Rendons hommage à notre Roi Louis, seizième du nom, assassiné il y a aujourd’hui 225 années par la barbarie révolutionnaire.

Homme, Roi et Père, Louis XVI fut porté à l’échafaud après un procès en sorcellerie dont s’inspireront directement les réquisitoires staliniens.

Roi de tous les Français, et non « citoyen Capet », Louis XVI mourut en martyr tel un très grand Saint. Séparé de tous les siens et emprisonné au cachot de la Tour du Temple, il refusera de recevoir les derniers sacrements d’un prêtre jureur.

Parfaitement innocent des crimes dont on l’accusa publiquement et ayant toujours refusé de faire couler le sang français, Louis XVI fut froidement guillotiné et rendit sa belle âme à Dieu le 21 janvier 1793.

Plus qu’un monarque, la France des rois qui l’ont faite perdit ce jour-là son cœur et son âme.
Orchestrée par la franc-maçonnerie, la Révolution restera l’un des pires bains de sang de toute l’histoire de notre Nation.

Demeurant un chef-d’œuvre poignant d’amour de la France, d’émotion et de Vérité, le Testament de Louis XVI s’achève par cette édifiante phrase : « Je déclare devant Dieu, et prêt à paraître devant Lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi ! »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. « Séparé de tous les siens et emprisonné au cachot de la Tour du Temple, il refusera de recevoir les derniers sacrements d’un prêtre jureur. »
    C’est bien possible (dans tous les cas pas l’extrême-onction, evidemment). Mais on lui a bien envoyé un prêtre non-jureur, un vieil Irlandais résidant à Paris), et on a ordonné que tous les objets nécessaires pour la célébration d’une messe traditionnelle  – on va attendre encore un siècle et demi pour en avoir une autre – soient livrés au donjon du Temple. Louis XVI a donc pu se confesser, assister à la messe et communier le matin de son dernier jour. Le vieil abbé a partagé la voiture du roi pendant le trajet jusqu’à la place (Louis XV —›) de la Révolution (—› de la Concorde) et est monté sur l’échafaud avec lui. N’ayant pas été molesté par la suite (Terreur — Thermidor — Convention — Directoire — Consulat — Empire), il a reçu les remerciements de Louis XVIII et du futur Charles X à la Restauration.
    On oublie pour la plupart qu’au troisième scrutin à la conclusion du procès du roi il n’y eut qu’une seule voix de majorité pour sa mise à mort. Si par exemple son cousin Philippe-Égalité, ci-devant duc d’Orléans, n’avait pas voté pour, il n’aurait pas été supplicié.