Inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR) et faisant l’objet d’un mandat de dépôt dans une affaire de corruption pour laquelle il a été condamné à trois ans de prison ferme en 2017, le maire guyanais Léon Bertrand a pu tranquillement être reçu à l’Élysée le jeudi 31 mai.

Selon le quotidien Le Parisien, le parquet de Créteil (Val-de-Marne) serait intervenu pour demander aux agents de la police aux frontières de ne pas appréhender l’élu, évoquant des consignes « directes et politiques ». Des indications qui n’ont rien d’exceptionnel, selon un policier interrogé par Le Parisien« On en a régulièrement, par exemple pour des people en délicatesse avec le fisc », assure-t-il.

La formule est connue : selon que vous serez puissant ou misérable…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Boutté says:

    Paris n’est pas Madrid ! C’est que le bénéficiaire des faveurs de l’Elysée n’est pas non plus réputé “de droite” .

  2. Guibert says:

    Cet homme est corrompu mais il s’est pourvu en cassation, pourvoi suspensif de la peine…