Hier dimanche 22 janvier, avait lieu le premier tour de la primaire de la gauche.

C’est une déconfiture pour les sept candidats en lice : d’après les estimations seulement 1,5 millions de personnes se seraient déplacées pour aller voter, ce qui témoigne du désintérêt des Français pour la vie du parti socialiste et pour son candidat potentiel aux futures présidentielles. Et leur ras-le-bol de la politique socialiste-libertaire menée par le duo Hollande-Valls. Rappelons que lors du premier tour de la primaire de la droite ils avaient été 4,27 millions de votants.

Et c’est un camouflet pour Manuel Valls qui était donné vainqueur dans les sondages, avec un Montebourg au deuxième tour. L’ex-premier ministre, que de nombreux Français aimeraient gifler, a été dépassé par Benoit Hamon qui arrive en tête avec 36,35 % des voix. Valls n’en recueille que 31,11 %. Quant à Arnaud Montebourg, le monsieur made in France, il rétrograde à la troisième place avec 17,25%.

Pour les autres candidats, les résultats sont les suivants : l’ancien ministre de l’éducation nationale, le sectaire Vincent Peillon a 6,85 % des voix. François de Rugy, 3,83%. Sylvia Pinel, 1,99% . Jean-Luc Bennahmias, 1,01% .

Le deuxième tour de la primaire de gauche verra donc s’affronter Benoit Hamon et Manuel Valls. D’ores et déjà les ralliements se préparent dans les deux camps. Montebourg a fait savoir qu’il votera Hamon et dame Pinel qu’elle accordera son suffrage à Valls. Peillon n’a pas donné pour l’instant de consigne ou d’intention de vote, pas plus que François de Rugy qui a proposé de rencontrer Benoît Hamon et Manuel Valls.

D’après un sondage Ipsos Sopra steria de dimanche soir, ni Manuel Valls ni Benoit Hamon n’aurait de toute façon des chances d’emporter le premier tour des présidentielles…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :