dans le nombre mais dans le rapport de force, verbal, voire physique si les forces de l’ordre y contraignent.

Certes il ne convient pas de rechercher la violence en tant que telle. Mais à ceux qui croient en une issue pacifique, il convient de répondre en rappelant les véritables enjeux du combat : innocence des enfants contre perversion des adultes, bon sens contre folie, ordre naturel contre chaos, Dieu contre satan. Un tel combat a été et ne pourra jamais être que violent.

Les dirigeants de LMPT ne l’entendent pas ainsi ? Soit.

Mais çà n’est pas (plus) le cas de nombreuses personnes qui seront là le 6. Sachons leur prêter main forte. Allons-y sans complexe, affichons clairement nos raisons de parents, de Français, de Catholiques et surtout faisons-nous entendre ! Si nous nous faisons refouler, n’ayons pas de regret : au-moins aurons-nous fait le maximum pour protester publiquement.

Et sachons rester aux aguets, non loin, en suivant l’évolution des choses… Des alliés potentiels ne sont peut-être pas loin, qui pourraient bien faire basculer la situation ( https://fr.novopress.info/215221/pour-une-convergence-lmpt-gilets-jaunes-par-philippe-suvigny/ )…

Soyons prêts à rester… longtemps s’il le faut ! ( https://www.facebook.com/events/424222054875562/ )

Scénario improbable diront les sceptiques ? Mais quelle autre solution proposer dans le contexte actuel ?

Pour l’honneur des familles, de la France et de Dieu, il n’y a pas juste « possibilité » de manifester : il y a devoir grave de tenter tout ce qui est moralement possible !

Tous à Paris le 6 !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :