Le père Nicolas Barla, secrétaire du Bureau des affaires tribales de la Conférence épiscopale indienne, a déclaré que ces chrétiens refusaient de renoncer à leur foi, raison pour laquelle ils ont été expulsés de leurs villages et contraints de vivre dans des camps en plein air en plein hiver.

Le prêtre a déclaré qu’il semble y avoir une campagne soutenue et organisée pour convertir de force les tribus chrétiennes à l’hindouisme.

Entre le 9 et le 18 décembre, au moins 1 000 chrétiens ont été déplacés et au moins deux douzaines ont été blessés lors d’attaques contre 18 villages à Narayanpur et 15 villages dans les districts de Kondagaon au Chhattisgarh.

Le père Barla a affirmé que des voyous hindous armés de bâtons entouraient les églises et forçaient les fidèles à renoncer à leur foi ou à quitter la ville.

Le prêtre, membre d’une équipe d’enquête qui a quitté Delhi, a déclaré que son groupe s’était rendu dans les zones touchées et les camps de secours pour interagir avec les gens.

Il a déclaré que le nouveau chef de district pour la région avait promis de « faire tout son possible » pour assurer la réhabilitation des chrétiens déplacés.

Lors d’une conférence de presse tenue à New Delhi le jeudi 29 décembre, l’équipe d’enquête a dénoncé les attaques et les conversions forcées de chrétiens tribaux à l’hindouisme.

L’équipe était formée, entre autres, par le Père Barla ; Irfan Engineer, directeur du Mumbai Center for the Study of Society and Secularism ; Ashok Verma, journaliste ; Brijendra Tiwari, organisateur du All India People’s Forum à Chhattisgarh.

« Des mesures strictes doivent être prises contre les conversions forcées de chrétiens tribaux qui se sont produites« , a déclaré le groupe dans un communiqué.

Manglu Koram, du village de Madamnar, a déclaré à l’équipe d’enquête que lui et des membres de 21 autres familles chrétiennes avaient été emmenés au temple du village, où un chef religieux a accompli des rituels et déclaré le peuple hindou.

Au moins 18 familles des villages d’Udidgaon, Fulhadgaon et Putanchandagaon ont été converties de force , selon le rapport.

A Temrugaon, trois chrétiens tribaux ont été passés à tabac en présence de 10 à 15 policiers , a indiqué l’équipe d’enquête, ajoutant que les policiers n’ont ni arrêté l’attaque ni déposé de plainte.

Même les personnes handicapées, les femmes enceintes et les enfants n’ont pas été épargnés par la violence.

Bangaram Sodi, président de la Sarva Adivasi Samaj (All Tribes Society) dans le district de Kondagaon, a déclaré que les tribus devraient être libres de choisir leur religion.

L’équipe d’enquête a appelé à une « enquête spéciale » de la Cour suprême sur ces faits graves.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :