Au cours du XVIIème siècle, les Cosaques zaporogues (ou Cosaques du Dniepr) furent confrontés à l’expansionnisme ottoman dans les régions de l’actuelle Ukraine. En 1676, ce peuple slave et orthodoxe terriblement jaloux de son autonomie reçut une lettre du sultan ottoman Mehmet IV. Après avoir énuméré ses titres, celui-ci leur enjoignait de se soumettre à son autorité sans lui opposer de résistance. D’ordinaire peu portés sur les choses littéraires, les fiers Cosaques prirent néanmoins un malin plaisir à lui répondre également par écrit. Dans leur lettre restée célèbre pour son insolence et sa grossièreté, les Cosaques singent les titres du sultan, malmènent l’islam et envoient royalement promener l’impudent Ottoman !

Lettre du sultan Mehmed IV aux Cosaques zaporogues :

« En tant que sultan, fils de Mahomet, frère du soleil et petit-fils de la lune, vice-roi par la grâce de Dieu des royaumes de Macédoine, de Babylone, de Jérusalem, de haute et basse Égypte, empereur des empereurs, souverain des souverains, invincible chevalier, gardien indéfectible jamais battu du tombeau de Jésus-Christ, administrateur choisi par Dieu lui-même, espoir et réconfort de tous les musulmans, et très grand défendeur des chrétiens, j’ordonne, à vous les Cosaques zaporogues, de vous soumettre volontairement à moi sans aucune résistance.

Sultan Mehmet IV »

Lettre de réponse des Cosaques zaporogues au chef de l’empire ottoman :

« À toi, Satan turc, frère et compagnon du diable maudit, serviteur de Lucifer lui-même, salut !

Quelle sorte de noble chevalier au diable es-tu, si tu ne sais pas tuer un hérisson avec ton cul nu ? Mange la vomissure du diable, toi et ton armée. Tu n’auras jamais, toi fils de putain, les fils du Christ sous tes ordres : ton armée ne nous fait pas peur et par la terre ou par la mer nous continuerons à nous battre contre toi.

Toi, scullion de Babylone, charretier de Macédoine, brasseur de bière de Jérusalem, fouetteur de chèvre d’Alexandrie, porcher de haute et de basse Égypte, truie d’Arménie, giton tartare, bourreau de Kamenetz, être infâme de Podolie, petit-fils du diable lui-même, toi, le plus grand imbécile malotru du monde et des enfers et devant notre Dieu, crétin, groin de porc, cul d’une jument, sabot de boucher, front pas baptisé ! Voilà ce que les Cosaques ont à te dire, à toi, sous-produit d’avorton ! Tu n’es même pas digne d’élever nos porcs. Tordu es-tu de donner des ordres à de vrais chrétiens !

Nous n’écrivons pas la date car nous n’avons pas de calendrier, le mois est dans le ciel, l’année est dans un livre et le jour est le même ici que chez toi et pour cela tu peux nous baiser le cul !

Signé ataman Ivan Sirko et toute l’armée zaporogue »

400px-Repin_Cossacks
« Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie », tableau d’Ilya Repine, 1880-1891

Baudouin Lefranc

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :