Guillaume de Salluste du Bartas

A la France

Que ne fais-tu proffit, ô frénétique France,
Des signes dont le ciel t’appelle à repentance ?
Peux-tu voir d’un oeil sec ce feu prodigieux,
Qui nous rend chasque soir effroyables les cieux,
Cest astre chevelu qui menace la terre
De peste, guerre, faim, trois pointes du tonnerre,
Qu’en sa plus grand fureur Dieu foudroye sur nous ?
Mais, las ! que peut du ciel le désarmé courroux
Puis que tant de durs fleaux, qui te ployent l’eschine,
N’arrachent un souspir de ta dure poitrine ?
Ton sang est ta boisson, ta faim ne te repaist
Que de ta propre chair ; ce qui te nuit te plaist,
Tu n’as nul sentiment non plus qu’un lethargique ;
Tu fuis ta guerison ; plus l’Eternel te picque,
Plus tu fais du restif : franc d’un sacré souci,
Tu t’engraisses de coups comme un asne endurci ;
Et tel que le plastron ou la blanche alumelle,
Tu vas plus resistant, quand plus on te martelle

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup