On ne se lasse pas de l’étendue des révélations scientifiques fournies par les talmudistes !

Que voilà un article – chutzpah oblige – au titre fracassant :

https://www.torah-box.com/etudes-ethique-juive/science-torah/torah-science_14669.html

Mis en ligne le Mardi 16 Juillet 2019 par Chalom GUENOUN – © Torah-Box

Quand Louis Pasteur tomba sur un enseignement du Talmud

qui allait changer la face de l’humanité…

« Une fois la traduction du Talmud (section Mo’èd) réalisée par le Rav Dr Mikhaël Rabinovitch qui habitait à Paris, le livre arriva entre les mains du célèbre scientifique Louis Pasteur. A son grand étonnement il ” tomba” sur une phrase du Talmud qui allait changer la face de l’humanité : “Celui qui a été mordu par un chien atteint de la rage, on doit lui administrer une médication faite à partir du lobe de foi du chien contaminé” (traité Yoma 84b).

Louis Pasteur n’a pas perdu une minute et a initié une série d’expériences qui déboucheront sur le sauvetage de millions d’êtres humains. » (Source : מבוא שערים

Ce qui n’est, après recherche, qu’une reprise simplifiée d’un texte déjà publié par « Le juif errant » le 27 mai 2010 !

http://lejuiferrant.unblog.fr/2010/05/27/pasteur-les-vaccins-et-les-rabbins/

Pasteur, Les Vaccins et les Rabbins

« Dans un ouvrage nommé le Mevo Chéarim et que l’on doit à un contemporain de Louis Pasteur, l’auteur cite plusieurs témoignages directs des personnalités crédibles et respectables elles-mêmes proches d’un ami de Louis Pasteur, le Rav Dr Michaël Rabinovitch. D’après leurs témoignages, le médecin français a trouvé le principe du vaccin…Dans le Talmud.

Et voici le récit de cette fructueuse rencontre :

Le Rav Dr Michaël Rabinovitch habitait à Paris. Il avait entrepris de traduire le Talmud en français. La traduction de la deuxième des 6 parties du Talmud, intitulée Moèd, dans laquelle on traite principalement des fêtes du calendrier Juif, était parvenue entre les mains de Pasteur qui en scientifique curieux et ouvert avait pris le temps de s’y intéresser. A son grand étonnement, il « tomba » sur une phrase qui devait changer la face de l’humanité puisqu’à la page 84b du traité Yoma on pouvait lire ceci :

« Celui qui a été mordu par un chien atteint de la rage, on lui administre (une médication faite à partir) du lobe du foie du chien contaminé. » (Voir également la description des symptômes de la rage à la page 83b du traité Yoma : « 5 choses ont été dites au sujet du chien atteint de la rage : sa bouche est ouverte, sa bave dégouline, ses oreilles tombent, sa queue est entre ses cuisses et il chemine sur les côtés des routes »).

Le docteur, surpris par cette méthode qui consistait à guérir en utilisant des substances provenant de l’animal lui-même contaminé, médita cette parole des Sages du Talmud et estima qu’ils devaient très certainement connaître le principe selon lequel un corps contaminé ou infecté développe des anticorps contre la pathologie dont il est victime ; les anticorps concentrés dans le lobe du foie devaient certainement agir et guérir celui qui était atteint de cette maladie et qui avalait cette médication bizarre.

Le Dr Louis Pasteur ne perdit pas une minute ; il initia une série d’expériences qui débouchèrent sur…Le sauvetage de millions d’êtres humains !

Voici donc une histoire qui illustre à merveille cette injonction de nos Sages : « Fouille dedans et refouille dedans (c’est-à-dire, étudie la Thora en profondeur, cherche et explore les détails les plus infimes de chaque texte; de chaque phrase, de chaque mot, chaque concept…), car tout ce que tu cherches s’y trouve !

On y trouve effectivement des tas de choses – qui font dresser les cheveux sur la tête – comme le souligne fort à propos, référence talmudique en main, l’un des commentateurs de ce texte le l 2 novembre 2011 à 22 h 24 qui expose le plus sérieusement du monde comment pour raffermir le tonus musculaire il est conseillé par le talmud de mélanger, avec du baume, les excréments d’un chien blanc – recette qualifiée de « principe médicinal génialissime (rien que cela !) :

« Bravo ! D’autres principes médicinaux génialissimes issus du Talmoud :

To make the flesh close he should bring dust from the shadow of a privy, mix with honey and eat” -Gittin 69a

Pour renforcer sa chair (raffermir?) un juif devrait prendre la poussière dans l’ombre d’un toilette, le mélanger avec le miel et le manger.

« He can also take the excrement of a white dog and knead it with balsam, but if he can possibly avoid it he should not eat the dog’s excrement as it loosens the limbs »

Il peut aussi prendre l’excrément d’un chien blanc et le pétrir avec le baume, mais s’il peut peut-être l’éviter il ne devrait pas manger l’excrément du chien car il desserre les membres. » (sic !)

http://www.halakhah.com/gittin/gittin_69.html

Pour rassurer tous les réfractaires qui n’envisagent pas l’utilisation (voire l’ingestion) d’excréments de chiens pour se soigner, il n’est sans doute pas inutile de dénoncer une fois de plus l’insondable ineptie qui caractérise la « science talmudique » véhiculée par les rabbins.

Nous avons déjà évoqué cela à propos de « la pomme : fruit qui apparaît sur l’arbre avant les feuilles et les fleurs »…

https://www.medias-presse.info/science-talmudique-sur-le-pommier-les-fruits-apparaissent-avant-les-feuilles/80530/

Reprenons donc brièvement ces ahurissantes assertions – rapportés, comme toujours dans ces cas-là, sans la moindre justification si ce ne sont d’invérifiables « on dits » à dessein non datés – concernant les travaux de Pasteur…

L’article du «juif errant » est un concentré d’erreurs, hilarant par l’ignorance qu’il professe :

« Le docteur, surpris par cette méthode qui consistait à guérir en utilisant des substances provenant de l’animal lui-même contaminé, médita cette parole des Sages du Talmud et estima qu’ils devaient très certainement connaître le principe selon lequel un corps contaminé ou infecté développe des anticorps contre la pathologie dont il est victime ; les anticorps concentrés dans le lobe du foie devaient certainement agir et guérir celui qui était atteint de cette maladie et qui avalait cette médication bizarre. » (sic !)

Brièvement pour ne pas lasser le lecteur :

Soulignons d’abord, première bêtise, que Pasteur n’a jamais été médecin…

Soulignons ensuite que ses travaux sur la rage surviennent en toute fin de son activité qui a toujours porté sur la transmission des affections par des « agents microbiens ».

Soulignons enfin que jamais Pasteur n’a évoqué le foie comme source ou réservoir d’agent contaminant mais qu’il a suivi pour la rage – avec le succès que l’on sait – les premiers travaux de Galtier concluant à une localisation histologique purement nerveuse de l’agent rabique.

Quant au chien évoqué par le talmud il n’a pas non plus connu de devenir scientifique et curatif en la matière : les vaccins antirabiques dès l’origine ont été obtenus à partir de rongeurs contaminés, notamment historiquement par la moelle épinière de lapins (1885)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rage_(maladie)#Vaccin_original_de_Pasteur

Evoquer des « anticorps » – qui n’ont rien à voir là-dedans – montre simplement que l’auteur de l’article ne sait pas de quoi il parle ! Mais cela on s’en doutait déjà…

Reste à comprendre d’où cela pouvait bien sortir.

Comme se plaisait à le dire le colonel Mandel House : « La chose la plus difficile au monde est de suivre une idée jusqu’à sa source. »

En l’occurrence ici inutile d’aller bien loin :

L’auteur a simplement lu en diagonale les « interprétations » quelque peu hasardeuses de Wikipédia !

« Pour expliquer l’immunisation, Pasteur adopta tour à tour deux idées différentes.

La première de ces idées, qu’on trouve déjà chez Tyndall et chez Auzias-Turenne, explique l’immunisation par l’épuisement, chez le sujet, d’une substance nécessaire au microbe.

La seconde idée est que la vie du microbe ajoute une matière qui nuit à son développement ultérieur. Aucune de ces deux idées n’a été ratifiée par la postérité, encore que la seconde puisse être considérée comme une esquisse de la théorie des anticorps. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Pasteur

Et tant qu’on y est pourquoi ne pas en parler si cela peut « aider » au rayonnement du talmud ?…

C’est au moins aussi important que de mesurer la température de l’eau froide !…

(Rappelons que les premières échelles thermométriques chiffrées ne datent que du début du XVIIIeme siècle…)

https://www.torah-box.com/question/ben-hametsarim-jusqu-a-combien-de-degres-l-eau-est-consideree-froide_40644.html

Claude Timmerman

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs

2 commentaires

  1. gauthier says:

    La théorie selon laquelle la circoncision masculine protège du VIH/sida est le dernier argument en date utilisé par les partisans de la circoncision pour justifier la pratique.

    Depuis maintenant plus d’un siècle, chaque génération de médecins pro circoncision, aux États-Unis notamment, avance un nouveau prétexte afin de pérenniser la pratique. Le VIH/sida étant l’un des fléaux de notre époque, il n’est pas étonnant que certains de ces médecins tentent de démontrer que l’ablation du prépuce soit une solution pour y remédier.

    https://www.droitaucorps.com/circoncision-sida-protection

    NB C’est toujours les même !

  2. G. B. Shaw écrit que la « vaccine obligatoire » s’est substituée au baptême. « Si Jeanne [d’Arc] renaissait aujourd’hui […] On l’aurait convaincue à l’aide de préceptes et d’expériences que le baptême et la communion étaient de méprisables superstitions et que la vaccination et la vivisection étaient des pratiques éclairées. Derrière ses nouveaux saints Louis et Paul […] »
    Il n’était donc pas nécessaire de produire le « baptême républicain », puisqu’on a déjà l’étape obligatoire de la vaccination.
    De son vivant comme aujourd’hui, le frère Pasteur a tué beaucoup de gens, en a empoisonné et rendu malades des millions ; de cela on est sûrs.
    Ne parlons pas des tortures qu’il a infligées aux bêtes, dans cet enfer qu’est toujours pour elles l’Institut Pasteur (parmi quelque 700 lieux de vivisection en France).