couteau - main -

Depuis longtemps, je ne m’expose plus aux médias de propagande officiels (journaux, radios et télévisions). J’ai donc un peu de mal à m’imaginer quels torrents d’islamolâtrie béate se déversent à l’occasion de la fête dite : ‘aid al-kabīr (la grande fête), aussi appelée ‘aid al-aḍhâ (fête de l’égorgement), qui tombe en ce jour du 24 septembre 2015.

Un premier point concerne la transcendance. Dieu étant transcendant, c’est-à-dire en pratique inaccessible, mais pas inconnaissable, l’Antiquité grecque et latine avait conclu que les sacrifices destinés aux divinités étaient inutiles. Avant même d’ailleurs sa conversion au Christianisme, le paganisme gréco-latin avait graduellement cessé toute pratique sacrificielle. Cela fait donc presque deux millénaires que l’Europe civilisée ne sacrifie plus ni homme ni animal.

J’observe que cette espèce de fausse religion dite musulmane, qu’on nous présente et qui s’auto-proclame comme un « dépassement » du Christianisme, continue d’égorger, en l’occurrence il s’agit ici d’égorger des moutons, et non des êtres humains. Disons-le simplement, Dieu étant transcendant, les musulmans ne sacrifient rien à Dieu, mais tout pour eux-mêmes. Les alibis religieux ne sont que des alibis. Il n’y a aucun service rendu à Dieu dans cette fête barbare et sanguinaire.

aid- mouton -

Le dépassement du Christianisme (officiellement…)

Sourates de Médine et sourates de La Mecque

Parmi les poncifs sur le Qoran, les « experts » nous racontent qu’il y aurait deux types de sourates « révélées » à l’obscur pseudo-prophète Mahomet : celles de Médine (plus anciennes) et celles de La Mecque (plus récentes). Parmi les « experts », on peut noter la traduction annotée du Qoran faite par Régis Blachère, autrefois professeur à la Sorbonne et orientaliste renommé.

Il me semble que cette distinction est une fiction historique totale.

En effet, si on accorde crédit à l’idée, apparemment de moins en moins contestée, que l’islam est en fait une sorte d’hérésie, dont le germe initial a pris racine dans un milieu judéo-nazaréen, alors, les passages du Qoran qui ressemblent le plus au Christianisme sont, logiquement, les textes les plus anciens. A contrario, les textes les plus divergents ou haineux par rapport au Christianisme sont, logiquement, les textes les plus récents.

Or, si l’on regarde de près le contenu des sourates, on peut constater que la répartition entre sourates de Médine, censées être anciennes, et sourates de La Mecque, censées être récentes, est totalement contredite par leur contenu.

Par exemple, la sourate 3, dite de Imrân, parle de Joachim, mari de Sainte Anne, mère de la vierge Marie et grand-mère du Christ. Imrân est le nom arabe de Joachim. Cette sourate est censée être médinoise. Outre sa thématique et le fait que Jésus y est décrit comme le Messie (verset 45), on peut relever le verset 16 totalement chrétien qui énonce : « Seigneur, nous avons la foi ; pardonne-nous donc nos péchés, et protège-nous du châtiment de l’Enfer. » On notera aussi le verset 55 : « Jésus, Je vais mettre fin à ta vie terrestre et t’élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n’ont pas cru et mettre, jusqu’au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. » On aura relevé l’absurdité du Qoran qui fait la promotion du Christianisme, et de ceux qui suivent Jésus, le Messie, fils de Marie, tout en appelant à égorger les Chrétiens.

Autre exemple, la sourate 19, dite de Marie, est censée être mecquoise. L’essentiel y parle de la vierge Marie et fait une sorte de résumé de l’histoire des Hébreux, d’Abraham à Jésus. Le contenu en est à peu près totalement acceptable pour un Chrétien. Ce texte est donc logiquement ancien, voire premier, et non pas dernier.

Si on suit l’exégèse traditionnelle, telle que la présente Régis Blachère, la sourate 3 appartiendrait à la quatrière phase de prédication, et la sourate 19 à la cinquième. Cette théorie n’est qu’une vaste fable. Ces passages du Qoran qui sont quasiment acceptables en l’état par des Chrétiens sont nécessairement les plus anciens, et la chronologie « officielle » des sourates n’a ni queue ni tête. 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs , ,
9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :