« Quand tu ne peux pas arrêter quelque chose, il faut en prendre le contrôle ». C’est la troisième voie choisie par Vladimir Poutine pour affronter le binôme drogue-concert rap.

Le maître du Kremlin, à l’occasion du conseil consultatif sur la culture et les arts, s‘est alarmé sur la croissante progression de la popularité du rap parmi la jeunesse russe. Or le rap estime-t-il « se base sur trois piliers : le sexe, la drogue et la contestation. De tout cela, la drogue est le plus préoccupant. C’est la voie ouverte vers la corruption de la société ».

Aussi, sans vouloir censurer le rap, il a en revanche l’intention d’en maîtriser la diffusion. Il a donc demandé aux responsables culturels de trouver un moyen pour contrôler plutôt qu’interdire cette musique populaire. A travers notamment des subventions publiques destinées à aider les chanteurs « à corriger » leurs textes.

Depuis longtemps en Russie des groupes de volontaires et des associations de parents se sont mobilisés contre certaines expressions musicales qui « ont une influence négative sur la société et sur les plus jeunes ». Ce que démontrent certaines chansons de rappeurs qui font l’apologie ouverte de la drogue et du suicide.

La guerre contre le rap est ouverte au pays des Tsars !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires