En France mais ailleurs également, certains protestent contre les mesures de confinement, couvre-feu et autres interdictions liberticides. Car cette dictature qui s’abat sur les populations, sous l‘excuse hypocrite de « sauver des vies » alors que les mêmes politiciens encouragent avortement et euthanasie, détruit l’économie, en plonge certains dans des conditions de vie et psychologiques effroyables, empêchent toute vie normale… Et de quelle vie parlent-ils ? De celle des résidents des EPAD confinés seuls dans leur chambre et recevant un « vaccin »  qui en envoie quelques-uns ad patres aussitôt presto. D’une vie qui ne se réduit qu’à sa simple expression biologique, puisqu’aucune vie sociale, familiale, cultuelle, entrepreneuriale n’est plus tolérée. Est-ce vraiment vivre que cela ?

 

Si en Italie, de nombreux restaurants sont restés ouverts malgré le couvre-feu, à Lyon ce sont les étudiants fantômes qui demandent la réouverture des universités et alertent sur leur précarité et détresse psychologique.

A Perpignan, c’est une marche aux flambeaux qui a lieu en protestation contre les mesures du gouvernement Castex.

Même dans un Israël tenu par une main de fer en cette période de « pandémie » par Benyamin Netanyahou, grand manitou du confinement et de la surveillance totale de ses concitoyens pour empêcher la propagation » d’un virus pas si mortel pourtant,  des manifestants anti-confinement, juifs ultra-orthodoxes ont osé braver le pouvoir. Qui a déjà annoncé qu’il fera usage d’une « forte sévérité » alors que les manifestations anti-confinement et les affrontements sont quotidiens.

Au bout du monde, dans la lointaine Mongolie, la politique de quarantaine imposé par le gouvernement  a eu raison du premier ministre contraint à la démission au lendemain d’une manifestation dans les rues de la capitale après une vague d’indignation provoquée par le transfert d’une jeune mère malade du covid et de son nouveau-né vers un centre de quarantaine.

Et ce ne sont là quelques images, de ces révoltes spontanées, -pour le coup pas de Soros derrière -, aux quatre coins du monde… 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :