Les élections italiennes du 4 mars dernier et la victoire des partis anti-immigration telle La Ligue, donnent lieu à des commentaires pontificaux et épiscopaux.

Aujourd’hui, c’est le cardinal Ravasi, président du Conseil pontifical pour la Culture, qui exprime sa pensée sur le quotidien italien Il Giornale. Une pensée résolument hostile à ce qu’il nomme « les populismes », terme méprisant pour désigner les doctrines nationalistes et identitaires.

« Le problème des formes du populisme qui traverse presque toute l’Europe est certainement un mouvement social très complexe et en beaucoup d’aspects vraiment dramatique, parce que cela représente surtout le rejet. Une peur qui cependant ne doit pas être enjambée mais éventuellement gouvernée et en beaucoup d’aspects dépassée »,

a-t-il déclaré avant de formuler son adhésion à la vision pseudo-chrétienne et pseudo-biblique de l’accueil du pape François :

« Il ne faut pas céder à la peur. La vision chrétienne est celle de la rencontre entre les peuples, en cherchant le plus possible à faire prévaloir l’entrecroisement des cultures, des peuples et des diversité à l’intérieur de l’histoire. Les grandes migrations, à partir de la Bible elle-même écrite pas des migrants, parce que le point de départ est celui des migrations d’Égypte vers la Terre Promise, est une réalité constante de l’humanité et doit être vécue comme un phénomène possible et non comme un fait absolument négatif à effacer. Nous sommes confrontés à un phénomène qui appartient et appartiendra toujours à l’histoire. Qui ne veut pas le reconnaître est en train de nier l’histoire. »

Et qui ne veut pas, comme le cardinal Ravasi, reconnaître que des nations avec leurs peuples, leur civilisation, leur culture, leur langue, leurs mœurs et coutumes, leur religion, se sont constituées au fil des siècles en combattant et rejetant les corps étrangers si ceux-ci étaient trop dissemblables de leur identité ethnique, religieuse et culturelle, –tel en premier lieu d’ailleurs le peuple juif qui refuse depuis toujours le mélange pour ne pas perdre sa particularité identitaire-, nient l’histoire…

Pour information ce prélat romain ne communie pas uniquement à l’idéologie immigrationniste du pape argentin. Il a aussi des amitiés particulières qui peuvent notablement l’influencer dans son discours. En 2015, le Grand Orient d’Italie, n’écrivait-il pas que « le cardinal Ravasi dans une lettre aux chers frères maçons souligne comment au-delà de la différence d’identité, il ne manque pas avec les Francs-Maçons les valeurs communes : l’humanitarisme, la solidarité », le prélat reconnaissant dans son courrier aux maçons « une anthropologie fondée sur la liberté de conscience et d’intellect et sur l’égalité des droits »

« Valeurs communes » qui sont en réalité les droits de l’homme, inspirés des Lumières, déconnectés de la véritable sève chrétienne, fondement de cet  universalisme sans frontière prêché par la maçonnerie ! Universalisme sans frontière que fait sien dans son entretien d‘aujourd’hui le cardinal Ravasi.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. DUFIT THIERRY says:

    Ce qui est dramatique est de voir dans l’Eglise des cardinaux franc-maçons comme Ravasi (il y en a bien d’autres) qui détruisent l’Eglise. Les infiltrations et les influences maçonniques dans l’Eglise surtout avec le concile Vatican Ii (liberté religieuse, collégialité, œcuménisme) sont elles vraiment dramatiques.

  2. cadoudal says:

    ce qui est dramatique , c’est que les catholiques supportent ces francs maçons déguisés en papes, en cardinaux , en évêques.;

    ils devraient les chasser rapidement avec indignation.

  3. Esperanza says:

    Je crois que je vais me faire un portofolio de tous vos articles tant je vous rejoins sur de nombreux points et analyses. Connaissant assez bien l’Eglise de l’intérieur et ayant étudié l’infiltration maçonnique ecclésiale depuis bon nombre d’années, je ne peux qu’accréditer vos propos sur el papa Argentino dont bon nombre d’obédiences maçonniques ont salué l’élection (ou plutôt nomination !).

    Petit clin d’oeil sur les réactions maçonnes ? Ps : la partie I se trouve en lien au début de la partie II
    http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/2017/04/pourquoi-les-francs-macons-aiment-le_29.html

  4. cadoudal says:

    « Le problème des formes du populisme qui traverse presque toute l’Europe est certainement un mouvement social très complexe et en beaucoup d’aspects vraiment dramatique, parce que cela représente surtout le rejet. Une peur qui cependant ne doit pas être enjambée mais éventuellement gouvernée et en beaucoup d’aspects dépassée »,

    le F.:.M.: cardinal Ravasi dirait-il la même chose sur le sens du vivre ensemble des Hébreux avec les Palestiniens en Terre Sainte , où l ‘extrême droite israélienne est au pouvoir ?

    voire même au sujet de l ‘expulsion des Palestiniens hors de leur terre par nos frères aînés ?

    il aurait bien trop peur d’ être qualifié d’ antisémite et de bête immonde.

    • ” par nos frères aînés ?”
      Oui, aînés comme Caïn était le frère aîné d’Abel

  5. Vincent says:

    Je le verrez bien au bûcher celui là.

  6. Damien says:

    Et le socialisme ? Est-ce mieux que le “populisme” ?
    Et la subsidiarité ?

  7. Debra says:

    Le projet paulienien énonce depuis les écrits de Paul que “Dans le Christ il n’y a ni est, ni ouest, ni nord, ni sud, mais une grande communauté d’amour à travers la terre toute entière.” (Donc.. pas de frontières, pas de nations là dedans. Un grand magma d’amour.)
    Il s’agit d’un projet.. eutopique, qui a été sécularisé, mais qui est toujours… en marche, avec les Chrétiens faisant compétition avec la société civile pour les âmes (si tant est que la société civile reconnaît la possibilité d’une âme, ce qui est discutable).
    Le statut des Chrétiens croyants français me semble bien problématique dans cette histoire, dans la mesure où bon nombre de valeurs… de l’Islam, comme du Judaïsme, en tant que religions, font tronc commun avec les valeurs chrétiennes, car émanant des monothéismes.
    Et c’est ainsi qu’un.. bon chrétien (catholique) pourrait avoir plus en commun.. spirituellement et moralement avec son frère… musulman qu’avec un libertin de pure souche française.
    Si, si. Le Français catholique a-t-il plus en commun avec un musulman croyant ou avec un Français… mécréant ? Réfléchissez bien avant de répondre.
    On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Jésus lui-même a du le reconnaître quelque part dans les Evangiles ; je lui fais confiance là dessus.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

15 % 29.840 € manquants

5160 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 29.840 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !